FAUST

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gounod

Gounod
Crédits : Hulton Getty

photographie

Christopher Marlowe

Christopher Marlowe
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Adelina Patti

Adelina Patti
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Faust, F. W. Murnau

Faust, F. W. Murnau
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Plus qu'un personnage littéraire du passé, Faust est sans doute la figure mythique la plus souvent reprise dans les littératures modernes – en fait le seul mythe, peut-être, où l'homme contemporain reconnaisse volontiers son image. Tout le monde connaît l'opéra de Gounod ou le drame de Goethe. Mais on ignore généralement combien le personnage et son histoire résument ou symbolisent l'homme du xxe siècle, l'homme occidental du moins. Ne parle-t-on pas aujourd'hui d'un « art faustien », d'une « foi faustienne », de l'« État faustien », en attendant l'« univers faustien » du physicien Stannard ?

Gounod

Gounod

Photographie

Le compositeur Charles Gounod (1818-1893), un des créateurs de la mélodie française. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

De l'histoire à la légende et au drame

Entre 1480 et 1540 environ vivait en Allemagne du Sud un certain Johann (ou Georg) Faust. À travers les rares documents qui signalent son passage dans une ville ou l'autre, il apparaît sous un jour douteux, tantôt maître d'école aux mœurs suspectes et tantôt charlatan de foire ou astrologue, mais guère humaniste ou savant. Sa fin reste ignorée, mais, très vite, une foule d'anecdotes amplifient les farces et les prodiges du personnage. Son renom est bientôt attribué à ses pouvoirs magiques, puis, autour de 1580, pour justifier ces pouvoirs, un biographe anonyme, très vaguement frotté de théologie luthérienne, lui suppose un pacte formel avec l'enfer, une association avec le démon « Mephostophiles », et enfin, après vingt-quatre ans d'aventures et de plaisirs, le châtiment d'une mort terrible, exemplaire avertissement pour tout bon chrétien tenté de faire alliance avec le diable.

Ce Livre populaire (Volksbuch) connut vingt-deux éditions allemandes de 1587 à 1598 (plus diverses imitations jusqu'en 1725). De la traduction anglaise, Christopher Marlowe tira le sujet d'un de ses meilleurs drames, La Tragique Histoire du docteur Faustus, joué à Londres peu après 1590. Faust est devenu un homme de la Renaissance : assoiffé de connaissance et d'expériences, il s'associe le diable. Il évoque Hélène de Troie, symbole à ses yeux de la beauté antique – c'est en réalité un démon (spirit) qui lui apparaît. Ses ambitions lui donnent une grandeur héroïque, [...]

Christopher Marlowe

Christopher Marlowe

Photographie

Christopher Marlowe (1564-1593). Portrait présumé de 1585. Masters & Fellows of Corpus Christi College, Cambridge. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature comparée à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  FAUST  » est également traité dans :

LE DOCTEUR FAUST, Christopher Marlowe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 805 mots
  •  • 1 média

L'auteur de The Tragical History of Doctor Faustus (créée entre 1588 et 1592, première publication en 1604) est un personnage presque aussi mythique que son héros : poète et dramaturge talentueux, espion, grand amateur de vin et de garçons, intellectuel proche des milieux de libres-penseurs, Christopher Marlowe (1564-1593) fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-docteur-faust/#i_2564

FAUST (J. W. von Goethe) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 850 mots
  •  • 1 média

La genèse de l'œuvre sans doute la plus universellement connue de Goethe (1749-1832) fut particulièrement longue. Dans le prolongement de la version primitive et non publiée (Urfaust), Faust I (Faust. Une tragédie) fut achevé le 25 avril 1806 et publié en 1808. Les sources de la matière faustienne éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faust-j-w-von-goethe/#i_2564

BUSONI FERRUCCIO (1866-1924)

  • Écrit par 
  • Pierre FLINOIS
  •  • 1 709 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Doktor Faust »  : […] Meurtri par la guerre, Busoni se retrouve à Berlin au sein de la Junge Klassizität ( Jeune Classicisme ) : refus absolu de « l'illusion romantique », refus aussi des réformes prônées par Schönberg (qui, ironique destin, lui succédera en 1925 à l'Akademie der Künste de Berlin). Témoins, ses trois dernières œuvres symphoniques, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferruccio-busoni/#i_2564

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Rencontre avec Faust »  : […] Lord Byron en usera plus librement encore dans son Don Juan , satire épique ( Don Juan, an Epic Satire , 1819-1824), dont le héros est plus proche du Candide de Voltaire ou du Chérubin de Beaumarchais que de n'importe lequel de ses homonymes. Ce très long poème rejette presque tous les éléments les plus traditionnels de la fable. Son jeune séducteur sédu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan/#i_2564

FÉNELON PHILIPPE (1952- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 181 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'opéra des mythes »  : […] Dans les années 1980, Philippe Fénelon, qui a toujours été très intéressé par les rapports entre musique et littérature, se lance dans l'opéra. Passionné depuis toujours par ce genre, il est un des rares compositeurs contemporains à avoir pleinement conscience des contraintes qu'il implique : importance du livret et de la narration, rapports entre l'orchestre, les voix et la scène. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-fenelon/#i_2564

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Signification philosophique et psychologique »  : […] Le gnosticisme correspond à une certaine expérience intérieure qui s'exprime avec une remarquable constance dans les différentes sectes. La phénoménologie de la conscience gnostique a été décrite de manière excellente par H.-C. Puech. Le sentiment fondamental du gnostique consiste à se sentir « étranger » au monde. Il éprouve sa situation d'être-au-monde comme anormale, comme violente : le corps, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_2564

GOETHE JOHANN WOLFGANG VON

  • Écrit par 
  • Pierre BERTAUX
  •  • 4 732 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le lieu créateur »  : […] Si douloureux que ce soit, Goethe s'arrache à l'enchantement italien et retourne à Weimar. Il dira plus tard n'avoir plus jamais retrouvé ce qu'il avait connu en Italie : le bonheur. Mais la loi de l'homme n'est pas de chercher le bonheur et, une fois atteint, de s'y complaire ; sa loi, c'est de faire son métier d'homme là où le destin lui en fournit l'occasion et le moyen ; la condition de l'homm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-wolfgang-von-goethe/#i_2564

GRABBE CHRISTIAN DIETRICH (1801-1836)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude DESHAYES
  •  • 459 mots

Mort à trente-cinq ans, le dramaturge allemand Grabbe est le type même du génie théâtral. Fils d'un directeur de prison, son premier souvenir est d'avoir tenu compagnie à un condamné à mort. Son théâtre est celui de la démesure, du grotesque et du satirique. À vingt et un ans, il écrit Herzog Theodor von Gothland , une pièce échevelée qui dépasse le Sturm und Drang et annonce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-dietrich-grabbe/#i_2564

KIERKEGAARD SØREN (1813-1855)

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 3 434 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les trois « sphères de l'existence » »  : […] La sphère de l'esthétique est celle où demeure celui qui ne vit que dans l' instant et qui se plonge dans une aventure perpétuelle tout au long de laquelle il fuit à la fois lui-même et les autres. Trois personnages archétypiques offrent des exemples d'une telle fuite. Tout d'abord le Juif errant qui ne s'arrête nulle part et qui a le mal du pays sans avoir de pays ; chaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soren-kierkegaard/#i_2564

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Le Renouveau romantique »  : […] Le Romantisme sonne le glas de cette Antiquité édifiante, soigneusement édulcorée, où l'on se garde d'aller jusqu'à la mort des personnages. Tout va céder le pas aux nouveaux engouements : on découvre Goethe et Shakespeare, le Moyen Âge et les brumes nordiques. Et l'on se passionne pour la destruction du monde gréco-romain par les grandes invasions : c'est ainsi que le personnage d'Attila retiend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livret-musique/#i_2564

MANN THOMAS

  • Écrit par 
  • André GISSELBRECHT
  •  • 7 107 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La part du Diable »  : […] La « personnalité mythique » de l'Allemagne reparaît au temps du Docteur Faustus , au risque, conscient, de flatter ses compatriotes, déjà trop portés à se complaire dans le tragique frelaté d'une nouvelle « démonie ». L'Allemagne est une grande psychopathe, travaillée par la résurgence, voire la révélation, de pulsions sauvages, mal enfouies, mal surmontées par un développem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-mann/#i_2564

MARLOWE CHRISTOPHER (1564-1593)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Le plus turbulent des university wits , poète éblouissant et homme d'action, homme de pensée et duelliste, nourri des Anciens et tout brûlant d'idées modernes, le plus ambitieux sans doute aussi, contestataire et disciple de Machiavel, enfant terrible de l'époque, emprisonné pour rixes dans la rue, dont l'une a coûté la vie à un homme, interpellé par le Conseil privé pour ath […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christopher-marlowe/#i_2564

SATANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Max MILNER
  •  • 3 574 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du satanisme considéré comme fondement des beaux-arts »  : […] Il serait parfaitement abusif de porter au compte de Satan tout ce qui, dans la littérature et dans l'art « décadents », vise à magnifier le mal, à revivifier par le culte d'une antinature des sensibilités blasées, à faire rendre gorge à une société engluée dans la foi au progrès. Il faudrait alors citer Villiers de l'Isle-Adam, Péladan, le jeune Barrès et beaucoup d'autres. Il reste que la céléb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satanisme-litterature/#i_2564

SUICIDE

  • Écrit par 
  • René ARLABOSSE, 
  • Jean-Pierre BLANADET, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  • , Universalis
  •  • 7 381 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Impasse naturelle et pathos de la distance »  : […] Comment est-il possible de vaincre l'extraordinaire force des pulsions de vie ? et par quelle voie le moi vient-il à renoncer à sa propre affirmation ? Goethe a tenté de préciser le sens de ce mortel adieu de l'être à lui-même, en posant sous leur double dimension, naturelle et subjective, les conditions de ce qui devient, au niveau romanesque, le suicide du jeune Werther. « Que je suis heureux d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/#i_2564

VALÉRY PAUL (1871-1945)

  • Écrit par 
  • Michel JARRETY
  •  • 7 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Et la lassitude et la gloire »  : […] Les alentours de 1920 marquent ainsi chez Valéry une inflexion existentielle dont témoigne également un nouveau statut d'homme de lettres. La publication des grandes œuvres poétiques, qu'accompagne la réédition par Gaston Gallimard, en 1919, de l' Introduction et de La Soirée , dessine à un large public les contours d'une œuvre jusqu'alors presque confi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valery-paul-1871-1945/#i_2564

WAGNER HEINRICH LEOPOLD (1747-1779)

  • Écrit par 
  • Lore de CHAMBURE
  •  • 655 mots

Né à Strasbourg, Heinrich Leopold Wagner étudie le droit et devient précepteur à Sarrebruck. En 1776, il obtient l'autorisation d'ouvrir un cabinet d'avocat, mais préfère travailler pour le compte de la Société Seyler, une troupe théâtrale. Il meurt à l'âge de trente-deux ans. Goethe, à l'entourage duquel, tels Klinger et Lenz, Wagner appartenait, profère, au quatorzième livre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-leopold-wagner/#i_2564

WERFEL FRANZ (1890-1945)

  • Écrit par 
  • Lore de CHAMBURE
  •  • 903 mots

Dans un de ses poèmes, Franz Werfel explique ce qu'il entend par mot rare et langage concerté. Les mots, dit-il, bloquent l'accès aux choses : « Nous tuons Dieu et nous-mêmes avec des noms, des noms ». Plusieurs expressionnistes — R. J. Sorge entre autres — cherchaient, en effet, un nouveau mode d'expression. Mais, tandis que le discours de ses contemporains est dense au point d'en devenir parfois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-werfel/#i_2564

Voir aussi

Pour citer l’article

André DABEZIES, « FAUST », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/faust/