Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FAUST

Faust au XXe siècle

La guerre de 1914, puis la crise de 1920-1930 vont rendre à Faust son actualité. À travers Goethe lu dans les tranchées allemandes, il achève de devenir un héros national, tandis que, dans le camp adverse, il se voit suspecté et remis en question.

L'« homme faustien »

À la fin de 1918 paraît à Munich un ouvrage imposant de philosophie de l'histoire, Le Déclin de l'Occidentd'Oswald Spengler. L'« homme faustien » y est présenté comme le type constant de l'homme occidental depuis le Moyen Âge. Sa force et sa grandeur lui viennent de sa passion de l'espace infini et de sa volonté de puissance. Plus nietzschéen que goethéen, il ne connaît ni pacte ni Marguerite, et son aspiration le porte à l'action, à la technique, aux conquêtes, plus qu'à la connaissance. L'Allemand moderne, le Prussien surtout, est le meilleur représentant de cet « homme faustien » et donc l'avenir lui appartient.

La synthèse historique du Déclin paraît aujourd'hui bien discutable. Reste une ample vision épique de l'homme occidental, qui va souvent altérer la vision goethéenne. Rares seront les critiques qui maintiendront que, chez Goethe, Faust n'est pas « faustien ». On confond très généralement le personnage de Goethe, le Faust national allemand et l'« homme faustien ». Le succès de ce cliché ambigu vient de ce qu'il évoque, au moment où l'Europe vacille, la figure idéale d'un héros mythique debout au milieu de la catastrophe. Le nationalisme allemand compense en lui ses rêves irréalisés. Paradoxalement, l'« homme faustien » est accueilli aussi dans les pays étrangers (anglo-saxons et sud-américains surtout), qui reconnaissent en lui la volonté de puissance de l'homme moderne : en somme, une version simplifiée du surhomme nietzschéen.

Dans les remous de deux guerres mondiales

Faust, F. W. Murnau

Faust, F. W. Murnau

La première après-guerre voit en Allemagne une véritable prolifération de Faust dans tous les genres littéraires, depuis les genres populaires (marionnettes, récits historiques ou idylles, plus le film célèbre de Murnau, en 1926) jusqu'aux poèmes les plus ambitieux, dans l'esprit de Goethe (le drame de F. Avenarius, 1919 ; l'opéra de F. Busoni, 1925) ou dans celui de Nietzsche (R. Pannwitz, Faustus und Helena, 1920 ; Mantô, 1922). Au fil des années, le caractère nationaliste s'affirme, notamment avec Le Jeune Faust de Wieprecht (1925) ou Blumelhuber (1932) et le roman historique d' E. Kratzmann, Faust, un livre de l'esprit allemand (1932).

Certains, sans doute, résistent à cette idéalisation générale, dans laquelle ils sentent la part des idéologies : ainsi les expressionnistes (F. Werfel, L'Homme-miroir, 1920) et d'autres (R. Payer von Thurn, Faust, ou le Destin d'un érudit – un Faust bibliothécaire ! 1919). Même réaction de défiance ironique à l'étranger, bien souvent, par exemple dans les drames de S. Pagani (1925), M. de Ghelderode (1926), G. Ribemont-Dessaignes (1931). Mais le panégyrique domine, notamment à l'occasion du centenaire de Goethe (1932), et Faust apparaît même comme le type idéal d'une attitude religieuse humaniste (H. A. Korff, La Foi faustienne, 1938).

Pourtant le nazisme semble tarir l'inspiration à sa source : en quelques années, plus de nouveaux Faust ! Les théoriciens de la mythologie nouvelle annoncent même La Fin du millénaire faustien (ainsi B. Kummer en 1933) : l'homme allemand, aliéné depuis le Moyen Âge par une foi étrangère, doit désormais renier la problématique chrétienne de Faust et revenir au héros ancestral, à Siegfried ! On comprend qu'à l'étranger, pendant ce temps, Faust soit plus d'une fois soumis à la psychanalyse (dans les comédies de Soya à Copenhague en 1932, de Beskov à Stockholm en 1936, de Grande à Rome en 1934) et condamné au purgatoire[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de littérature comparée à l'université de Provence

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Gounod

Gounod

Christopher Marlowe

Christopher Marlowe

<em>Faust cherchant à séduire Marguerite</em>, E. Delacroix

Faust cherchant à séduire Marguerite, E. Delacroix

Autres références

  • FAUST (J. W. von Goethe) - Fiche de lecture

    • Écrit par Jacques LE RIDER
    • 1 851 mots
    • 1 média

    La genèse de l'œuvre sans doute la plus universellement connue de Goethe (1749-1832) fut particulièrement longue. Dans le prolongement de la version primitive et non publiée (Urfaust), Faust I (Faust. Une tragédie) fut achevé le 25 avril 1806 et publié en 1808. Les sources de la matière...

  • LE DOCTEUR FAUST, Christopher Marlowe - Fiche de lecture

    • Écrit par Line COTTEGNIES
    • 806 mots
    • 1 média

    L'auteur de The Tragical History of Doctor Faustus (créée entre 1588 et 1592, première publication en 1604) est un personnage presque aussi mythique que son héros : poète et dramaturge talentueux, espion, grand amateur de vin et de garçons, intellectuel proche des milieux de libres-penseurs,...

  • BERLIOZ HECTOR

    • Écrit par Cécile REYNAUD
    • 4 247 mots
    • 3 médias
    Pendant ses tournées à l’étranger, plus précisément depuis 1845, Berlioz travaille à une œuvre qui lui tient particulièrement à cœur,La Damnation de Faust. Le Faust de Goethe occupe en effet une place importante parmi les sources de son inspiration : dès 1828, alors qu’il vient de découvrir...
  • BUSONI FERRUCCIO (1866-1924)

    • Écrit par Pierre FLINOIS
    • 1 708 mots
    • 1 média
    ...Berlin). Témoins, ses trois dernières œuvres symphoniques, le Divertimento op. 52, Tanzwalzer op. 53 et Romanza e scherzoso op. 54 en 1921. Mais le temps de Doktor Faust est venu. Le thème le hante depuis 1892, la partition l'occupe depuis 1916. La mort, qui survient le 27 juillet 1924, ne lui laisse pourtant...
  • DON JUAN

    • Écrit par Michel BERVEILLER
    • 5 639 mots
    En revanche, elle doit beaucoup à la résurrection par Goethe du personnage semi-historique du docteur Faust. Certes, dans ce Faust (1797-1808), la quête de l'amour, succédant à celle du savoir, n'était qu'un élément de la grande aventure faustienne, mais elle invitait à situer celle de don Juan à ce...
  • FÉNELON PHILIPPE (1952- )

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 2 178 mots
    • 1 média
    Nouvelle création lyrique, le 25 mai 2007, au Théâtre du Capitole de Toulouse, avecFaust, composé en 2003-2004. Philippe Fénelon a écrit le livret de cet opéra en deux actes et sept tableaux en s'inspirant d'une version du mythe de Faust moins connue et plus sombre que celle de Goethe...
  • Afficher les 16 références

Voir aussi