BUSONI FERRUCCIO (1866-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Busoni reste, parmi les compositeurs majeurs du xxe siècle, l'un des plus méconnus. La postérité a surtout gardé le souvenir du pianiste virtuose, oubliant le compositeur tout autant que le théoricien. Le théoricien a ouvert les voies à la destruction de la tonalité, mais le compositeur, inclassable, n'a pas osé suivre ce chemin et a préféré ramener la forme musicale au pur classicisme. De ce fait, son œuvre a subi l'ostracisme de toute une génération qui croyait que la révolution viennoise était l'unique voie de progrès. Le pianiste, égal de Franz Liszt, n'a pas cessé, quant à lui, de bénéficier dans les mémoires de cette « aura » de légende qui lui valut dès son vivant une célébrité incontestée.

Ferruccio Busoni

Ferruccio Busoni

Photographie

Le compositeur Ferruccio Busoni en 1920. Assis, il est en compagnie du compositeur Paul Hindemith (appuyé sur le piano) et de quelques-uns de ses élèves. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Un enfant prodige

Le 1er avril 1866 naît à Empoli, près de Florence, Ferruccio Benvenuto Busoni. Un père, Ferdinando, italien et clarinettiste, une mère, Anna Weiss, d'origine allemande et pianiste : tout le destin de l'enfant est là, dans ces origines opposées d'où devait découler la principale caractéristique de son génie, le fait d'être inclassable, celui aussi d'être un des premiers compositeurs « européens ».

La virtuosité lui vient tôt : sa mère puis son grand-père maternel se chargent d'une éducation musicale de base dont le résultat concret est un premier concert donné à Trieste en 1873 ; le jeune Ferruccio a sept ans ! Et l'enfant prodige s'y montre aussi doué pour l'interprétation que pour l'improvisation. Deux ans d'études à Graz chez Wilhelm Mayer pour y recevoir une formation théorique des plus classiques (Bach et Mozart avant tout, et cela Busoni ne le reniera jamais), le début d'une carrière de virtuose saluée par l'enthousiasme d'Eduard Hanslick, le redoutable critique viennois, l'amitié bienveillante de Brahms, le titre, à dix-sept ans, de membre de l'Accademia Filarmonica de Bologne sont quelques jalons d'une ascension vertigineuse.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BUSONI FERRUCCIO (1866-1924)  » est également traité dans :

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'interprétation pianistique »  : […] On sait peu de chose des grands virtuoses du xix e  siècle, en dehors des témoignages et de ce que leur musique nous révèle. Clementi, Cramer, Frédéric Kalkbrenner et Johann Nepomuk Hummel ont assuré la transition vers le xix e siècle, alors que Henri Herz, Henry Litolff, Camille-Marie Stamaty, Liszt, Sigismund Thalberg ou Clara Schumann correspo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_4165

SZIGETI JOSEPH (1892-1973)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 842 mots
  •  • 3 médias

Comme quelques autres, Joseph (József) Szigeti se bat pour imposer au concert le grand répertoire violonistique en ce début de xx e siècle qui, aux puissants chefs-d'œuvre, préfère les romances jolies. Bien plus — et nul autre, sauf peut-être Yehudi Menuhin, ne l'a fait autant que lui —, Joseph Szigeti s'engage à corps perdu dans la musique la pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-szigeti/#i_4165

VARÈSE EDGAR

  • Écrit par 
  • Hilda JOLIVET
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « En quête de sa vérité »  : […] Varèse alla chercher la vérité où il la soupçonnait de se cacher. Cosmopolite par tempérament, il se sentait chez lui partout. Ainsi, ayant lu le livre de F.  Busoni, Esquisse d'une nouvelle esthétique de la musique , et y trouvant l'expression de ses idées sur la musique et son futur, il décida de s'installer à Berlin où vivait Busoni. Il quitta P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-varese/#i_4165

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre FLINOIS, « BUSONI FERRUCCIO - (1866-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferruccio-busoni/