EUTHANASIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les débats et les réformes suscités par l'emprise sans précédent des sciences et des techniques sur le corps humain, l'euthanasie est devenue une question emblématique pour les médecins, les juristes, les philosophes et parfois les sociologues, débordant le seul angle de la légalité. L'alternative « laisser vivre » ou « laisser mourir » est devenue », selon Jean-Louis Baudouin et Danielle Blondeau, « comment vivre » et « comment mourir ». C'est ainsi que cette question peut difficilement être dissociée aujourd'hui d'une réflexion sur la dignité de la fin de la vie, principe invoqué autant par les partisans que par les adversaires de l'euthanasie.

Évolution de la notion

Tolérée, voire favorisée, par les Anciens, quoique expressément interdite au médecin par le serment d'Hippocrate, l'idée d'euthanasie réapparaît chez les Modernes dans L'Utopie (1516) de Thomas More. C'est Francis Bacon qui forge le terme en 1605 pour critiquer l'indifférence des médecins de son siècle pour le traitement de la douleur qui, selon le philosophe, devrait être appliqué « non seulement quand un tel adoucissement est propice à la guérison, mais aussi quand il peut aider à trépasser paisiblement et facilement » (The Proficience and Advancement of Learning, II, 10,7). À l'origine, donc, l'euthanasie, « la bonne mort », dans son sens étymologique, promeut l'idée de l'accompagnement du mourant par le médecin. Ce dernier ne doit pas délaisser son patient une fois acquise la certitude qu'il est atteint d'une maladie incurable. Mais, à partir du xxe siècle, avec le progrès des sciences médicales, le sens du mot euthanasie se modifie. Il s'infléchit d'abord pour désigner, selon l'expression anglo-saxonne, le mercy killing, le meurtre par pitié. Bientôt, sous l'influence des associations scientifiques eugénistes, il se pervertit pour désigner par euphémisme des politiques prônant l'élimination de catégories entières de population présentées comme un fardeau économique inutile et un danger pour la préservation des « éléments sains » de la société. C'est ainsi que l'Allemagne nazie procède durant la guerre à l'élimination systématique des malades mentaux (opération « T.4 » déclenchée en octobre 1939, sous la responsabilité des médecins, par chambre à gaz) ainsi que des enfants mal formés, des vieillards impotents et des « asociaux ».

Aujourd'hui, le mot désigne une réalité éclatée, symptomatique du vif débat sur la délimitation des possibilités offertes par la technique médicale et plus particulièrement par les techniques de réanimation. S'ajoute à cela le rééquilibrage actuel des relations entre le médecin et son patient. La montée en puissance des droits du patient, qui a abouti en France à la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, suggère une redéfinition de la mission de sauvegarde de la santé dévolue au médecin, au sein de laquelle le traitement de la douleur a désormais sa place. Mais l'émergence du droit au traitement de la douleur a nécessairement eu des répercussions sur le rôle du médecin au moment de la fin de la vie. C'est dans ce contexte qu'est apparue, à côté de l'euthanasie active, la notion controversée d'euthanasie dite passive.

L'euthanasie active, dans son acception courante, désigne l'acte par lequel un médecin ou un proche hâte la mort d'une personne atteinte d'une maladie incurable, par exemple, en lui administrant une substance qui abrégera ses souffrances. Elle s'inscrit bien dans une action (la mort est donnée) et se caractérise aussi par l'intention qui la sous-tend : soulager les souffrances tant morales que physiques qui assaillent la personne malade. L'euthanasie active désigne également le suicide assisté : le médecin met à la disposition du patient les moyens de se donner la mort. Ainsi, certaines associations suisses, interprétant a contrario l'article du Code pénal qui ne réprime que le seul suicide assisté pratiqué avec un mobile égoïste, proposent à leurs adhérents, moyennant cotisation, de leur offrir les moyens de se donner la mort.

Il est plus malaisé de cerner l'euthanasie passive car non seulement l'expression est employée pour désigner des situations très différentes mais elle est aussi porteuse de contradictions : la notion de mort administrée est antinomique par nature avec une quelconque passivité. R [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EUTHANASIE  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 005 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Ouverture de droits nouveaux pour les individus »  : […] Le programme présidentiel promettait de permettre aux couples de même sexe de se marier et d’adopter des enfants, réforme en principe plus facile à mettre en œuvre qu’une politique économique. Mais la réforme du mariage accapare l’attention pendant la première année de quinquennat. Après de très longs débats parlementaires et des manifestations particulièrement suivies, organisées par les milieux […] Lire la suite

DACHAU

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM, 
  • Universalis
  •  • 598 mots

Le premier camp de concentration nazi sur le territoire allemand fut ouvert le 10 mars 1933, un peu plus de cinq semaines après l'accession d'Adolf Hitler au poste de chancelier. Construit à la lisière de la ville de Dachau, à une quinzaine de kilomètres au nord de Munich, il constitua le modèle sur lequel s'organisèrent ensuite tous les autres camps. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les qu […] Lire la suite

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 816 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des questions anciennes toujours présentes »  : […] Le droit à l’avortement est inexistant dans de nombreux pays. Là où il est reconnu, son encadrement légal est variable ; en outre, il est régulièrement remis en question par des mouvements « pro-vie ». Plus techniques et socialement très sensibles, les nombreuses questions gravitant autour de la procréation médicalement assistée (PMA) – de l’anonymat du donneur de sperme à la gestation pour autru […] Lire la suite

KEVORKIAN JACK (1928-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 371 mots

Jack Kevorkian, médecin anatomo-pathologiste américain, attira l'attention du monde entier par ses prises de position fortement médiatisées en faveur de l' euthanasie, ayant permis à plus d'une centaine de patients atteints de maladies incurables en phase terminale de mettre fin à leurs jours par suicide assisté. Jacob, dit « Jack », Kevorkian naît le 26 mai 1928 à Pontiac, dans le Michigan. Diplô […] Lire la suite

SUICIDE ET CONDUITES SUICIDAIRES

  • Écrit par 
  • Fabrice JOLLANT
  •  • 5 950 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Définition »  : […] Les conduites suicidaires se définissent comme l’ensemble des actes réalisés par un sujet à l’encontre de lui-même et avec une certaine intention de mourir. Selon l’issue du geste, on parlera de suicide abouti (plutôt que « réussi ») lorsque le sujet décède des suites de son geste, et de tentative de suicide lorsque l’acte n’a pas conduit à la mort, quelles que soient les conséquences physiques ( […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 mars 2021 Espagne. Légalisation de l'euthanasie.

L’Espagne devient le quatrième pays de l’Union européenne à légaliser l’euthanasie après les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. […] Lire la suite

29 janvier - 15 mars 2021 Portugal. Censure de la légalisation de l'euthanasie par la Cour constitutionnelle.

La loi permet aux majeurs de dix-huit ans « en situation de souffrance extrême » ou atteints d’une « maladie incurable » de faire une demande d’euthanasie. Celle-ci doit être validée par un comité regroupant deux médecins et un psychiatre. Le 15 mars, la Cour constitutionnelle censure, par sept voix contre cinq, le texte que lui avait soumis le président Marcelo Rebelo de Sousa (PSD). […] Lire la suite

17-31 octobre 2020 Nouvelle-Zélande. Élections législatives.

 100 des voix la légalisation de l’euthanasie pour les adultes en phase terminale d’une maladie incurable. Le 31, le Parti travailliste et les Verts, membres de la coalition sortante, concluent un accord sur le soutien sans participation des seconds au gouvernement.  […] Lire la suite

17 septembre 2016 Belgique. Annonce de la première euthanasie d'un mineur.

La première euthanasie d’un mineur est révélée par la presse quelques jours après avoir été pratiquée. La loi de mai 2002 autorisant l’euthanasie avait été étendue aux mineurs en février 2014, sous la contrainte de conditions très strictes. La Belgique est le premier pays du monde à autoriser l’euthanasie de mineurs sans seuil d’âge. La loi néerlandaise d’avril 2001 autorise l’euthanasie des mineurs de plus de douze ans. […] Lire la suite

27 janvier 2016 France. Adoption du projet de loi sur la fin de vie.

Le texte n’autorise ni l’euthanasie ni le suicide assisté.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique RACHET-DARFEUILLE, « EUTHANASIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/euthanasie/