Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉTAT (notions de base)

Les dérives de la souveraineté

Mais n’est-ce pas un véritable contrat d’esclavage que signent ainsi les hommes, comme le dénonce Rousseau au xviiie siècle, choisissant de faire de Thomas Hobbes son adversaire privilégié ? Il ne le semble pas. Tout d’abord parce que le Léviathan, ainsi dénommé parce que Hobbes considère avec honnêteté que cette création humaine qui présente sans nul doute, du fait de son absolutisme, un aspect redoutable – dans l’Ancien Testament, le Léviathan désigne un monstre terrifiant – n’a que le pouvoir que les citoyens lui confient. Il ne gouverne qu’en vertu d’une autorité « qu’il a reçue de chaque individu de la République ». Ensuite parce que le Léviathan n’ignore nullement que le contrat dont il bénéficie est fragile et que les citoyens peuvent à tout instant décider de le rompre. Parce qu’être en position de domination est bien entendu un privilège, les hommes de pouvoir savent parfaitement qu’il est de leur intérêt « qu’ils procurent le bien au peuple du mieux qu’ils le pourront » (The Elements of Law, Natural and Politic, 1640). En abusant de sa puissance, le Léviathan joue avec le feu, et a toutes les chances de contribuer à se détruire. « Le bien du souverain et celui du peuple ne sauraient être séparés », peut-on lire au chapitre XX du Léviathan.

Comment nier cependant que, tout au long de l’histoire, des hommes ont abusé de la puissance qui leur avait été confiée ? Et comment doivent agir les citoyens si le contrat est rompu par un État devenu despotique ? Pour Thomas Hobbes, si le Léviathan devient tyran, les devoirs du citoyen n’ont plus aucune justification. Un Léviathan tyrannique n’est plus qu’un fort abusant de sa force, qui tente de faire croire aux hommes qu’ils vivent en état de société alors qu’on les a reconduits dans l’état de nature. État de nature, rappelons-le, dans lequel n’existent ni bien ni mal, ni juste ni injuste. Lorsque Rousseau, dans son Contrat social (1762), dénonce un pouvoir absolu qui « transforme la force en droit et l’obéissance en devoir », un pouvoir qui travestit un simple rapport de force en relation juridique, il donne raison à Hobbes alors même qu’il prétend le réfuter.

Le xxe siècle a vu naître des systèmes totalitaires qui ont franchi la limite qui marque le passage à la violence d’État. Faut-il supposer que les hommes qui ont subi si longtemps ces régimes ont cédé à la force ? Hannah Arendt le conteste radicalement. En qualifiant à tort de « forts » les systèmes totalitaires, on se méprend gravement, selon elle. Les totalitarismes ne sont pas forts, mais faibles. Et c’est précisément parce qu’ils sont faibles, c’est parce qu’ils savent qu’ils ne peuvent en aucun cas compter sur l’adhésion spontanée des citoyens, qu’ils recourent systématiquement à la violence (censure, répression policière, camps de concentration, goulags, etc.). Un pouvoir fort est un pouvoir qui peut s’appuyer sur le consentement des citoyens. Un État fort est un État que les citoyens dotent volontairement de la souveraineté qui leur permet de vivre en paix et en sécurité tout en conservant l’essentiel de leur liberté. Tandis que « le règne de la pure violence s’instaure quand le pouvoir commence à se perdre » (Du mensonge à la violence). Aucun totalitarisme n’a résisté durablement à l’insurrection du peuple qui le subissait.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Pour citer cet article

Philippe GRANAROLO. ÉTAT (notions de base) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 06/04/2021

Autres références

  • ABSOLUTISME

    • Écrit par
    • 4 286 mots
    ...siècle, on assiste à l'épanouissement de l'absolutisme. On peut dire qu'à cette époque la notion dépasse même celle de souveraineté. Mais à ce moment, État absolu ne veut pas dire despotisme ou tyrannie. Les auteurs contemporains opposent régulièrement les deux. L'État est absolu en ce que le pouvoir...
  • ADMINISTRATION - Le droit administratif

    • Écrit par
    • 11 861 mots
    • 1 média

    Il est tentant de donner du droit administratif, en partant d'une observation évidente, une définition concrète à laquelle sa simplicité même conférerait une quasi-universalité. Tous les États modernes ont des organes administratifs, dont les statuts et les compétences sont nécessairement fixés par...

  • AFRIQUE (conflits contemporains)

    • Écrit par
    • 4 953 mots
    • 4 médias
    ...des appartenances ethniques est au cœur de la rhétorique politique officielle totalement vouée à l'exaltation de l'unité nationale et du développement. L'État se donne donc pour mission de construire la nation et se dote de l'instrument nécessaire à son accomplissement, le parti unique. Mais le changement...
  • ALIÉNATION

    • Écrit par
    • 8 006 mots
    ...conscience de soi. Cette critique de l'aliénation idéologique rejoint celle de l'aliénation politique ; Hegel, en effet, n'a dépassé qu'en théorie la notion d' État ; son concept revêt le même caractère transcendant que l'essence de l'homme et que l'idée abstraite. L'État est l'extérieur, l'étranger par excellence,...
  • Afficher les 163 références