Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉTAT (notions de base)

L’individu contre l’État

Doit-on pour autant souscrire sans nuance à la thèse de Georges Burdeau quand il affirme dans son livre L’État que « les hommes ont inventé l’État pour ne pas obéir aux hommes » ? Qu’on l’accepte ou non, cette formule a le mérite de mettre en avant la problématique majeure des relations entre l’individu et l’État. Lorsque les philosophes raisonnent sur le plan collectif, il leur est difficile de contester la valeur de l’institution étatique qui marque sans conteste une amélioration significative de l’organisation sociétale. Mais, sitôt qu’ils interrogent les limitations que l’État impose aux individus, la perspective change.

Il revient à certains penseurs du mouvement anarchiste du xixe siècle d’avoir privilégié cette approche. Max Stirner (1806-1856), précurseur du courant anarchiste individualiste, autodidacte d’une grande originalité, s’insurge contre les constructions hégéliennes, au nom des droits de l’individu (L’Unique et sa propriété, 1844). C’est d’abord l’abstraction dont font preuve les philosophes politiques qu’il pourfend. S’inspirant du nominalisme médiéval, cette philosophie antiplatonicienne qui affirmait que seules les individualités possédaient une existence indiscutable, contrairement aux concepts qui ne sont que des fictions engendrées par le langage, Max Stirner fait remarquer que toutes les instances auxquelles les États demandent aux individus de se sacrifier (« Nation », « Dieu » « Peuple », « Patrie », etc.) ne sont que des productions imaginaires. Max Stirner oppose le « Je » vivant et réel aux idées abstraites des philosophies de l’histoire. « La caractéristique de tous les désirs réactionnaires est de vouloir quelque chose de général, d’abstrait, un concept vide et sans vie, tandis que les Moi propres, au contraire, cherchent à délivrer l’individuel, vigoureux et plein de vie, du fatras des généralités. »

Proche des arguments d’Étienne de La Boétie, Max Stirner prête aux individus la faculté de se libérer sans attendre la mise en place d’une forme politique issue d’une quelconque révolution. Friedrich Nietzsche (1844-1900) approfondira, particulièrement dans Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885), cette dénonciation du « plus froid de tous les monstres froids », l’État moderne. L’originalité de Nietzsche est de se livrer à une approche philologique qui lui permet d’interpréter le discours moraliste de l’État. Grâce à ce qu’il qualifie de « troisième oreille », le philosophe parvient à percevoir les tonalités de la vengeance et du ressentiment sous les proclamations généreuses de l’amour du prochain et de l’intérêt général. Il reconnaît là une gigantesque entreprise anti-individualiste qui se camoufle derrière les structures étatiques, entreprise qui est la poursuite et l’accélération de ce que les formes uniformisantes de la civilisation conduisent depuis des millénaires. Ce processus, s’il n’est pas contré, ramènera l’espèce humaine au niveau grégaire auquel elle avait commencé à échapper. Un homme « grain de sable » verra le jour, annonciateur de notre fin.

Ce qui pourrait rendre inéluctable le déclin prophétisé par Nietzsche est la naissance d’un État mondial, d’une autorité mondiale souveraine qui porterait à son point culminant l’uniformisation planétaire. Avant Hegel, l’émergence d’un État mondial avait été posée comme unique horizon de notre avenir par Emmanuel Kant (1724-1804), dans ses opuscules Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique (1884) et Projet de paix perpétuelle (1795) : « Un État cosmopolitique universel arrivera un jour à s’établir. » L’étape décisive précédant cet État cosmopolitique sera l’invention d’une « Société des Nations », dont Kant et quelques penseurs du xviiie siècle[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Pour citer cet article

Philippe GRANAROLO. ÉTAT (notions de base) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ABSOLUTISME

    • Écrit par Jacques ELLUL
    • 4 286 mots
    ...siècle, on assiste à l'épanouissement de l'absolutisme. On peut dire qu'à cette époque la notion dépasse même celle de souveraineté. Mais à ce moment, État absolu ne veut pas dire despotisme ou tyrannie. Les auteurs contemporains opposent régulièrement les deux. L'État est absolu en ce que le pouvoir...
  • ADMINISTRATION - Le droit administratif

    • Écrit par Jean RIVERO
    • 11 861 mots
    • 1 média

    Il est tentant de donner du droit administratif, en partant d'une observation évidente, une définition concrète à laquelle sa simplicité même conférerait une quasi-universalité. Tous les États modernes ont des organes administratifs, dont les statuts et les compétences sont nécessairement fixés par...

  • AFRIQUE (conflits contemporains)

    • Écrit par René OTAYEK
    • 4 953 mots
    • 4 médias
    ...des appartenances ethniques est au cœur de la rhétorique politique officielle totalement vouée à l'exaltation de l'unité nationale et du développement. L'État se donne donc pour mission de construire la nation et se dote de l'instrument nécessaire à son accomplissement, le parti unique. Mais le changement...
  • ALIÉNATION

    • Écrit par Paul RICŒUR
    • 8 006 mots
    ...conscience de soi. Cette critique de l'aliénation idéologique rejoint celle de l'aliénation politique ; Hegel, en effet, n'a dépassé qu'en théorie la notion d' État ; son concept revêt le même caractère transcendant que l'essence de l'homme et que l'idée abstraite. L'État est l'extérieur, l'étranger par excellence,...
  • Afficher les 163 références

Voir aussi