ESTONIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique d'Estonie (EE)
Chef de l'ÉtatAlar Karis (depuis le 11 octobre 2021)
Chef du gouvernementKaja Kallas (depuis le 26 janvier 2021)
CapitaleTallinn
Langue officielleestonien
Unité monétaireeuro (EUR)
Population1 332 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)45 336

L'Estonie est un des plus petits pays de l'Union européenne, à laquelle elle a adhéré en mai 2004.

Estonie : carte physique

Carte : Estonie : carte physique

Carte physique de l'Estonie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Estonie : drapeau

Dessin : Estonie : drapeau

Estonie (1918). Cette république Balte, qui a proclamé son retour à l'indépendance le 20 août 1991, a repris tout naturellement son drapeau tel qu'il fut en usage de 1918 à l'occupation soviétique en 1940 : trois simples bandes horizontales d'égale largeur, bleue, noire et blanche. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Contrairement à un usage courant, il ne faut pas considérer l'Estonie comme un pays Balte, telles la Lettonie et la Lituanie. Le territoire est depuis toujours habité par un peuple finno-ougrien d'origine ouralo-asiatique, comme les Hongrois et les Finnois. Ce peuple de paysans, sans aristocratie ni élite, a subi jusqu'au xxe siècle la domination de presque toutes les nations voisines. Il a réussi malgré tout à préserver son identité et son originalité grâce à sa langue. L'Estonie, apparue pour la première fois sur les cartes de l'Europe à l'issue de la Première Guerre mondiale, n'a connu que vingt années d'indépendance avant d'être de nouveau annexée par la Russie soviétique durant un demi-siècle. À partir de 1988, la « révolution chantante » lui a permis de recouvrer progressivement son indépendance, acquise en 1991.

Géographie

Des îles et des lacs

L'Estonie est le pays du ciel, de la forêt, de l'eau et du vent ; elle est bordée par la mer Baltique à l'ouest, par le golfe de Finlande au nord. Sa superficie actuelle est de 45 227 kilomètres carrés, avec 3 800 kilomètres de côtes en raison des très nombreuses îles. La frontière avec la Russie, à l'Est, est longue de 294 kilomètres ; elle suit la rivière Narva puis, sur plus de la moitié de sa longueur, divise en deux le lac Peïpous (3 555 km2), le quatrième d'Europe en superficie. Au sud, sa frontière avec la Lettonie est de 339 kilomètres.

On compte près de 1 520 îles à proximité des côtes, de tailles très diverses, les plus grandes sont Saaremaa (2 673 km2), Hiiumaa (389 km2), Muhu (200 km2), Vormsi (93 km2). Très peu parmi les autres sont habitées.

La côte sur le golfe de Finlande est formée par un vaste plateau calcaire qui s'achève en falaises de soixante mètres de hauteur. Les autres côtes sont sablonneuses.

Les marées sont peu sensibles dans la mer Baltique, leur amplitude ne dépasse pas un mètre. Toutefois, le vent du sud-ouest peut soulever des vagues de six mètres et cette mer fermée peut devenir très dangereuse (naufrage du ferry Estonia en 1994).

L'hydrographie du pays est déterminée par la présence de moraines glaciaires. Quoique peu élevées, celles-ci ont créé un réseau fluvial complexe : 420 cours d'eau de plus de 10 kilomètres sillonnent en tous sens le pays, dont trois seulement, la Narva, l'Emajögi et le Pärnu, ont un débit important, mais partout on entend l'eau ruisseler et l'on voit le ciel se refléter dans de nombreux lacs.

Sur le plan climatique, l'Estonie est située dans une zone de transition : la température moyenne est de 6 0C à l'ouest et de 4 0C à l'est. Les précipitations, surtout en août et en septembre, sont plus importantes à l'intérieur des terres que sur les côtes, et seules les hauteurs du sud-est sont enneigées durant l'hiver : c'est là que se trouve le point culminant du pays, le Suur Munamägi (318 m).

À cette différence climatique correspond une diversité de paysages ; les tourbières sont situées dans le nord-est alors que les forêts, qui occupent près de 50 p. 100 du territoire, sont particulièrement abondantes dans le sud du pays. Près de 10 p. 100 du territoire national est consacré aux réserves naturelles de la flore et de la faune. On trouve des ours, des loups, des lynx, des élans et des sangliers en grand nombre.

De la Hanse... à l'Union européenne

Depuis leur rattachement à la Hanse au xiiie siècle, deux villes ont connu une expansion notable, Tallinn/Reval grâce à ses activités portuaires et Tartu/Dorpat où fut fondée par les Suédois au xviie siècle la première université luthérienne de la région baltique ; les campagnes, elles, étaient soumises au régime du servage maintenu du xiiie au xixe siècle par les Germaniques et les Suédois. L'agriculture ne s'est vraiment développée qu'au xixe siècle, lorsque les lois de 1816 ont permis une évolution très progressive de la paysannerie vers la liberté. Peu à peu, les cultures se sont diversifiées, celle de la pomme de terre et surtout celle du lin ont apporté une certaine aisance aux paysans.

L'industrie restait très en retard, faute de matières premières à part le bois, et faute de ressources énergétiques. À partir du xixe siècle, le port de Reval a importé de grandes quantités de charbon anglais. Le pays estonien ne possédait que des schistes bitumineux et des phosphorites, dont les gisements sont essentiellement situés dans le nord-est du pays. Leur exploitation a commencé au xixe siècle et est devenue intensive pendant la période soviétique pour alimenter les centrales électriques et thermiques. L'industrie estonienne est spécialisée, aujourd'hui encore, dans l'exploitation du bois et dans l'industrie chimique.

L'Estonie connaît depuis 1991 un développement remarquable dû à la volonté de ses habitants de s'affirmer comme une population responsable, malgré la présence d'une communauté russophone dans l'est du pays et dans la capitale. L'Estonie essaie de mettre en place une économie libérale très ambitieuse qui l'a fait surnommer par ses voisins le « petit tigre de la Baltique ».

La réussite économique estonienne a été soutenue par les pays de l'Europe du Nord et par l'Union européenne. Ses succès sont dus notamment à une politique suivie de privatisation dans tous les secteurs et à une politique fiscale très libérale. Cependant, il faut noter que cette réussite s'est faite aux dépens du monde agricole, considéré comme secondaire par les nouveaux dirigeants du pays.

Une nouvelle politique nataliste ?

En 2011, l'Estonie comptait 1 294 000 habitants dont 15 p. 100 seulement avaient moins de quinze ans. Les Estoniens représentent 68 p. 100 de cette population, les Russophones 25 p. 100 et les minorités venues d'autres républiques 7 p. 100. La situation démographique, très préoccupante (le taux de natalité étant inférieur au taux de mortalité), a conduit le gouvernement à adopter une mesure tout à fait nouvelle, accordant aux jeunes mères une allocation égale à une année de salaire à la naissance de leur premier enfant.

La population russophone, hormis la capitale – où elle est nombreuse –, est surtout concentrée dans le nord-est du pays, à Kohtla-Järve, à Sillamäe et à Narva (90 p. 100 des habitants) où se trouvent les principaux centres d'exploitation minière et les restes de l'industrie lourde soviétique. Tartu, la seconde ville du pays, joue le rôle de capitale intellectuelle et regroupe 103 000 habitants. Pärnu (44 000 habitants), sur la côte sud-ouest, station considérée par les Estoniens comme leur capitale balnéaire, est fréquentée l'été malgré la forte pollution du golfe de Riga.

Dans le sud-est du pays, de part et d'autre d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Estonie : carte physique

Estonie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Estonie : drapeau

Estonie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Tallinn, capitale de l'Estonie

Tallinn, capitale de l'Estonie
Crédits : G. Hellier/ Getty

photographie

Lennart Meri

Lennart Meri
Crédits : Raigo Pajula/ AFP

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteure en civilisation russe, option géographie (Institut national des langues et civilisations orientales), rédactrice pour les revues Questions Internationales et P@ges Europe de la Documentation Française, corédactrice en chef de la revue Regard sur l'Est, chargée de cours à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : docteur de l'Université, ancien maître de conférences à l'Institut national des langues et civilisations orientales (histoire des pays Baltes)
  • : écrivain, traducteur

Classification

Autres références

«  ESTONIE  » est également traité dans :

ESTONIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

BALTES PAYS

  • Écrit par 
  • Suzanne CHAMPONNOIS
  •  • 1 317 mots

Les territoires actuels de l'Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie forment un ensemble géographique soudé de 175 000 kilomètres carrés. On a coutume de dire que ces États constitueraient un tout, les pays Baltes. Or, en dehors de leur unité géographique sur la rive orientale de la mer Baltique, ces pays n'ont, jusqu'au xviii e  siècle, presque rien en commun. Ni leurs origines : les Estoniens […] Lire la suite

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 282 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affirmations nationales et religieuses »  : […] Les impulsions identitaires qui ont accompagné la disparition de la tutelle soviétique ont replacé les Églises historiques au cœur des nations. Elles sont ainsi appelées à relier les États à une culture et une tradition effacées par le communisme, à renouer les fils d'une continuité historique perdue. Elles provoquent des conflits mémoriels, à l'image de ceux qui se sont produits à l'occasion des […] Lire la suite

MINORITÉS DROIT DES

  • Écrit par 
  • Yves PLASSERAUD
  •  • 11 211 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les minorités dans l'ordre juridique des États »  : […] Le régime juridique et notamment l'organisation territoriale de l'État abritant des communautés minoritaires sont évidemment déterminants à l'égard du statut des minorités. Les États unitaires, qui se veulent souvent aussi États-nations, comme la Grèce, la Serbie, la Turquie..., ont généralement plus de mal à vivre avec leurs minorités que ceux qui font une plus grande place à la décentralisation, […] Lire la suite

TALLINN

  • Écrit par 
  • Suzanne CHAMPONNOIS
  •  • 664 mots
  •  • 2 médias

Tallinn, longtemps appelée Reval par les Allemands, est la capitale de l'Estonie. Dès 1154, le géographe arabe Al-Idrīsī note l'existence, sur les bords du futur golfe de Finlande, d'un lieu habité appelé Kolovan. Tallinn doit son nom aux premiers envahisseurs danois qui, en 1219, débarquent sur la côte baltique et fondent à l'emplacement de la forteresse estonienne de Lindanise une cité qu'ils n […] Lire la suite

VALDEMAR II LE VICTORIEUX (1170-1241) roi de Danemark (1202-1241)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 556 mots

Roi de Danemark (1202-1241), né le 28 juin 1170 et mort le 28 mars 1241 à Vordingborg au Danemark. Fils du roi Valdemar I er le Grand (1157-1182) et frère du roi Knud IV, Valdemar est nommé duc de Schleswig en 1191 et conquiert le Holstein et Hambourg en 1200-1201. Monté sur le trône en 1202, il soutient dans un premier temps le candidat du parti guelfe à la couronne impériale, Otton IV, qui en […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-12 juillet 2021 Finances mondiales. Suspension du projet européen de taxe numérique.

l’Estonie, la Hongrie, l’Irlande, le Kenya, le Nigeria, le Pérou, Saint-Vincent-et-les-Grenadines et le Sri Lanka. Le 10, le G20 réuni à Venise approuve, après le G7 en juin, l’accord sur la taxation des multinationales. La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen déclare que cet accord « invite les pays à accepter de démanteler les taxes numériques […] Lire la suite

12-25 janvier 2021 Estonie. Démission du Premier ministre Jüri Ratas.

Le 12, le procureur général annonce que le Parti du centre du Premier ministre Jüri Ratas fait l’objet d’une enquête pour trafic d’influence. La formation est soupçonnée d’avoir reçu un pot-de-vin en échange de l’attribution à une société immobilière d’un prêt garanti par l’État, à un taux avantageux. Le 13, Jüri Ratas annonce sa démission. Le  […] Lire la suite

23-26 mai 2019 Union européenne. Élection du Parlement européen.

Estonie, 7 sièges : Parti de la réforme d’Estonie (libéral), 2 ; Parti social-démocrate, 2 ; Parti du centre d’Estonie (social-libéral), 1 ; Parti populaire conservateur (national-conservateur), 1 ; Isamaa (ou Pro Patria, conservateur), 1. – Finlande, 13 sièges : Parti de la coalition nationale (libéral conservateur), 3 ; Ligue verte (écologiste),  […] Lire la suite

29 avril 2019 Estonie. Participation de l'extrême droite au gouvernement.

Le gouvernement de coalition issu des élections législatives de mars prête serment devant le Parlement. À la suite de l’échec de Kaja Kallas (Parti de la réforme) à former un gouvernement, le Premier ministre sortant Jüri Ratas (Parti du centre) a constitué une coalition avec le Parti populaire conservateur (EKRE, extrême droite) et la formation  […] Lire la suite

26 mars -15 avril 2019 Union européenne. Adoption de la directive sur le droit d'auteur.

l'Estonie et la Slovénie s’abstiennent. La directive doit être transposée dans les droits nationaux d’ici à 2021. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Céline BAYOU, Suzanne CHAMPONNOIS, Jean-Luc MOREAU, « ESTONIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/estonie/