EUROPEDiversité religieuse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les polémiques déclenchées par la proposition de faire une mention explicite des « racines chrétiennes » de l'Europe dans le Préambule du projet de Constitution en 2004 et 2005, ou encore certains aspects – réels ou supposés – du débat sur l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, ont eu le mérite d'attirer l'attention sur la « laïcité » du projet européen, sur sa capacité et sa volonté de définir pour l'Union un régime institutionnalisé des religions. Comprendre cette nouvelle « question laïque » à l'échelle européenne requiert, avant d'apprécier les définitions et normes adoptées, de partir de la réalité sociologique.

Par sa difficulté de traduction dans les diverses langues européennes, le mot français « laïcité » indique d'emblée qu'il ouvre plus un champ de débats et de controverses qu'il n'apporte de solutions, et cela dans une situation que l'on pourrait qualifier de crise.

Crise de l'Europe institutionnelle tout d'abord, qui est particulièrement visible. Alors que les traités précédents (Maastricht, 1992 ; Amsterdam, 1997 ; Nice, 2000) avaient pu être ratifiés et concrétisaient la construction progressive de l'Europe, le traité de Bruxelles portant Constitution pour l'Europe (2004) ouvre une période d'incertitude avec le rejet français de sa ratification (référendum du 29 mai 2005) puis le refus néerlandais. Il a fallu attendre l'élection présidentielle française de mai 2007 pour que des négociations s'engagent et aboutissent au traité de Lisbonne (13 décembre 2007), qui n'est pas un nouveau traité mais un ensemble complexe d'amendements aux anciens traités, consistant en trois documents : le traité sur l'Union européenne (T.U.E.), le traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (T.F.U.E.) et la Charte des droits et libertés. Finalement ratifiés par tous les États, ces textes sont entrés en vigueur le 1er décembre 2009.

En crise également les Églises et les religions du Vieux Continent : si les Églises « historiques » connaissent une désaffection sans précédent – certes différenciée État par État –, l'arrivée de religions comme l'islam ainsi que de nouveaux mouvements plus ou moins sectaires transforment complètement le paysage religieux. D'où des revendications hétérogènes dans l'espace du débat public.

Cette crise est à comprendre non pas au sens commun de « chaos » ou d'apocalypse annonçant des lendemains radicalement nouveaux, mais dans une perspective sociologique, comme le moment où s'interrompt la reproduction routinisée des rapports sociaux et où s'organise une nouvelle configuration des champs sociaux, inédite pour les acteurs. Ce n'est pas à un retour du religieux que nous assistons, mais bien à une recomposition du champ politique (l'Union européenne en construction) et du champ religieux (transformation de « l'économie du salut »), ainsi que de leurs rapports respectifs. Cette situation explique une conjoncture contradictoire : d'une part, les statuts des institutions religieuses dans l'Union européenne sont extrêmement différents et même opposés ; d'autre part, les juges européens construisent une relative homogénéité des règles et des pratiques.

Statuts contradictoires des institutions religieuses

Variété des situations nationales

La diversité des statuts religieux en Europe reflète l'histoire contrastée des rapports entre les Églises et les États.

À une extrémité se situent les « Églises d'État », ou encore « officielles », personnes morales publiques bénéficiant d'une place tout à fait reconnue par l'État, y compris dans la responsabilité de certains actes qui, effectués par elles, auront une valeur juridique officielle (ainsi du mariage religieux reconnu comme mariage civil). Évidemment, ces Églises bénéficient d'avantages spécifiques dans l'usage de l'espace public et du point de vue fiscal. C'est le cas de l'Église établie d'Angleterre (Église anglicane), de l'Église orthodoxe en Grèce et, avec des nuances, de l'Église luthérienne au Danemark et en Finlande (en Suède jusqu'en 2000).

À l'autre extr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Représentants religieux auprès de l'Union européenne

Représentants religieux auprès de l'Union européenne
Crédits : Dominique Faget/ AFP

photographie

Le voile, signe religieux

Le voile, signe religieux
Crédits : Frederick Florin/ AFP

photographie

Pâque russe, 2008

Pâque russe, 2008
Crédits : Stringer/ Pool/ AFP

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire, faculté de droit de l'université de Montpellier-1
  • : directrice de recherche au Centre d'études et de recherches internationales (CERI), Sciences Po Paris

Classification

Autres références

«  EUROPE  » est également traité dans :

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

L'usage fait de l'Europe un continent ; en réalité, celle-ci constitue une partie de l'Eurasie, avec laquelle elle est en continuité de l'Ancien Monde – puisque l'Afrique n'est pas complètement séparée de l'Eurasie –, et nombre de ses affinités sont avec le Nouveau Monde, par-delà l'Atlantique. Son histoire géologique complexe rend compte de ces ambiguïtés.Malgré ses faibles dimensions – avec une […] Lire la suite

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 360 mots
  •  • 12 médias

Modeste péninsule de l'immense masse continentale eurasiatique, l'Europe n'a pas de limites claires à l'est. Pour les géographes de la Grèce antique et leurs successeurs, elle ne s'étendait pas au-delà du Bosphore et des rives occidentales de la mer Noire et, plus au nord, se perdait dans l'espace flou des steppes et des peuples nomades. Au […] Lire la suite

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 491 mots
  •  • 1 média

Le mot « Europe » a fait son apparition, dans un sens géographique, dès le viie siècle avant J.-C. Simple péninsule de l'Asie, ses limites orientales restent arbitraires. On peut même discuter de ses limites occidentales et accepter ou non d'y rattacher certaines îles. Mais ces débats de frontières resteraient académiques si, au cours des siècles, le […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les enjeux de politique intérieure »  : […] Le développement des liaisons ferroviaires et routières entre la Chine et ses voisins permet à Pékin de développer et d’intégrer ses provinces les plus lointaines (Tibet, Yunnan, Xinjiang notamment) pour en faire des plateformes, des points de contact entre la République populaire et le reste du continent eurasiatique. Aux intérêts économiques et stratégiques se greffent dès lors des enjeux de pol […] Lire la suite

TOURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 14 746 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le « Grand Tour », ancêtre le plus direct du tourisme »  : […] Ces approches commettent de spectaculaires anachronismes, car on ne peut comprendre la dynamique touristique comme fait social de très grande ampleur impliquant une majorité d’individus et un grand nombre d’institutions sans partir de la société anglaise qui l’a engendrée et codifiée dans la seconde moitié du xviii e  siècle. Ce lieu et ce moment éclairent la diffusion spatiale et sociale du touri […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel MIAILLE, Kathy ROUSSELET, « EUROPE - Diversité religieuse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-diversite-religieuse/