Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE

Équilibre partiel et équilibre général

Jusqu'à présent, on s'est situé dans le cas le plus général, celui où on suppose qu'il existe plusieurs biens, qui peuvent plus ou moins être substitués les uns aux autres dans la consommation et, bien plus rarement, dans la production. On a donc adopté un point de vue d'équilibre général – le mot « général » désignant le fait que tous les biens et toutes les interdépendances de l'activité économique sont pris en compte, simultanément (Gérard Debreu, Théorie de la valeur, 1959). Une telle approche ne permet pas, cependant, d'aller très loin – en raison de la complexité des interactions des décisions, dès lors qu'elles sont le fait de plusieurs individus (ou entités). Même dans le cadre le plus simple possible, celui de la concurrence parfaite, les interdépendances sont telles qu'on ne peut établir de propriétés générales pour les équilibres – concernant leur stabilité, mais aussi dans une perspective de statique comparative. En fait, dès qu'on sort quelque peu du cadre de la concurrence parfaite, l'existence même de l'équilibre devient problématique.

Pour toutes ces raisons, l'habitude a été prise, en théorie économique, d'adopter un point de vue dit « d'équilibre partiel », qui consiste à ne considérer que les échanges ayant trait à un seul bien, en négligeant ce qui se passe avec les autres biens – on dit qu'on suppose « toutes choses égales par ailleurs » (ceteris paribus). Une telle façon de faire est évidemment contestable, et contestée, puisqu'elle revient à ne pas tenir compte du fait que, lorsque le prix d'un bien varie, relativement au prix des autres biens, cela a un effet sur la demande de ce bien mais aussi sur celle de certains autres biens (auxquels il peut être substitué), ainsi qu'un effet sur le revenu des fournisseurs de ce bien – autrement dit, et en toute rigueur, les choses ne peuvent pas demeurer « égales par ailleurs ». En outre, et surtout, l'approche par l'équilibre partiel ne découle pas directement des choix des unités de base, puisque ces choix portent sur un ensemble de biens, expression des divers choix possibles. Le théoricien va alors se donner une courbe d'offre et une courbe de demande, pour le prix du bien qui l'intéresse – avec le prix de ce bien en abscisse, et sa quantité offerte ou demandée en ordonnée –, courbes dont il essaiera parfois de justifier la pente en utilisant les résultats d'études concernant les réactions des individus aux variations de prix (on sera donc en présence des « réactions moyennes » de tels individus).

Équilibre partiel : représentation de l'équilibre

Équilibre partiel : représentation de l'équilibre

La courbe de demande étant supposée décroissante, celle d'offre croissante, elles se coupent en un seul point, qui donne le prix et la quantité d'équilibre (partiel) – équilibre de concurrence parfaite puisque les courbes d'offre et de demande sont supposées traduire le choix d'agents preneurs de prix (donc avec une institution de type commissaire-priseur qui les propose). La figure 1 décrit une situation de ce type, où E représente l'équilibre.

Équilibre partiel (déplacement de l'équilibre)

Équilibre partiel (déplacement de l'équilibre)

Dans une représentation aussi simplifiée, toute modification des paramètres (goûts, coûts de production, revenus, taux d'intérêt, etc.) se traduit par un déplacement de la courbe de la demande, de la courbe d'offre, ou de toutes les deux, et donc par un déplacement de l'équilibre – ce qui conduit à des conclusions de statique comparative. Ainsi, dans la figure 2, si le déplacement de la courbe de demande résulte d'une hausse ΔR du revenu, alors on peut dire que celle-ci a provoqué une hausse Δp du prix du bien et Δq de sa quantité produite et consommée (passage de l'équilibre E à l'équilibre E'). Le raisonnement n'est toutefois valable que si la variation du revenu est,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Équilibre partiel : représentation de l'équilibre

Équilibre partiel : représentation de l'équilibre

Équilibre partiel (déplacement de l'équilibre)

Équilibre partiel (déplacement de l'équilibre)

Équilibre de Nash et multiplicité d'équilibres

Équilibre de Nash et multiplicité d'équilibres

Autres références

  • ALLAIS MAURICE (1911-2010)

    • Écrit par Universalis, Françoise PICHON-MAMÈRE
    • 1 317 mots

    C'est un économiste français aussi brillant que peu consensuel qui s'est éteint le 9 octobre 2010 à Paris. Participant en 1947 à la première réunion de la très libérale Société du Mont-Pèlerin, partisan de l'Algérie française qui dénonçait le « génocide » commis à l'encontre...

  • ARROW KENNETH JOSEPH (1921-2017)

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 1 242 mots
    ...truchement de son livre Value and Capital, qui paraît en 1939. Arrow tombe par hasard sur cet ouvrage et y découvre son nouveau sujet de réflexion : existe-t-il bel et bien un équilibre économique général et non pas seulement, comme le pensait Marshall, une série d'équilibres sur des marchés particuliers...
  • AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

    • Écrit par Pierre GARROUSTE
    • 1 607 mots
    Pour les tenants de la tradition économique autrichienne, le marché doit être analysé comme un processus et non comme un résultat. « À l'équilibre, il n'y a pas d'échanges », écrit Menger. Ses disciples vont insister sur cet aspect central. L'idée qui fonde cette conception est liée à la fois au...
  • BOULDING KENNETH EWART (1910-1993)

    • Écrit par Guy CAIRE
    • 263 mots

    Né à Liverpool (Grande-Bretagne), étudiant à Oxford puis à Chicago, Kenneth E. Boulding sera assistant à l'université d'Édimbourg de 1934 à 1937, puis à Colgate (États-Unis) de 1937 à 1941. Professeur d'économie à Mcgill University (1946) puis à l'université de Michigan (1949-1968), il devient cette...

  • Afficher les 41 références

Voir aussi