ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Équilibre et « loi de l'offre et de la demande »

En économie, lorsqu'on parle d'équilibre, sans autre précision, on pense généralement à « l'égalité de l'offre et de la demande ». Le théoricien ne peut toutefois s'en tenir à une idée aussi vague, et cherche donc à préciser ce qu'on peut entendre par là – notamment en ce qui concerne l'origine des offres et des demandes. Celles-ci proviennent d'individus ou d'entités telles que les ménages, les entreprises, les administrations, etc., unités de décision de base de l'économie. Comment celles-ci feront-elles leurs choix – qui se traduiront par des offres et des demandes ? Une hypothèse essentielle en théorie économique est de considérer que, entre plusieurs possibilités, celle qui permet d'obtenir la plus grande satisfaction, ou le plus haut revenu, ou celle qui coûte le moins cher, sera préférée aux autres, toutes choses égales par ailleurs – c'est ce qu'on appelle parfois l'hypothèse de rationalité. Les décisions prises sur cette base vont toutefois dépendre des informations dont disposent ceux qui les prennent, et des variables sur lesquelles ils peuvent agir. Il revient au théoricien de donner des précisions à ce sujet, au moment où il construit un modèle (dont il cherchera ensuite les équilibres).

Souvent, quand on fait allusion à la « loi de l'offre et de la demande », on entend par là, à la fois, que les offres et les demandes dépendent des prix et que ceux-ci varient avec les offres et les demandes. Le raisonnement est alors circulaire : les prix « déterminent » les offres et les demandes, qui elles-mêmes « déterminent » les prix. Une façon d'éviter cette faute logique est de se demander d'abord d'où viennent les prix : qui les propose et, éventuellement, qui les fait varier ? La réponse à cette question est loin d'aller de soi. D'où l'habitude prise par beaucoup de théoriciens – du moins ceux qui font appel à la modélisation mathématique – de supposer qu'il existe une instance extérieure aux parties (et qui n'a pas d'objectifs propres, si ce n'est de servir la communauté), dont le rôle est de proposer un prix unique par bien, puis de centraliser les offres et les demandes faites à ces prix, de les confronter après les avoir additionnées – en augmentant le prix du bien dont la demande (globale) est supérieure à l'offre, en les diminuant dans le cas contraire ; et ainsi de suite. Le processus de recherche des équilibres prend alors une forme relativement précise – dans laquelle on peut voir une représentation de la loi de l'offre et de la demande (cette « loi » étant en fait une règle appliquée par l'instance qui propose et fait varier les prix). La forme de ce processus, et de ses équilibres, dépend évidemment de la façon dont les ménages et les entreprises formulent leurs offres et leurs demandes, aux prix donnés. Le cas le plus simple est celui où on suppose qu'ils sont tous « preneurs de prix », ce qui signifie que chacun ignore l'existence des autres et les effets que peuvent avoir ses offres et ses demandes sur les prix proposés par l'instance centrale – appelée souvent « commissaire-priseur » (le « crieur de prix » chez Walras). Si tel est le cas, les offres et les demandes s'expriment comme des fonctions des seuls prix (ce qui simplifie énormément le traitement mathématique et la caractérisation des équilibres) ; on dit alors qu'on est en présence du modèle de « concurrence parfaite ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Équilibre partiel : représentation de l'équilibre

Équilibre partiel : représentation de l'équilibre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Équilibre partiel (déplacement de l'équilibre)

Équilibre partiel (déplacement de l'équilibre)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Équilibre de Nash et multiplicité d'équilibres

Équilibre de Nash et multiplicité d'équilibres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

ALLAIS MAURICE (1911-2010)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  • , Universalis
  •  • 1 312 mots

C'est un économiste français aussi brillant que peu consensuel qui s'est éteint le 9 octobre 2010 à Paris. Participant en 1947 à la première réunion de la très libérale Société du Mont-Pèlerin, partisan de l'Algérie française qui dénonçait le « génocide » commis à l'encontre des Français d'Algérie et des musulmans pro-français, critique acerbe du « libre-échangisme aveugle » défendu à l'O.M.C. co […] Lire la suite

ARROW KENNETH JOSEPH (1921-2017)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 238 mots

Dans le chapitre « L'équilibre général walrasien »  : […] Kenneth Arrow s'intéresse ensuite à l'équilibre général des économistes néo-classiques. Au cours de ses études, il a étudié la théorie néo-classique dans les écrits d'Alfred Marshall. En effet, jusqu'aux années 1940, Léon Walras reste peu connu des Anglo-Saxons. C'est John Hicks qui l'introduit en Angleterre et aux États-Unis par le truchement de son livre Value and Capital , qui paraît en 1939. A […] Lire la suite

AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Processus de marché »  : […] Pour les tenants de la tradition économique autrichienne, le marché doit être analysé comme un processus et non comme un résultat. « À l'équilibre, il n'y a pas d'échanges », écrit Menger. Ses disciples vont insister sur cet aspect central. L'idée qui fonde cette conception est liée à la fois au subjectivisme et à une conception particulière du temps. À la conception « newtonienne », à laquelle […] Lire la suite

BOULDING KENNETH EWART (1910-1993)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 267 mots

Né à Liverpool (Grande-Bretagne), étudiant à Oxford puis à Chicago, Kenneth E. Boulding sera assistant à l'université d'Édimbourg de 1934 à 1937, puis à Colgate (États-Unis) de 1937 à 1941. Professeur d'économie à Mcgill University (1946) puis à l'université de Michigan (1949-1968), il devient cette dernière année président de l'American Economic Association. Directeur de l'Institute of Behavioral […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Le taux de change d'équilibre fondamental »  : […] L'objet des théories du taux de change d'équilibre à long terme, n'est plus tant de prévoir le taux de change, même à long terme, mais bien plutôt de déterminer dans quelle mesure certaines monnaies sont sous- ou surévaluées. Le taux de change d'équilibre ainsi calculé est alors plus proche d'une norme de change que d'une prévision de la dynamique observée du taux de change. Il peut, en principe, […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « La synthèse »  : […] La synthèse proposée par Elhanan Helpman et Paul Krugman en 1985 en termes d' équilibre intégré a permis de dépasser l'opposition paradigmatique entre avantage comparatif et concurrence imparfaite, en donnant une nouvelle interprétation de l'apport de Jaroslav Vanek. Ils considèrent une situation initiale (théorique) d'intégration parfaite de l'économie mondiale : les prix des biens et les rémunér […] Lire la suite

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « Les conditions d'un marché de concurrence pure et parfaite »  : […] Le marché est dit de « concurrence pure et parfaite » si plusieurs conditions sont réunies. On suppose la présence d'un très grand nombre de vendeurs et d'acheteurs, aucun n'étant capable d'influer sur le prix du marché par ses propres décisions ; la qualité du bien est supposée homogène, de sorte que les clients choisissent leur fournisseur exclusivement en fonction des prix proposés par les co […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monétarisme et néo-libéralisme »  : […] L' école monétariste est menée par Friedman (1953, Essays in Positive Economics  ; 1956, Studies in the Quantity Theory of Money  ; 1969, The Optimum Quantity of Money and Other Essays ) qui, dans les années 1950 et 1960, critique le système de taux de change fixes de Bretton-Woods et les politiques inspirées du keynésianisme. De façon générale, Milton Friedman conteste la possibilité pour les a […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 854 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'égalisation des taux de profit »  : […] Cette critique est liée étroitement à une autre, plus fondamentale encore. Smith détermine les prix naturels en supposant donnés les taux de salaire, de profit et de rente, les salaires, les profits et les rentes étant les composantes du prix naturel. La théorie de la rente différentielle va cependant permettre d'exclure celle-ci des composantes des prix. En conséquence de quoi, le revenu nation […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 837 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'équilibre de marché et son optimalité »  : […] Leur vision de la concurrence et leur modèle du consommateur et du producteur conduisent les néoclassiques à une description du marché selon laquelle, quand le prix augmente, la quantité offerte augmente et la quantité demandée diminue. Offre et demande évoluant en sens inverse par rapport au prix, le mécanisme de marché conduit à un équilibre, c'est-à-dire à la détermination d'un système de prix […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-31 décembre 2019 France. Mouvement de contestation de la réforme des retraites.

Le 11, le Premier ministre Édouard Philippe précise devant le Conseil économique, social et environnemental les détails de la réforme des retraites. Il annonce notamment l’instauration d’un « âge d’équilibre » – ou âge pivot – de la retraite à taux plein à soixante-quatre ans en 2027, en vue de parvenir à cette date à un équilibre financier du régime des retraites. […] Lire la suite

30 septembre 2019 Belgique. Conclusion d'un accord de gouvernement en Flandre.

Sur le plan économique, l’accord prône un retour à l’équilibre budgétaire en 2021. L’ancien ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) doit assurer les fonctions de ministre-président. […] Lire la suite

22-26 mars 2019 Chine – Union européenne. Visite du président chinois Xi Jinping en Europe.

Les quatre dirigeants défendent le multilatéralisme, Emmanuel Macron se prononçant en faveur « de nouveaux liens d’équilibre » et Angela Merkel appelant la Chine à plus de « réciprocité » en matière d’ouverture des marchés. […] Lire la suite

3-29 mai 2013 France – Union européenne. Délai accordé par la Commission européenne pour réduire le déficit budgétaire

Ce délai est assorti de la condition de mener des réformes structurelles destinées à assainir les finances publiques sans entraver la reprise économique. Le ministre français de l'Économie Pierre Moscovici salue ce « changement de doctrine ». Cette décision, qui doit être entérinée par les ministres des Finances européens en juillet, témoigne du débat qui agite les Vingt-Sept depuis quelques mois sur l'équilibre à trouver entre politique d'austérité et croissance. […] Lire la suite

8-27 août 2011 Union européenne. Tension sur les marchés financiers et plans d'austérité des gouvernements

Le 16, le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel, réunis à Paris, expriment leur intention de renforcer l'intégration économique au sein de la zone euro. Ils proposent l'instauration d'un « gouvernement économique » qui réunirait les chefs d'État et de gouvernement deux fois par an sous la présidence de Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, l'inscription dans la Constitution des dix-sept États de la zone euro de la « règle d'or » comme principe de l'équilibre budgétaire, la création d'une taxe sur les transactions financières au sein de l'Union européenne, et la fixation de taux et d'assiette identiques pour l'impôt sur les sociétés en France et en Allemagne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard GUERRIEN, « ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-economique/