ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Équilibre et « loi de l'offre et de la demande »

En économie, lorsqu'on parle d'équilibre, sans autre précision, on pense généralement à « l'égalité de l'offre et de la demande ». Le théoricien ne peut toutefois s'en tenir à une idée aussi vague, et cherche donc à préciser ce qu'on peut entendre par là – notamment en ce qui concerne l'origine des offres et des demandes. Celles-ci proviennent d'individus ou d'entités telles que les ménages, les entreprises, les administrations, etc., unités de décision de base de l'économie. Comment celles-ci feront-elles leurs choix – qui se traduiront par des offres et des demandes ? Une hypothèse essentielle en théorie économique est de considérer que, entre plusieurs possibilités, celle qui permet d'obtenir la plus grande satisfaction, ou le plus haut revenu, ou celle qui coûte le moins cher, sera préférée aux autres, toutes choses égales par ailleurs – c'est ce qu'on appelle parfois l'hypothèse de rationalité. Les décisions prises sur cette base vont toutefois dépendre des informations dont disposent ceux qui les prennent, et des variables sur lesquelles ils peuvent agir. Il revient au théoricien de donner des précisions à ce sujet, au moment où il construit un modèle (dont il cherchera ensuite les équilibres).

Souvent, quand on fait allusion à la « loi de l'offre et de la demande », on entend par là, à la fois, que les offres et les demandes dépendent des prix et que ceux-ci varient avec les offres et les demandes. Le raisonnement est alors circulaire : les prix « déterminent » les offres et les demandes, qui elles-mêmes « déterminent » les prix. Une façon d'éviter cette faute logique est de se demander d'abord d'où viennent les prix : qui les propose et, éventuellement, qui les fait varier ? La réponse à cette question est loin d'aller de soi. D'où l'habitude prise par beaucoup de théoriciens – du moins ceux qui font appel à la modélisation mathématique – de supposer qu'il existe une instance extérieure aux parties (et qui n'a pas d'objectifs propres, si ce n'est de servir la communauté), dont le rôle est de proposer un prix u [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages



Médias de l’article

Équilibre partiel : représentation de l'équilibre

Équilibre partiel : représentation de l'équilibre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Équilibre partiel (déplacement de l'équilibre)

Équilibre partiel (déplacement de l'équilibre)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Équilibre de Nash et multiplicité d'équilibres

Équilibre de Nash et multiplicité d'équilibres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

ALLAIS MAURICE (1911-2010)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  • , Universalis
  •  • 1 312 mots

C'est un économiste français aussi brillant que peu consensuel qui s'est éteint le 9 octobre 2010 à Paris. Participant en 1947 à la première réunion de la très libérale Société du Mont-Pèlerin, partisan de l'Algérie française qui dénonçait le « génocide » commis à l'encontre des Français d'Algérie et des musulmans pro-français, critique acerbe du « libre-échangisme aveugle » défendu à l'O.M.C. co […] Lire la suite

ARROW KENNETH JOSEPH (1921-2017)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 238 mots

Dans le chapitre « L'équilibre général walrasien »  : […] Kenneth Arrow s'intéresse ensuite à l'équilibre général des économistes néo-classiques. Au cours de ses études, il a étudié la théorie néo-classique dans les écrits d'Alfred Marshall. En effet, jusqu'aux années 1940, Léon Walras reste peu connu des Anglo-Saxons. C'est John Hicks qui l'introduit en Angleterre et aux États-Unis par le truchement de son livre Value and Capital , qui paraît en 1939. A […] Lire la suite

AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Processus de marché »  : […] Pour les tenants de la tradition économique autrichienne, le marché doit être analysé comme un processus et non comme un résultat. « À l'équilibre, il n'y a pas d'échanges », écrit Menger. Ses disciples vont insister sur cet aspect central. L'idée qui fonde cette conception est liée à la fois au subjectivisme et à une conception particulière du temps. À la conception « newtonienne », à laquelle […] Lire la suite

BOULDING KENNETH EWART (1910-1993)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 267 mots

Né à Liverpool (Grande-Bretagne), étudiant à Oxford puis à Chicago, Kenneth E. Boulding sera assistant à l'université d'Édimbourg de 1934 à 1937, puis à Colgate (États-Unis) de 1937 à 1941. Professeur d'économie à Mcgill University (1946) puis à l'université de Michigan (1949-1968), il devient cette dernière année président de l'American Economic Association. Directeur de l'Institute of Behavioral […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Le taux de change d'équilibre fondamental »  : […] L'objet des théories du taux de change d'équilibre à long terme, n'est plus tant de prévoir le taux de change, même à long terme, mais bien plutôt de déterminer dans quelle mesure certaines monnaies sont sous- ou surévaluées. Le taux de change d'équilibre ainsi calculé est alors plus proche d'une norme de change que d'une prévision de la dynamique observée du taux de change. Il peut, en principe, […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « La synthèse »  : […] La synthèse proposée par Elhanan Helpman et Paul Krugman en 1985 en termes d' équilibre intégré a permis de dépasser l'opposition paradigmatique entre avantage comparatif et concurrence imparfaite, en donnant une nouvelle interprétation de l'apport de Jaroslav Vanek. Ils considèrent une situation initiale (théorique) d'intégration parfaite de l'économie mondiale : les prix des biens et les rémunér […] Lire la suite

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « Les conditions d'un marché de concurrence pure et parfaite »  : […] Le marché est dit de « concurrence pure et parfaite » si plusieurs conditions sont réunies. On suppose la présence d'un très grand nombre de vendeurs et d'acheteurs, aucun n'étant capable d'influer sur le prix du marché par ses propres décisions ; la qualité du bien est supposée homogène, de sorte que les clients choisissent leur fournisseur exclusivement en fonction des prix proposés par les co […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monétarisme et néo-libéralisme »  : […] L' école monétariste est menée par Friedman (1953, Essays in Positive Economics  ; 1956, Studies in the Quantity Theory of Money  ; 1969, The Optimum Quantity of Money and Other Essays ) qui, dans les années 1950 et 1960, critique le système de taux de change fixes de Bretton-Woods et les politiques inspirées du keynésianisme. De façon générale, Milton Friedman conteste la possibilité pour les a […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'égalisation des taux de profit »  : […] Cette critique est liée étroitement à une autre, plus fondamentale encore. Smith détermine les prix naturels en supposant donnés les taux de salaire, de profit et de rente, les salaires, les profits et les rentes étant les composantes du prix naturel. La théorie de la rente différentielle va cependant permettre d'exclure celle-ci des composantes des prix. En conséquence de quoi, le revenu nation […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'équilibre de marché et son optimalité »  : […] Leur vision de la concurrence et leur modèle du consommateur et du producteur conduisent les néoclassiques à une description du marché selon laquelle, quand le prix augmente, la quantité offerte augmente et la quantité demandée diminue. Offre et demande évoluant en sens inverse par rapport au prix, le mécanisme de marché conduit à un équilibre, c'est-à-dire à la détermination d'un système de prix […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « Le keynésianisme de la synthèse »  : […] L'école de la synthèse regroupe deux grands courants. D'une part, les recherches qui, à partir de la publication de l'article de John Hicks intitulé « Mr. Keynes and the Classics » (1937), ont formalisé la Théorie générale dans des modèles de type IS/LM/DG/OG. D'autre part, les travaux de « l'école du déséquilibre », encore appelée « théorie des équilibres à prix fixes » ou « équilibres non walra […] Lire la suite

ÉCONOMIE EXPÉRIMENTALE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis RULLIÈRE
  •  • 2 229 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comment concevoir l'expérimentation en économie ? »  : […] Vernon L. Smith de l'université George Mason en Virginie a été distingué, conjointement à Daniel Kahneman, en octobre 2002 par l'attribution du prix Nobel d'économie « pour avoir fait de l'expérience en laboratoire un instrument d'analyse économique empirique, en particulier dans l'étude de différentes structures de marché ». La reconnaissance de ses travaux visait en fait à consacrer l'économie […] Lire la suite

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'oligopole »  : […] Les situations de monopole restent rares ; par contre, de nombreuses industries sont constituées d'un nombre restreint d'entreprises. Dans ce contexte, les choix d'une entreprise, en particulier en matière de fixation de prix, sont contraints par la concurrence exercée par les autres entreprises et le risque de voir ses clients se détourner pour acheter ailleurs. On parle alors de concurrence imp […] Lire la suite

ÉCONOMIE RÉGIONALE ET URBAINE

  • Écrit par 
  • Jacques THISSE
  •  • 12 076 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Localisation des villes »  : […] L'hypothèse de coûts nuls de transport des biens implique que chaque ville puisse être considérée comme une « île flottante » dont la localisation serait sans importance. Une telle modélisation ignore les faits stylisés rassemblés par les géographes au sein de la théorie des lieux centraux ( central places , souvent mal traduit par « places centrales ») initiée par Christaller. Longtemps, les écon […] Lire la suite

ÉLÉMENTS D'ÉCONOMIE POLITIQUE PURE, Léon Walras - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 965 mots

Ouvrage fondateur avec ceux de Stanley Jevons (1871) et de Carl Menger (1871) de la révolution marginaliste en économie, les Éléments d'économie politique pure se distinguent par l'ambition de représenter les faits économiques comme un ensemble de relations interdépendantes. Léon Walras (1834-1910) est, pour cette raison, le père de la théorie de l'équilibre général, d'abord assimilée à l'école […] Lire la suite

HICKS JOHN RICHARD (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Christine BARTHET
  •  • 658 mots

Économiste britannique, Hicks a mené de front des activités de professeur (à l'université de Manchester jusqu'en 1946, puis, à partir de 1952, au All Souls College à Oxford) et la rédaction de nombreux ouvrages de qualité. Dès 1932, il publie La Théorie des salaires ( Theory of Wages ), où il développe sa conception des « inventions induites » ; selon lui, les entrepreneurs sont peu enclins à con […] Lire la suite

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « Efficacité et redistribution »  : […] Dans une vision minimaliste, la seule fonction de l'État serait de protéger l'individu contre la violence. L'État n'est nécessaire que parce qu'il permet d'échapper à la loi de la nature où les droits des autres ne sont pas suffisamment reconnus. En garantissant juridiquement les contrats, l'État permet d'instaurer la confiance entre les individus, ce qui favorise la coopération. L'économie publiq […] Lire la suite

JEUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 8 066 mots

Dans le chapitre « Le cœur »  : […] L'un des principaux inconvénients de la solution de von Neumann et Morgenstern est que ses imputations peuvent être elles-mêmes dominées et donc, d'une certaine façon, « non stables ». D'où l'idée d'introduire une nouvelle condition, qui consiste à exclure les imputations dominées, et à définir ainsi un nouveau concept de solution : le cœur . Celui-ci est donc un ensemble d'imputations qui domine […] Lire la suite

M. KEYNES ET LES " CLASSIQUES ": PROPOSITION D'UNE INTERPRÉTATION, John R. Hicks - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 236 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle original : SI-LL »  : […] Hicks procède en trois temps. Il établit tout d'abord une version monétaire (section I), à court terme, de la théorie « classique », qui doit servir de point de comparaison avec la théorie de Keynes. Ensuite, Hicks construit un modèle schématique de la théorie générale (sections II et III), censé en résumer les principales conclusions. Enfin, il discute les effets d'une politique monétaire expans […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-31 décembre 2019 • France • Mouvement de contestation de la réforme des retraites.

de trois cent quarante mille manifestants dans le pays. Le 11, le Premier ministre Édouard Philippe précise devant le Conseil économique, social et environnemental les détails de la réforme des retraites. Il annonce notamment l’instauration d’un « âge d’équilibre » – ou âge pivot – de la retraite à taux [...] Lire la suite

30 septembre 2019 • Belgique • Conclusion d’un accord de gouvernement en Flandre.

dans le cadre du parcours d’intégration obligatoire. Sur le plan économique, l’accord prône un retour à l’équilibre budgétaire en 2021. L’ancien ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) doit assurer les fonctions de ministre-président.  [...] Lire la suite

22-26 mars 2019 • Chine - Union européenne • Visite du président chinois Xi Jinping en Europe.

alternatifs de gouvernance » et un « concurrent économique en quête de leadership technologique » dont les prétentions territoriales « affectent l’ordre juridique international » et dont le développement des capacités militaires « présente des risques sécuritaires pour l’Union européenne ». Le 23 [...] Lire la suite

3-29 mai 2013 • France - Union européenne • Délai accordé par la Commission européenne pour réduire le déficit budgétaire.

de mener des réformes structurelles destinées à assainir les finances publiques sans entraver la reprise économique. Le ministre français de l'Économie Pierre Moscovici salue ce « changement de doctrine ». Cette décision, qui doit être entérinée par les ministres des Finances européens en juillet [...] Lire la suite

8-27 août 2011 • Union européenne • Tension sur les marchés financiers et plans d'austérité des gouvernements.

et la chancelière allemande Angela Merkel, réunis à Paris, expriment leur intention de renforcer l'intégration économique au sein de la zone euro. Ils proposent l'instauration d'un « gouvernement économique » qui réunirait les chefs d'État et de gouvernement deux fois par an sous la présidence [...] Lire la suite

20-22 juin 2002 • Union européenne • Sommet de Séville.

Le 20, les ministres des Finances des Quinze, réunis à Madrid, adoptent les grandes orientations qui doivent guider la politique économique des pays de l'Union, et notamment la politique budgétaire de la France. Celle-ci est accusée par ses partenaires de s'éloigner de l'objectif d'équilibre [...] Lire la suite

16 juillet 2001 • Russie - Chine • Signature d'un traité d'amitié et de coopération.

» que Moscou et Pékin appellent de leurs vœux; il prévoit la résolution des différends bilatéraux par des moyens exclusivement pacifiques, ainsi que le développement de la coopération « économique et militaro-technique ». Les deux pays s'y engagent à soutenir « l'équilibre stratégique mondial [...] Lire la suite

21-29 avril 1997 • France • Dissolution de l'Assemblée nationale.

de « capitalisme dur », plutôt que de] « reconstruire l'équilibre économique et social français dans l'engagement européen? » Le 22, dans un discours-programme prononcé devant les élus de la majorité, Alain Juppé annonce la poursuite de la politique engagée par le gouvernement en refusant tout « tournant [...] Lire la suite

6 mai - 2 juin 1996 • France • Démission de Jean-Pierre Elkabbach de la présidence de France Télévisions.

de commerce de Paris rejette la requête en référé déposée par France 2 en vue de faire nommer un expert chargé d'examiner les comptes de Réservoir Prod. Le juge fait valoir que « France 2 aurait dû s'entourer d'un minimum de garanties, afin d'être assurée de l'équilibre économique des contrats [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard GUERRIEN, « ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-economique/