Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COÛTS DE PRODUCTION

Pour produire, une entreprise utilise ce que les économistes appellent des facteurs de production : main-d'œuvre (facteur travail), équipements, machines, etc. (facteur capital). La relation existant entre la production et les quantités de facteurs de production utilisées peut être exprimée sous la forme d'une fonction mathématique appelée fonction de production. Celle-ci permet d'étudier, pour un niveau de production donné, les différentes combinaisons possibles de facteurs de production. Ces combinaisons dépendent du degré de complémentarité ou de substituabilité des facteurs : peut-on, et si oui dans quelle proportion, remplacer un travailleur par des machines – du travail par du capital – ou inversement ? Une fois connues les quantités de facteurs de production utilisées dans l'acte productif, on peut analyser celui-ci en se focalisant soit sur le coût des facteurs, soit sur leur rendement. Ces deux dimensions de l'analyse sont complémentaires, et appellent chacune des précisions, car différents types de coûts et de rendements sont à distinguer.

Typologie des coûts et des rendements

Pour analyser le coût total de production, on le décompose en général en deux parties, l'une fixe, l'autre variable. Les coûts fixes sont indépendants de la quantité produite (par exemple, la construction d'une usine) et les coûts variables fonction de la quantité produite (par exemple, l'achat de matières premières ou les salaires). Lorsqu'on rapporte le coût total (ou chacune de ses composantes, coût variable et coût fixe) à la quantité produite, on obtient le coût total moyen, ou coût unitaire (ou coût variable moyen et coût fixe moyen).

Cette décomposition ne dépend pas seulement de la nature des facteurs employés, mais également de l'horizon temporel considéré : à long terme – contrairement au court terme –, aucun coût n'est réellement fixe, car les quantités de tous les facteurs peuvent être ajustées et tous les coûts deviennent variables (par exemple, l'usine construite, si elle ne convient plus, peut être revendue ou agrandie).

Une fois connus les quantités et les coûts des facteurs de production mobilisés pour la production, on peut calculer des indicateurs de productivité. La productivité se définit comme le rapport entre la production et la quantité de facteurs de production nécessaire pour l'obtenir, ou comme le rapport entre la valeur ajoutée et le prix des facteurs de production nécessaires à la production. La première définition renvoie à la productivité physique, la seconde exprime la productivité en unités monétaires.

Quand la productivité est exprimée à partir d'un seul facteur, elle mesure l'apport productif du facteur considéré, et on parle alors de productivité apparente. Par exemple, si en dix heures de travail un travailleur produit 10 euros de valeur ajoutée, la productivité apparente du travail est de 1 euro. Cette productivité moyenne correspond au rendement du facteur, ou rendement factoriel. La loi des rendements décroissants, que l'on peut attribuer à Turgot (dans ses Observations sur le mémoire de M. de Saint-Péravy, 1767, Turgot parlait de loi des proportions variables), s'applique aux rendements factoriels : dans une usine, l'embauche de nouveaux travailleurs – en supposant qu'aucune machine n'est ajoutée – fait augmenter la production totale, mais de moins en moins vite.

Lorsque tous les facteurs de production sont susceptibles d'être ajustés ensemble et dans la même proportion, on parle de rendements d'échelle. L'existence de rendements d'échelle provient du fait que le coût moyen n'est pas nécessairement constant lorsque la quantité produite varie. Si le coût moyen baisse lorsque la production augmente, l'entreprise réalise des économies d'échelle : on parle alors de rendements d'échelle croissants.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : enseignant, chercheur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne (T.E.A.M.-C.N.R.S.)

Classification

Pour citer cet article

Nicolas COUDERC. COÛTS DE PRODUCTION [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

    • Écrit par et
    • 9 998 mots
    • 2 médias
    ...plus progressé, les gains de productivité agricole ont été si importants qu'ils ont souvent dépassé ceux des autres secteurs de l'économie, de sorte que les coûts de production et les prix réels (déduction faite de l'inflation) des produits agricoles ont très fortement baissé. Ainsi, dans les pays développés,...
  • AUTOFINANCEMENT

    • Écrit par
    • 5 257 mots
    ...salariés, suivant un raisonnement similaire, on a parfois estimé que l'accroissement des marges ou des profits pouvait être obtenu grâce à la compression des coûts, les coûts du travail en particulier. Inversement, on pensera que les fonds consacrés à l'autofinancement auraient pu être distribués sous forme...
  • BRÉSIL - Économie

    • Écrit par
    • 6 375 mots
    • 6 médias
    Un deuxième problème réside dans les coûts de production élevés d'une industrie protégée de la concurrence extérieure. À l'époque, nombre de firmes fonctionnent avec un seuil de production suboptimal. Par exemple, l'industrie automobile réalisait en 1964 une production totale de 200 000 unités pour...
  • CHINE - Économie

    • Écrit par et
    • 8 244 mots
    • 5 médias
    Mais la réserve de travailleurs issus des campagnes s’épuise, tandis que la croissance de la population active marque le pas. En conséquence, le coût du travail augmente fortement depuis le milieu des années 2000, notamment pour ces travailleurs ruraux migrants employés dans les industries d’exportation,...
  • Afficher les 32 références