ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Équilibre partiel : représentation de l'équilibre

Équilibre partiel : représentation de l'équilibre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Équilibre partiel (déplacement de l'équilibre)

Équilibre partiel (déplacement de l'équilibre)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Équilibre de Nash et multiplicité d'équilibres

Équilibre de Nash et multiplicité d'équilibres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Équilibre et dépendance par rapport au chemin

Comme on l'a souligné, l'importance accordée aux équilibres par les théoriciens ne se justifie que si l'on considère qu'ils sont l'aboutissement d'un processus (qu'ils sont des « attracteurs » du système). Dans les exemples donnés jusqu'à présent, on a supposé que les équilibres et les processus qui y conduisent étaient indépendants, dans le sens où la forme des équilibres n'est pas affectée par le processus dont ils sont l'aboutissement. Par exemple, dans l'équation (2) qui décrit le tâtonnement walrasien, il est supposé que la forme des fonctions d'offre et de demande est constante dans le temps. On fait donc implicitement l'hypothèse qu'il n'y a pas d'échanges entre les individus au cours de processus, tant que les prix affichés n'égalisent pas l'offre et la demande totales. Dans le cas contraire, celui où il y aurait des échanges à d'autres prix (certains acheteurs étant disposés à payer « le prix fort » ou certains vendeurs à « brader » une partie de leurs marchandises), alors la situation se compliquerait beaucoup : comme ceux qui ont fait des échanges à des prix hors équilibre ne sont plus offreurs ou demandeurs, la forme des fonctions d'offre et de demande globales va être modifiée (il ne restera plus que ceux qui ne veulent pas « payer trop cher » et ceux qui ne veulent pas « brader » leur produit). Le résultat final de ce processus, l'équilibre qu'il atteint, va donc dépendre des échanges faits à ces prix, « hors équilibre » : on dit que l'« équilibre dépend du chemin suivi » (il est path dependent). En fait, dans ce cas, il y aura autant d'équilibres que de façons d'effectuer des échanges en cours de route – c'est-à-dire, un grand nombre, si ce n'est une infinité. Il y a indétermination puisque l'équilibre atteint dépend des aléas des rencontres entre les échangeurs potentiels. On voit ici encore l'intérêt, pour le modélisateur, de l'hypothèse de concurrence parfaite : en supposant qu'il existe une institution du type commissaire-priseur, qui « tâtonne » en cherchant les prix d'équilibre tout en interdisant l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

ALLAIS MAURICE (1911-2010)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  • , Universalis
  •  • 1 312 mots

C'est un économiste français aussi brillant que peu consensuel qui s'est éteint le 9 octobre 2010 à Paris. Participant en 1947 à la première réunion de la très libérale Société du Mont-Pèlerin, partisan de l'Algérie française qui dénonçait le « génocide » commis à l'encontre des Français d'Algérie et des musulmans pro-français, critique acerbe du « libre-échangisme aveugle » défendu à l'O.M.C. co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-allais/#i_15532

ARROW KENNETH JOSEPH (1921-2017)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 238 mots

Dans le chapitre « L'équilibre général walrasien »  : […] Kenneth Arrow s'intéresse ensuite à l'équilibre général des économistes néo-classiques. Au cours de ses études, il a étudié la théorie néo-classique dans les écrits d'Alfred Marshall. En effet, jusqu'aux années 1940, Léon Walras reste peu connu des Anglo-Saxons. C'est John Hicks qui l'introduit en Angleterre et aux États-Unis par le truchement de son livre Value and Capital , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenneth-joseph-arrow/#i_15532

AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Processus de marché »  : […] Pour les tenants de la tradition économique autrichienne, le marché doit être analysé comme un processus et non comme un résultat. « À l'équilibre, il n'y a pas d'échanges », écrit Menger. Ses disciples vont insister sur cet aspect central. L'idée qui fonde cette conception est liée à la fois au subjectivisme et à une conception particulière du temps. À la conception « newtonienne », à laquelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-autrichienne-economie/#i_15532

BOULDING KENNETH EWART (1910-1993)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 267 mots

Né à Liverpool (Grande-Bretagne), étudiant à Oxford puis à Chicago, Kenneth E. Boulding sera assistant à l'université d'Édimbourg de 1934 à 1937, puis à Colgate (États-Unis) de 1937 à 1941. Professeur d'économie à Mcgill University (1946) puis à l'université de Michigan (1949-1968), il devient cette dernière année président de l'American Economic Association. Directeur de l'Institute of Behavioral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenneth-ewart-boulding/#i_15532

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Le taux de change d'équilibre fondamental »  : […] L'objet des théories du taux de change d'équilibre à long terme, n'est plus tant de prévoir le taux de change, même à long terme, mais bien plutôt de déterminer dans quelle mesure certaines monnaies sont sous- ou surévaluées. Le taux de change d'équilibre ainsi calculé est alors plus proche d'une norme de change que d'une prévision de la dynamique observée du taux de change. Il peut, en principe, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-les-theories-du-change/#i_15532

COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « La synthèse »  : […] La synthèse proposée par Elhanan Helpman et Paul Krugman en 1985 en termes d' équilibre intégré a permis de dépasser l'opposition paradigmatique entre avantage comparatif et concurrence imparfaite, en donnant une nouvelle interprétation de l'apport de Jaroslav Vanek. Ils considèrent une situation initiale (théorique) d'intégration parfaite de l'économie mondiale : les prix de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-theories/#i_15532

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « Les conditions d'un marché de concurrence pure et parfaite »  : […] Le marché est dit de « concurrence pure et parfaite » si plusieurs conditions sont réunies. On suppose la présence d'un très grand nombre de vendeurs et d'acheteurs, aucun n'étant capable d'influer sur le prix du marché par ses propres décisions ; la qualité du bien est supposée homogène, de sorte que les clients choisissent leur fournisseur exclusivement en fonction des prix proposés par les co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concurrence-economie/#i_15532

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monétarisme et néo-libéralisme »  : […] L' école monétariste est menée par Friedman (1953, Essays in Positive Economics  ; 1956, Studies in the Quantity Theory of Money  ; 1969, The Optimum Quantity of Money and Other Essays ) qui, dans les années 1950 et 1960, critique le système de taux de change fixes de Bretton-Woods et les politiques inspirées du keynésianisme. De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_15532

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'égalisation des taux de profit »  : […] Cette critique est liée étroitement à une autre, plus fondamentale encore. Smith détermine les prix naturels en supposant donnés les taux de salaire, de profit et de rente, les salaires, les profits et les rentes étant les composantes du prix naturel. La théorie de la rente différentielle va cependant permettre d'exclure celle-ci des composantes des prix. En conséquence de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_15532

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'équilibre de marché et son optimalité »  : […] Leur vision de la concurrence et leur modèle du consommateur et du producteur conduisent les néoclassiques à une description du marché selon laquelle, quand le prix augmente, la quantité offerte augmente et la quantité demandée diminue. Offre et demande évoluant en sens inverse par rapport au prix, le mécanisme de marché conduit à un équilibre, c'est-à-dire à la détermination d'un système de prix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_15532

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « Le keynésianisme de la synthèse »  : […] L'école de la synthèse regroupe deux grands courants. D'une part, les recherches qui, à partir de la publication de l'article de John Hicks intitulé « Mr. Keynes and the Classics » (1937), ont formalisé la Théorie générale dans des modèles de type IS/LM/DG/OG. D'autre part, les travaux de « l'école du déséquilibre », encore appelée « théorie des équilibres à prix fixes » ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_15532

ÉCONOMIE EXPÉRIMENTALE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis RULLIÈRE
  •  • 2 229 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comment concevoir l'expérimentation en économie ? »  : […] Vernon L. Smith de l'université George Mason en Virginie a été distingué, conjointement à Daniel Kahneman, en octobre 2002 par l'attribution du prix Nobel d'économie « pour avoir fait de l'expérience en laboratoire un instrument d'analyse économique empirique, en particulier dans l'étude de différentes structures de marché ». La reconnaissance de ses travaux visait en fait à consacrer l'économie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-experimentale/#i_15532

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'oligopole »  : […] Les situations de monopole restent rares ; par contre, de nombreuses industries sont constituées d'un nombre restreint d'entreprises. Dans ce contexte, les choix d'une entreprise, en particulier en matière de fixation de prix, sont contraints par la concurrence exercée par les autres entreprises et le risque de voir ses clients se détourner pour acheter ailleurs. On parle alors de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-industrielle/#i_15532

ÉCONOMIE RÉGIONALE ET URBAINE

  • Écrit par 
  • Jacques THISSE
  •  • 12 076 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Localisation des villes »  : […] L'hypothèse de coûts nuls de transport des biens implique que chaque ville puisse être considérée comme une « île flottante » dont la localisation serait sans importance. Une telle modélisation ignore les faits stylisés rassemblés par les géographes au sein de la théorie des lieux centraux ( central places , souvent mal traduit par « places centrales ») initiée par Christalle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-regionale-et-urbaine/#i_15532

ÉLÉMENTS D'ÉCONOMIE POLITIQUE PURE, Léon Walras - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 965 mots

Ouvrage fondateur avec ceux de Stanley Jevons (1871) et de Carl Menger (1871) de la révolution marginaliste en économie, les Éléments d'économie politique pure se distinguent par l'ambition de représenter les faits économiques comme un ensemble de relations interdépendantes. Léon Walras (1834-1910) est, pour cette raison, le père de la théorie de l'équilibre général, d'abor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elements-d-economie-politique-pure/#i_15532

HICKS JOHN RICHARD (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Christine BARTHET
  •  • 658 mots

Économiste britannique, Hicks a mené de front des activités de professeur (à l'université de Manchester jusqu'en 1946, puis, à partir de 1952, au All Souls College à Oxford) et la rédaction de nombreux ouvrages de qualité. Dès 1932, il publie La Théorie des salaires ( Theory of Wages ), où il développe sa conception des « inventions induites » ; selon l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-richard-hicks/#i_15532

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « Efficacité et redistribution »  : […] Dans une vision minimaliste, la seule fonction de l'État serait de protéger l'individu contre la violence. L'État n'est nécessaire que parce qu'il permet d'échapper à la loi de la nature où les droits des autres ne sont pas suffisamment reconnus. En garantissant juridiquement les contrats, l'État permet d'instaurer la confiance entre les individus, ce qui favorise la coopération. L'économie publiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intervention-de-l-etat-economie/#i_15532

JEUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 8 066 mots

Dans le chapitre « Le cœur »  : […] L'un des principaux inconvénients de la solution de von Neumann et Morgenstern est que ses imputations peuvent être elles-mêmes dominées et donc, d'une certaine façon, « non stables ». D'où l'idée d'introduire une nouvelle condition, qui consiste à exclure les imputations dominées, et à définir ainsi un nouveau concept de solution : le cœur . Celui-ci est donc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-jeux/#i_15532

M. KEYNES ET LES " CLASSIQUES ": PROPOSITION D'UNE INTERPRÉTATION, John R. Hicks - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 236 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle original : SI-LL »  : […] Hicks procède en trois temps. Il établit tout d'abord une version monétaire (section I), à court terme, de la théorie « classique », qui doit servir de point de comparaison avec la théorie de Keynes. Ensuite, Hicks construit un modèle schématique de la théorie générale (sections II et III), censé en résumer les principales conclusions. Enfin, il discute les effets d'une politique monétaire expans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/m-keynes-et-les-classiques-proposition-d-une-interpretation/#i_15532

MANUEL D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Vilfredo Pareto - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 058 mots

Le Manuel d'économie politique est la contribution la plus structurée de Vilfredo Pareto (1848-1923) à la théorie de l'équilibre général. Successeur de Léon Walras à Lausanne jusqu'en 1911, Pareto se concentrera par la suite sur sa réflexion sociologique, dont on trouve déjà des éléments dans le Manuel . Publié en italien en 1906, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-d-economie-politique/#i_15532

MARSHALL ALFRED (1842-1924)

  • Écrit par 
  • Jean MATHIOT
  •  • 1 058 mots

La pensée d'Alfred Marshall , fondateur et principal théoricien de l'école néo-classique, premier représentant de l'« école de Cambridge », apparaît comme le trait d'union entre l'économie politique classique (Smith, Ricardo et J. S. Mill) et l'économie contemporaine ; en outre, c'est auprès de Marshall que Keynes commença sa carrière. La diversité de sa formation (après des études de mathématique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-marshall/#i_15532

MATHEMATICAL PSYCHICS, Francis Ysidro Edgeworth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicolas CHAIGNEAU
  •  • 973 mots

Dans le chapitre « L'indétermination de l'équilibre économique »  : […] L'objectif d'Edgeworth est de déterminer dans quelle mesure le contrat d'échange passé entre des agents est indéterminé. La première moitié de l'ouvrage – le calcul économique – débute par la construction d'un modèle où deux individus négocient l'échange de deux biens qu'ils détiennent. Edgeworth y démontre que le résultat d'un tel échange est indéterminé : il existe une infinité d'accords bilaté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathematical-psychics/#i_15532

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes de l'économie mathématique »  : […] En Angleterre, à la fin du xvii e  siècle, William Petty prône l'usage du calcul pour rationaliser l'action publique. Il nomme « arithmétique politique » sa méthode, l'appliquant à ce que l'on appellerait aujourd'hui de l'économie, de la démographie et de la statistique descriptives ( Political Arithmetick , 1690). On doit à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_15532

MEADE JAMES EDWARD (1907-1995)

  • Écrit par 
  • Gabriel POULALION
  •  • 926 mots

Né le 23 juin 1907 à Swanage, en Angleterre, James Edward Meade suit des études littéraires à Oxford, puis des études économiques à Cambridge (Grande-Bretagne), universités dont il est diplômé ( master of arts ) en 1928 et 1930, respectivement. Cette double formation universitaire lui vaut d'être élu fellow à Hertford College d'Oxford, où il enseigne de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-edward-meade/#i_15532

MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 768 mots

Dans le chapitre « Les théorèmes de l'économie du bien-être »  : […] Un optimum de Pareto étant un état réalisable qui a des propriétés jugées souhaitables du point de vue du bien-être collectif, il reste à trouver les moyens pour parvenir à cet état, ou pour s'en rapprocher le plus possible. Les économistes ont donc cherché, dans cette perspective, à établir une correspondance entre l'optimum de Pareto et l'équilibre de leur modèle de référence, la concurrence pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-economie-du-bien-etre/#i_15532

MONNAIE - Théorie économique de la monnaie

  • Écrit par 
  • Patrick VILLIEU
  •  • 7 464 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les fondements microéconomiques de la demande de monnaie »  : […] Dans le système d'équilibre général, tel qu'il est décrit par Léon Walras ou, dans sa version la plus achevée, par Kenneth Arrow et Gérard Debreu, les échanges sont réglés de manière fictive par un commissaire-priseur, qui assure l’équilibre des intentions d’achats et de ventes, avant que les transactions effectives n’aient lieu. Ce procédé permet d’éviter les échanges hors équilibre, qui engend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-theorie-economique-de-la-monnaie/#i_15532

NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Liêm HOANG NGOC
  •  • 7 261 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le courant néo-walrasien »  : […] La préoccupation du courant néo-walrasien a été de rendre la théorie de l'équilibre général de Léon Walras plus réaliste. Cette dernière représentait un monde où les individus, parfaitement rationnels, effectuent leurs calculs d'optimisation sur des marchés de concurrence parfaite où l'information, très exacte, véhiculée par un commissaire-priseur, circule sans coût. L'équilibre général, matérial […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-liberalisme-ou-neoliberalisme/#i_15532

NOUVELLE ÉCOLE CLASSIQUE (N.E.C.), économie

  • Écrit par 
  • François LANGOT
  •  • 2 414 mots

Dans le chapitre « Vers un nouveau modèle d'analyse des fluctuations économiques »  : […] Au-delà d'un renouvellement des principes de l'intervention publique, la N.E.C. va proposer un cadre d'analyse théorique et quantitatif du cycle économique radicalement différent de celui des keynésiens. Dans le modèle néo-classique de croissance, Finn Kydland et Edward Prescott suggèrent d'analyser le cycle et la croissance dans un cadre unifié. Ce sont alors les innovations technologiques, en d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-ecole-classique-n-e-c-economie/#i_15532

PAIEMENTS BALANCE DES

  • Écrit par 
  • Marc RAFFINOT
  •  • 4 024 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Stabilité de l'équilibre »  : […] Du point de vue économique, on dira qu'une balance des paiements est en équilibre lorsque la variation des réserves est nulle. Cela ne veut pas dire qu'elle est en équilibre stable puisqu'un tel équilibre peut être obtenu par emprunt, ce qui devrait entraîner un déséquilibre dans le futur du fait du paiement des intérêts, toutes choses égales par ailleurs. L'analyse économique, pratiquement depui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balance-des-paiements/#i_15532

LE POUVOIR D'ACHAT DE LA MONNAIE, Irving Fisher - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicolas CHAIGNEAU
  •  • 1 138 mots

Avec cet ouvrage, l'Américain Irving Fisher (1867-1947), professeur à l'université de Yale, s'inscrit dans une tradition d'économistes (David Hume, David Ricardo, John Stuart Mill) qui prônent une approche dite réelle des phénomènes économiques. Selon cette tradition, il convient tout d'abord de faire abstraction de la monnaie et d'élaborer une théorie de l'équilibre économique où les biens s'éch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-pouvoir-d-achat-de-la-monnaie/#i_15532

PRINCIPES D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Alfred Marshall - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 054 mots

Dans le chapitre « Temps et bien-être »  : […] La théorie marshallienne de la valeur repose avant tout sur l'analyse des conditions de l'offre. Le prix d'offre normal de chaque bien est le prix auquel une certaine quantité peut être fournie durablement au marché. C'est ici qu'intervient la distinction en termes de périodes, faisant correspondre à chaque période un ensemble différent de variables et de paramètres. Pour „l'équilibre temporaire“ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principes-d-economie-politique/#i_15532

QUESNAY FRANÇOIS (1694-1774)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 641 mots

Économiste français, fondateur de la première école systématique d'économie politique, F. Quesnay , reçu docteur en médecine en 1744 puis médecin consultant de Louis XV, ne publia aucun ouvrage avant l'âge de soixante ans ; il produisit d'ailleurs essentiellement des articles anonymes. Mais, à Versailles, où il bénéficiait du soutien de M me  de Pompadour, on trouvait auto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-quesnay/#i_15532

RATIONAL EXPECTATIONS AND ECONOMETRIC PRACTICE, Robert Lucas et Thomas Sargent - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marion GASPARD
  •  • 982 mots

Dans le chapitre « Les anticipations rationnelles »  : […] L'ouvrage réunit en deux tomes les articles, hautement mathématisés, représentatifs des questions que posent les « nouveaux classiques » dans les années 1970. On y trouve des contributions de Lucas, Sargent, Hansen, Wallace, Barro ou Mc Callum, présentées comme des exemples pour qui souhaiterait « prendre ce train en marche ». Sont exclues les contributions critiques ayant trait au sujet abordé. S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rational-expectations-and-econometric-practice/#i_15532

ROBINSON JOAN VIOLET (1903-1983)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc GAFFARD
  •  • 1 437 mots
  •  • 1 média

Les années de l'entre-deux-guerres ont pu être qualifiées d'années de la haute théorie, tant cette période de stagnation et de crise a été cruciale pour le renouvellement de la pensée économique dans tous les domaines, qu'il s'agisse de la théorie de la valeur, de l'analyse monétaire ou de la compréhension du mécanisme des cycles et de la croissance. À ce renouvellement est associé le nom de Joan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-violet-robinson/#i_15532

SCHUMPETER JOSEPH ALOYS (1883-1950)

  • Écrit par 
  • Claude JESSUA
  •  • 1 713 mots

Dans le chapitre « Le « circuit stationnaire » »  : […] Schumpeter commence l'analyse économique là où L. Walras l'a arrêtée. Walras a en effet élaboré une théorie de l' équilibre économique général qui ne peut guère produire qu'un circuit stationnaire, c'est-à-dire un processus économique dont les niveaux d'activité se reproduisent immuablement de période en période. Une telle analyse est précieuse car elle fournit une explication des interdépendances […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-aloys-schumpeter/#i_15532

SEUILS ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REYNAUD
  •  • 2 722 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Renouvellement des idées d'équilibre et de croissance »  : […] L' équilibre économique, tel qu'on le trouve exposé par les économistes les plus classiques comme L. Walras, repose essentiellement sur les quantités et les prix des marchandises et des services. D'où les équations qui balancent exactement des quantités égales, par exemple l'offre et la demande à un prix déterminé. On ne se préoccupe pas de savoir si ce prix provoque des tensions d'ordre psycholog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seuils-economiques/#i_15532

LA THÉORIE DE LA RÉGULATION : UNE ANALYSE CRITIQUE, Robert Boyer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 228 mots

Dans le chapitre « Un nouveau paradigme ? »  : […] Partisan d'une approche économique intégrant divers champs disciplinaires, Robert Boyer multiplie les sources d'inspiration théorique (le post-keynésianisme avec une forte influence de Michal Kalecki, le marxisme, l'école historique, l'approche de Joseph Schumpeter, la tradition de la planification française), ce qui explique aussi la diversité de ceux qui partagent sa perspective. Cette diversité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-theorie-de-la-regulation-une-analyse-critique/#i_15532

THÉORIE DE LA VALEUR, Gérard Debreu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie BERTA
  •  • 981 mots

Dans le chapitre « Existence et optimalité d'un équilibre général concurrentiel »  : […] Théorie de la valeur établit sous quelles conditions une économie concurrentielle possède un équilibre général, un état pour lequel les actions individuelles sont compatibles. Les individus offrent et demandent des marchandises en maximisant la satisfaction qu'ils en retirent ; le caractère concurrentiel de l'économie se traduit par l'hypothèse qu'ils déterminent leurs choi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-valeur/#i_15532

LA THÉORIE ÉCONOMIQUE DU SOCIALISME, Oskar Lange - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 966 mots

Dans le chapitre « Le socialisme de marché »  : […] Lange part du constat que les programmes économiques socialistes reposent sur deux propositions : l'abolition de la propriété privée, la disparition de la concurrence et du marché. Pour lui, cette deuxième revendication constitue une erreur, car si le marché est insupportable quand il permet aux propriétaires privés d'accumuler des profits, il constitue le meilleur moyen de favoriser la productio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-theorie-economique-du-socialisme/#i_15532

VALEUR ET CAPITAL, John Richard Hicks - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 362 mots

Valeur et capital est sans doute l'un des ouvrages d'économie mathématique les plus connus du xx e  siècle. Après un demi-siècle de domination dans le monde anglo-saxon de la méthodologie marshallienne, centrée sur l'analyse d'équilibre partiel, John Richard Hicks (1904-1989) propose de reprendre le programme de la théorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-et-capital/#i_15532

WICKSELL JOHN GUSTAV KNUT (1851-1926)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 378 mots
  •  • 1 média

Mathématicien de formation, le Suédois Knut Wicksell ne vient que tardivement à l'économie. Après divers séjours à l'étranger, en particulier à Vienne où il suit l'enseignement de Bohm-Bawerk, il enseigne à l'université de Lund. Radical de tempérament, il prend une part active aux affaires publiques de son pays. On peut distinguer dans son œuvre deux parties essentielles. Une partie de ses travau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-gustav-knut-wicksell/#i_15532

Pour citer l’article

Bernard GUERRIEN, « ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-economique/