FERMI ENRICO (1901-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Découverte de la théorie statistique quantique

Selon la théorie statistique classique, l'état d'un gaz (température et pression pour un volume donné) est déterminé par la façon dont sont distribuées les molécules ; cette théorie fournit une représentation de cet état en précisant la distribution et les mouvements de groupes de molécules. Pourtant l'hypothèse suivant laquelle les molécules pouvaient être distinguées les unes des autres dut être abandonnée quand furent introduites les lois de la mécanique quantique pour laquelle les molécules sont indiscernables. Mais, alors que dans la théorie statistique de Bose-Einstein aucune restriction n'est faite quant au nombre de particules qui peuvent se trouver dans un état quantique donné, Fermi montra que si ces particules obéissent au principe d'exclusion de Pauli (par exemple, deux électrons d'un système ne peuvent être dans le même état quantique), chaque état quantique ne peut être occupé que par zéro ou une particule. Il prouva également que, dans un volume donné de gaz, deux particules ne peuvent pas être dans le même état de mouvement. Cette théorie est connue sous le nom de théorie statistique de Fermi-Dirac parce qu'elle fut plus tard, mais de façon indépendante, proposée par Paul Dirac. Elle décrit le comportement de toutes les particules obéissant au principe de Pauli, notamment les électrons. Fermi appliqua sa théorie aux nuages électroniques entourant les noyaux atomiques et à la conduction électronique des métaux qui suppose l'existence d'électrons libres. Cela eut une grande importance pour la physique de l'état solide.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Leeds (Grande Bretagne)
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Centre de physique théorique, Marseille

Classification


Autres références

«  FERMI ENRICO (1901-1954)  » est également traité dans :

CHAMPS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 478 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champs bosoniques et champs fermioniques »  : […] Le photon est l'exemple type de champ quantique appelé boson , du nom du physicien indien Satyendranath Bose (1894-1974), co-découvreur avec Albert Einstein des lois décrivant le comportement statistique d'ensemble de champs quantiques de moment angulaire intrinsèque multiple de h /2π. L'électron est quant à lui un fermion , car les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-champs/#i_14599

DE LA RADIOACTIVITÉ À LA FISSION DE L'ATOME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 867 mots

1896 Après la découverte des rayons X par le physicien allemand Wilhelm C. Röntgen en 1895, de nombreux savants recherchent des sources naturelles de rayons X. Le physicien français Henri Becquerel découvre fortuitement que des sels d'uranium émettent des rayons nouveaux, qu'il appelle « uraniques ». 1897 Joseph J. Thomson et divers savants b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-radioactivite-a-la-fission-de-l-atome-reperes-chronologiques/#i_14599

INTERACTIONS (physique) - Interaction électrofaible

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 109 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La théorie de Fermi »  : […] En 1933, Enrico Fermi propose une première théorie des interactions faibles. Il met alors en œuvre la théorie quantique des champs, c'est-à-dire qu'il considère, comme Dirac l'a proposé pour l'électromagnétisme, un formalisme où un processus est décrit par l'action d'opérateurs de création ou d'annihilation de champs. Il associe à chaque transition d'un neutron vers un proton la création d'un é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-interaction-electrofaible/#i_14599

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 397 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Réacteurs à graphite-gaz »  : […] L'origine de la filière des réacteurs modérés au graphite et refroidis par un gaz remonte à la première pile atomique réalisée à Chicago, le 2 décembre 1942, par Enrico Fermi et ses collaborateurs. En assemblant un empilement d'uranium naturel et de graphite, cette équipe parvint pour la première fois à entretenir une réaction en chaîne. La pile de Fermi était une expérience de laboratoire et sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_14599

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 242 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Théorie de Fermi et violation de la parité »  : […] Élaborée dès 1934, la théorie de Fermi – bien qu'elle ne soit qu'une approximation de la dynamique des interactions faibles – est toujours utile dans les calculs pratiques relatifs à des processus d'énergie limitée. Par analogie avec l'interaction électromagnétique, dont le lagrangien est obtenu en faisant le produit du courant d'électron : j μ  =  ē  γ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_14599

PREMIÈRE RÉACTION NUCLÉAIRE EN CHAÎNE

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 176 mots
  •  • 1 média

Le 2 décembre 1942, Enrico Fermi, physicien Italien (1901-1954) alors émigré aux États-Unis, réalise à l'université de Chicago la première réaction en chaîne, fondée sur la fission de noyaux atomiques. Celle-ci est obtenue en utilisant de l'uranium naturel (qui contient l'isotope 235, 235 U, constituant 0,720 p. 100 de l'uranium naturel) et les neutrons – émis lors de la f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-reaction-nucleaire-en-chaine/#i_14599

SEGRÈ EMILIO GINO (1905-1989)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 341 mots
  •  • 1 média

Physicien d'origine italienne, Emilio Segré a reçu le prix Nobel de physique en 1959, avec le physicien américain Owen Chamberlain, pour la découverte de l'antiproton (particule de même masse que le proton mais de charge électrique opposée). Emilio Gino Segrè est né le 1 er  février 1905 à Tivoli, près de Rome. Nommé professeur adjoint à l'université de Rome en 1932, il p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilio-gino-segre/#i_14599

Voir aussi

Pour citer l’article

P. M. HEIMANN, Eduardo de RAFAEL, « FERMI ENRICO - (1901-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/enrico-fermi/