ENFANCE (Les connaissances)Approche historique de l'enfance

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est à partir de 1960, avec la publication du livre pionnier de Philippe Ariès, L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, que l'enfance devient véritablement objet d'histoire. Depuis lors, ses progrès ont été stimulés par les recherches contemporaines consacrées à l'enfant et à la famille. Les avancées actuelles des diverses sciences humaines qui travaillent sur ce thème débouchent souvent sur un désir d'histoire, qui incite l'historien à explorer les sources dont il dispose, en utilisant des problématiques issues d'autres disciplines (démographie, médecine, ethnologie, psychanalyse, sociologie). Malgré ces nombreux emprunts qui fécondent sa problématique, l'histoire de l'enfance doit garder sa spécificité : elle travaille à la fois dans le temps long, immobile, des permanences et dans la conjoncture courte qui lui impose de dater au plus près évolutions et ruptures. Notre époque lui offre le privilège de saisir sur le vif des mutations rapides dans un domaine où, pendant des siècles, les choses ont peu bougé.

L'enfance autrefois était plus courte qu'aujourd'hui : c'était l'âge de l'innocence et de l'irresponsabilité, elle se terminait vers dix ou douze ans avec la mise au travail précoce. C'était aussi le temps de la dépendance matérielle et juridique qui pouvait durer fort longtemps puisque, en France, sous l'Ancien Régime, la majorité légale était de vingt-cinq ans pour les filles et de trente ans pour les garçons, ce qui signifiait que, jusqu'à ces âges, ils ne pouvaient se marier sans le consentement de leurs parents.

Au sens large, l'histoire de l'enfance touche à bien des domaines : vie quotidienne, croyances, religion, éducation, apprentissage, travail, droit. Nous ne traiterons ici que de l'histoire de la première enfance, jusqu'à cinq-six ans, avant l'école, quand le petit est entièrement confié aux femmes.

Des sources riches et dispersées

Les enfants ont rarement laissé des traces directes de leur histoire : pour la reconstituer, il faut utiliser des témoignages divers qui émanent presque tous des adultes. Les plus quantitatifs sont les registres paroissiaux, tenus en France depuis le xvie siècle et continués par l'état civil au xixe siècle : la quasi-totalité des enfants y sont mentionnés par les dates de leur baptême, mariage (s'il y a lieu) et sépulture. Depuis les années 1960, les historiens démographes, particulièrement novateurs en France, ont fait des relevés sériels de ces données pour établir des courbes saisonnières et annuelles des conceptions et des mortalités, des courbes différentielles de la mortalité selon les âges, et des évaluations de l'extension de la mise en nourrice autour des villes ; ils ont aussi développé la technique fine de reconstitution des familles qui permet, pour chaque couple constitué par un mariage, de savoir le nombre et le devenir des enfants, la fécondité de la mère, la durée de l'allaitement et son incidence sur la survie du nourrisson.

Ces données sérielles, massives et souvent anonymes, peuvent être complétées, pour un certain nombre de familles privilégiées, par des sources plus qualitatives : généalogies sur plusieurs siècles pour les lignées aristocratiques (ou protestantes, avant la reconnaissance de leur état civil à la fin de l'Ancien Régime), livres de raison ou mémoires dans les milieux bourgeois ou nobles. Grâce à ces documents, souvent assortis de commentaires, on peut comprendre sur plusieurs générations comment l'enfant est accueilli, quels soins lui sont prodigués et comment les adultes vivent éventuellement sa mort. À cet égard, nous disposons maintenant de la publication scientifique d'un des plus beaux récits d'une enfance d'autrefois, avec le Journal de Jean Héroard, médecin du petit Louis XIII : texte unique qui nous renseigne au jour le jour, depuis sa naissance jusqu'à l'âge adulte, sur la croissance, les repas, les vêtements, les occupations, les bons mots d'un enfant royal qui ne ressemble à aucun autre.

Depuis l'Antiquité, les traités de morale, de pédagogie ou de médecine, qu'ils soient destinés au public savant ou au peuple, s'intéressent aux enfants : il faut les étudier dans la longue durée pour savoir comment ils se répètent et à quels moments ils innovent. Ils donnent en général le regard des élites culturelles sur l'enfance ; en hommes de savoir, leurs auteurs sont prêts à édicter des normes au nom desquelles ils condamnent les pratiques populaires de leur temps. Il faut les lire avec un certain recul et tenter de restituer la cohérence des gestes qu'ils critiquent.

Dans les recueils de traditions populaires et de folklore, l'enfant est souvent présent, enserré dans des préceptes, tabous, rites, croyances et dictons. Dans les pratiques religieuses également (cérémonie du baptême, culte des saints, pèlerinages), l'enfant a sa place assignée, reflet des angoisses et des espoirs placés en lui par ses géniteurs.

Les nécessités de l'administration et de la justice ont aussi laissé un certain nombre de sources indirectes : registres de mise en nourrice, comptabilités, délibérations et registres d'hôpitaux d'enfants trouvés, poursuites judiciaires concernant des conflits familiaux, des avortements ou des infanticides. Documents massifs et austères, où l'enfant n'apparaît souvent qu'au détour d'une expression significative.

Enfin, les textes littéraires et les témoignages artistiques (peintures, gravures, sculptures, pierres tombales, épitaphes), une fois replacés dans une évolution d'ensemble, permettent de saisir concrètement quelle place occupe l'enfant dans la culture des adultes.

Travailler sur l'histoire de l'enfance, c'est rassembler les données éparses de ces diverses sources pour restituer en un ensemble cohérent les comportements quotidiens envers les enfants et les valeurs dont ils sont l'expression. Malgré leur diversité et leur richesse croissante au fur et à mesure qu'on approche de l'époque contemporaine, ces témoignages restent parcellaires, plus fournis sur les enfants des élites que sur ceux du peuple, sur ceux des villes que sur ceux de la campagne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ENFANCE  » est également traité dans :

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 692 mots
  •  • 2 médias

« La psychanalyse des individus, écrivait S. Freud dans Moïse et le monothéisme (1938), nous apprend que les impressions les plus précoces, recueillies à une époque où l'enfant ne fait encore que balbutier, provoquent un jour, sans même resurgir dans le conscient, des effets obsédants. » Dans la continuité de cette intuition géniale, […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Développement psychomoteur

  • Écrit par 
  • Didier-Jacques DUCHÉ
  •  • 6 675 mots
  •  • 1 média

Enfance et adolescence peuvent être définies comme étant cette période de l'existence durant laquelle l'individu croît et se développe jusqu'au moment où il atteint l'âge de la maturité.Les termes de croissance et de développement sont souvent confondus. Il convient cependant de les distinguer. La croissance traduit une augmentation mesurable de l'organi […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

L'enfant grandit au sein de relations interpersonnelles au cours desquelles il élabore des attitudes de sociabilité, à la fois d'attachement et de rejet, à l'égard des sujets qui l'entourent. Activité complexe, où les émotions, les imitations, les agressions, les identifications, plus tard les comparaisons entre personnes, jouent des rôles multiples. Mai […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Ce serait une erreur de considérer la psychanalyse comme un corpus scientifique constitué une fois pour toutes, comme un système clos du savoir. Non seulement elle est un système ouvert, mais elle est constitutivement ce qui, dans l'ordre de la connaissance, doit être perpétuellement repensé, relu, réinterpré […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - Évolution de la relation adultes-enfants

  • Écrit par 
  • Alain RENAUT
  •  • 5 424 mots

Les sociétés contemporaines font l'expérience multiforme d'une fragilisation de l'autorité. Cette fragilisation concerne toutes les formes de pouvoir s'exerçant sur les individus, mais elle se révèle particulièrement insistante partout où il y va d'une relation entre adultes et enfants. Les éducateurs et les parents ressentent aujourd'hui des difficultés in […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - Le droit de l'enfant

  • Écrit par 
  • Alain BRUEL
  •  • 9 294 mots

Branche spéciale du droit, le droit des mineurs embrasse l'ensemble des dispositions juridiques ayant trait à la protection et au statut de l'enfant. Ce droit ne s'est constitué qu'à une époque relativement récente dans l'histoire juridique française.Jusqu'au milieu du xixe siècle, les rapports familiaux étaient considérés comme relevant du droit natu […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - L'enfant dans la société de consommation

  • Écrit par 
  • Benoît HEILBRUNN
  •  • 4 982 mots
  •  • 1 média

On assiste à une évolution du rôle des enfants dans les pratiques de consommation familiale en raison de la modification de la structure et de la fonction de la famille, mais aussi de l'évolution des pratiques marketing des entreprises qui tendent à considérer l'enfant comme un consommateur à part entière. L'enfant acquiert despouvoirs dont il ne disposait pas auparavant et qui peuvent s'envisager […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - La maltraitance des enfants

  • Écrit par 
  • Danièle RAPOPORT
  •  • 3 329 mots

S'il est un domaine qui témoigne des nouveaux regards portés sur l'enfance par notre société, c'est bien celui de la maltraitance. Considéré en français comme un néologisme jusque dans les années 1990-1995, ce terme commence en réalité à être utilisé dans le langage courant dès le début des années 1980. Les médias s'emparent du mot, à la suite des profession […] Lire la suite

FAMILLE - Le statut de l'enfant dans la famille contemporaine

  • Écrit par 
  • François de SINGLY
  •  • 4 281 mots
  •  • 1 média

L'enfant a-t-il pris dans la famille, comme dans le reste de la société, une place qui ne serait pas la sienne ? À en croire le titre d'un ouvrage récent – L'Enfant chef de famille (2003) – de Daniel Marcelli, pédopsychiatre reconnu, on pourrait le craindre puisqu'il serait devenu « roi ». Il est vrai que le père, en France, a perdu une p […] Lire la suite

PETITE ENFANCE ET DÉBUTS DE LA PENSÉE

  • Écrit par 
  • Roger LÉCUYER
  •  • 1 345 mots

En 1911, le médecin pédiatre René Cruchet affirmait qu’à la naissance l'enfant n'est qu'un réflexe. Il affirmait même qu'« il n'y a aucune différence de comportement entre un nouveau-né qui a un cerveau et un qui n'en a pas »… […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-France MOREL, « ENFANCE (Les connaissances) - Approche historique de l'enfance », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-approche-historique-de-l-enfance/