ENFANCE (Les connaissances)Approche historique de l'enfance

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'intérêt des images

L'iconographie constitue un apport indispensable à l'histoire de l'enfance et, depuis Ariès, tous les ouvrages qui lui sont consacrés présentent des illustrations. Cependant, la plupart du temps, l'image est annexe ou redondante par rapport au texte et n'est pas utilisée comme une source à part entière. Il semble aller de soi qu'un tableau représentant un enfant au xvie ou au xviie siècle signifie la même chose qu'une photographie de bébé au xxe siècle. On ne se préoccupe guère du statut de la représentation de l'enfance autrefois. Or, pendant de longs siècles, le seul enfant représenté dans l'art a été l'enfant Jésus : à la fin du Moyen Âge, dans les manuscrits, les peintures et les sculptures, on le voit apparaître dans les postures moins hiératiques, plus familières ; l'enfant sacré ressemble plus à un vrai bébé, avec ses proportions gracieuses et ses petites mines ; il joue avec une fleur, un oiseau ou le sein de sa mère. On a le sentiment que les artistes ont observé autour d'eux les mères et leurs nourrissons et se sont efforcés de rendre au plus vrai les relations de tendresse qui les unissent. En réalité, il faut se garder de croire que l'enfant sacré témoigne pour tous les bébés de son temps, car de puissantes contraintes théologiques régissent les représentations de l'enfant Jésus, comme le montre le livre très suggestif de l'historien d'art américain Léo Steinberg. À partir des nombreuses recommandations pratiques que les commanditaires dictaient aux artistes, il a montré que ceux-là n'étaient pas du tout libres de l'iconographie des tableaux religieux, car l'art sacré devait clairement contribuer à enseigner aux fidèles des vérités théologiques. Ce qui est en jeu dans la représentation de l'enfant Jésus, c'est le mystère de l'Incarnation. En montrant le sexe du bébé, en le représentant en train de téter ou de jouer, les artistes doivent signifier que le Christ était dès son enfance un vrai homme, avec ses besoins, ses peines et ses joies. Ce qui nous emmène bien loin des bébés ordinaires qui n'étaient pas, en particulier, toujours nus comme l'enfant divin. Nous le savons bien d'ailleurs par d'autres sources, qui insistent beaucoup sur la sensibilité extrême du nourrisson au froid.

Autre exemple de l'utilisation des images : la peinture hollandaise du xviie siècle abonde en illustration de l'intime et de la vie domestique. Les enfants sont souvent présents dans les intérieurs paisibles ou dans les repas de fête, et l'on a pu être tenté d'en conclure qu'ils étaient très choyés, dans une société qui leur aurait fait une place un peu comparable à celle que nous leur faisons. Ici encore, il faut se garder de prendre ces représentations au premier degré : on a affaire à un type de tableau bien particulier qui est la scène de genre, avec son public et ses acheteurs. Son but est de distraire et d'orner la demeure, mais ses intentions cachées sont de moraliser la vie sociale. La plupart des tableaux hollandais sont ainsi des illustrations de proverbes, comprenant une morale ou une mise en garde, dont nous avons aujourd'hui perdu la clé. Dans ce contexte, le petit enfant, parfois associé aux bulles de savon, signifie souvent la légèreté, l'inconstance, la folie, bref, la vanité des choses matérielles, auxquelles il ne faut pas s'attacher si l'on veut vivre paisiblement et faire son salut dans l'autre monde. On est loin de notre moderne sentiment de l'enfance !

Partie de questionnements souvent très contemporains, l'histoire de l'enfance s'efforce, en faisant appel à tous les documents possibles, de comprendre, de l'intérieur, la raison d'être de pratiques qui nous paraissent aujourd'hui déroutantes. Plus que tout autre type d'histoire, elle doit se garder de l'anachronisme ou du jugement subjectif. C'est ainsi qu'elle a été le lieu de débats passionnés à propos de la manière dont on aimait les enfants autrefois. Pour l'historien américain Edward Shorter, l'amour maternel, pleinement conscient et responsable, serait, comme la famille nucléaire qui le conditionne, une invention de notre époque contemporaine. Auparavant, c'est-à-dire jusqu'au xviiie siècle au moins, les mères faisaient tout pour se débarrasser de leurs bébés de manière détournée : en les abandonnant, en les mettant en nourrice, en les ga [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ENFANCE  » est également traité dans :

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 692 mots
  •  • 2 médias

« La psychanalyse des individus, écrivait S. Freud dans Moïse et le monothéisme (1938), nous apprend que les impressions les plus précoces, recueillies à une époque où l'enfant ne fait encore que balbutier, provoquent un jour, sans même resurgir dans le conscient, des effets obsédants. » Dans la continuité de cette intuition géniale, […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Développement psychomoteur

  • Écrit par 
  • Didier-Jacques DUCHÉ
  •  • 6 675 mots
  •  • 1 média

Enfance et adolescence peuvent être définies comme étant cette période de l'existence durant laquelle l'individu croît et se développe jusqu'au moment où il atteint l'âge de la maturité.Les termes de croissance et de développement sont souvent confondus. Il convient cependant de les distinguer. La croissance traduit une augmentation mesurable de l'organi […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

L'enfant grandit au sein de relations interpersonnelles au cours desquelles il élabore des attitudes de sociabilité, à la fois d'attachement et de rejet, à l'égard des sujets qui l'entourent. Activité complexe, où les émotions, les imitations, les agressions, les identifications, plus tard les comparaisons entre personnes, jouent des rôles multiples. Mai […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Ce serait une erreur de considérer la psychanalyse comme un corpus scientifique constitué une fois pour toutes, comme un système clos du savoir. Non seulement elle est un système ouvert, mais elle est constitutivement ce qui, dans l'ordre de la connaissance, doit être perpétuellement repensé, relu, réinterpré […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - Évolution de la relation adultes-enfants

  • Écrit par 
  • Alain RENAUT
  •  • 5 424 mots

Les sociétés contemporaines font l'expérience multiforme d'une fragilisation de l'autorité. Cette fragilisation concerne toutes les formes de pouvoir s'exerçant sur les individus, mais elle se révèle particulièrement insistante partout où il y va d'une relation entre adultes et enfants. Les éducateurs et les parents ressentent aujourd'hui des difficultés in […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - Le droit de l'enfant

  • Écrit par 
  • Alain BRUEL
  •  • 9 294 mots

Branche spéciale du droit, le droit des mineurs embrasse l'ensemble des dispositions juridiques ayant trait à la protection et au statut de l'enfant. Ce droit ne s'est constitué qu'à une époque relativement récente dans l'histoire juridique française.Jusqu'au milieu du xixe siècle, les rapports familiaux étaient considérés comme relevant du droit natu […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - L'enfant dans la société de consommation

  • Écrit par 
  • Benoît HEILBRUNN
  •  • 4 982 mots
  •  • 1 média

On assiste à une évolution du rôle des enfants dans les pratiques de consommation familiale en raison de la modification de la structure et de la fonction de la famille, mais aussi de l'évolution des pratiques marketing des entreprises qui tendent à considérer l'enfant comme un consommateur à part entière. L'enfant acquiert despouvoirs dont il ne disposait pas auparavant et qui peuvent s'envisager […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - La maltraitance des enfants

  • Écrit par 
  • Danièle RAPOPORT
  •  • 3 329 mots

S'il est un domaine qui témoigne des nouveaux regards portés sur l'enfance par notre société, c'est bien celui de la maltraitance. Considéré en français comme un néologisme jusque dans les années 1990-1995, ce terme commence en réalité à être utilisé dans le langage courant dès le début des années 1980. Les médias s'emparent du mot, à la suite des profession […] Lire la suite

FAMILLE - Le statut de l'enfant dans la famille contemporaine

  • Écrit par 
  • François de SINGLY
  •  • 4 281 mots
  •  • 1 média

L'enfant a-t-il pris dans la famille, comme dans le reste de la société, une place qui ne serait pas la sienne ? À en croire le titre d'un ouvrage récent – L'Enfant chef de famille (2003) – de Daniel Marcelli, pédopsychiatre reconnu, on pourrait le craindre puisqu'il serait devenu « roi ». Il est vrai que le père, en France, a perdu une p […] Lire la suite

PETITE ENFANCE ET DÉBUTS DE LA PENSÉE

  • Écrit par 
  • Roger LÉCUYER
  •  • 1 345 mots

En 1911, le médecin pédiatre René Cruchet affirmait qu’à la naissance l'enfant n'est qu'un réflexe. Il affirmait même qu'« il n'y a aucune différence de comportement entre un nouveau-né qui a un cerveau et un qui n'en a pas »… […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-France MOREL, « ENFANCE (Les connaissances) - Approche historique de l'enfance », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-approche-historique-de-l-enfance/