EMPIRE (PREMIER)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le grand empire

Considérons l'Europe vers 1810. La domination napoléonienne s'étend non seulement à la France proprement dite, mais à la Belgique transformée en départements dès la Révolution, à la Hollande annexée en 1810, aux villes de la Hanse, Brême et Hambourg, à la rive gauche du Rhin, à l'Italie du Nord, à Rome et aux Provinces Illyriennes. Napoléon est médiateur de la Confédération helvétique et protecteur de la Confédération du Rhin. Il a pour vassaux le roi d'Espagne et le roi de Naples. En Suède va régner un maréchal d'Empire, Bernadotte, et le Danemark est un allié fidèle. Ainsi plus de la moitié de l'Europe est-elle alors placée sous l'autorité de l'empereur.

Premier Empire

Dessin : Premier Empire

L'Empire napoléonien à son apogée en 1811-1812. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1800 à 1850. Indépendances américaines

Vidéo : 1800 à 1850. Indépendances américaines

Indépendance de l'Amérique ibérique. Puissance de l'Angleterre. Écrasement des révolutions européennes.Le XIXe siècle procède dans une large mesure de la Révolution française et de la diffusion de ses idéaux.C'est d'abord en Amérique latine que cette influence est sensible,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Bernadotte

Photographie : Bernadotte

Le Français Jean-Baptiste Bernadotte (1763-1844), devenu prince héréditaire de Suède en 1810, devient roi de Suède et de Norvège sous le nom de Charles XIV, en 1818. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Au cœur de la politique napoléonienne, il ne faut voir ni l'insatiable ambition dénoncée par ses adversaires, ni l'esprit de famille d'où seraient sorties les royautés vassales confiées aux frères et aux sœurs, ni le mirage oriental, ni même l'idée romaine, mais le Blocus continental qui explique bien la formation du grand empire. Tous les pays vassaux, annexés ou alliés, ont dû se plier à ses exigences, et l'Europe napoléonienne apparaît avant tout comme une machine de guerre dirigée contre l'Angleterre. Devait-elle se désunir après l'effondrement de l'économie britannique ? En réalité, Napoléon, avant même la naissance du Roi de Rome, a très vite cessé de considérer son empire comme une création passagère destinée à unir un moment le continent contre « la perfide Albion ». Il a cherché à lui donner, à la manière de Rome, des bases solides. Partout fut introduit le Code civil. Des principes juridiques nouveaux (égalité sociale, liberté civile) se substituèrent à la vieille organisation féodale, mais avec des nuances.

En Italie du Nord comme en Belgique, la Révolution avait déjà aboli la féodalité. Elle disparut, le 2 août 1806, dans le royaume de Naples : les droits personnels, les banalités et les dîmes furent supprimés, mais les droits réels durent être rachetés. Le paysan étant trop pauvre pour se libérer, un large secteur du système féodal subsista dans l'Italie méridionale. Il en fut de même dans le grand-duché de Berg, où le servage fut aboli le 12 décembre 1806, mais non les droits réels déclarés rachetables. En Allemagne du Sud (à Bade et au Wurtemberg le servage avait disparu dès le xviiie siècle), le régime féodal résista victorieusement à la pénétration du droit français. Dans le grand-duché de Varsovie, la Constitution du 22 juillet 1807 avait aboli le servage, mais les droits seigneuriaux persistèrent. La féodalité n'a donc pas été entièrement détruite. Les institutions françaises furent introduites dans les pays vassaux ou soumis : préfectures établies en Espagne en 1809, justices de paix en Pologne, système fiscal d'inspiration française en Allemagne. Là encore, l'emprise ne fut pas toujours durable.

La route devint, comme dans l'Empire romain, le principal facteur d'unité. En 1805, Napoléon écrivait : « De tous les chemins ou routes, ceux qui tendent à réunir l'Italie à la France sont les plus politiques. » Le décret du 16 décembre 1811 établit le classement des quatorze routes de première classe qui rayonnent de Paris vers les parties les plus reculées de l'Empire : route no 2 (Paris-Bruxelles-Anvers-Amsterdam), route no 3 (Paris-Hambourg), route no 6 (Paris-Rome par le Simplon), route no 7 (Paris-Turin par le mont Cenis), route no 11 (Paris-Bayonne et l'Espagne).

Les grands travaux changèrent le visage des vieilles capitales ; l'œuvre du préfet Tournon, à Rome, fut considérable : assèchement des marais Pontins, pont sur la via Appia, aménagement du Tibre, progrès de l'hygiène publique.

Au sein de la Grande Armée s'opéraient également des brassages de population. Ne va-t-on pas désigner sous le nom d'armée des vingt nations les forces qui s'engageront, en 1812, dans les steppes de Russie ?

Napoléon alla même jusqu'à créer un ordre qui remplaçait les anciennes décorations de l'Europe et qui symbolisait la fusion dans l'Empire de pays différents : ce fut l'ordre impérial de la Réunion, établi par décret le 18 octobre 1811. Dans les premières nominations, on compte au sommet de la hiérarchie tren [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Portrait de Napoléon Ier, Girodet-Trioson

Portrait de Napoléon Ier, Girodet-Trioson
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Bataille d'Austerlitz

Bataille d'Austerlitz
Crédits : Roger-Viollet

photographie

Bataille de Friedland

Bataille de Friedland
Crédits : Historical Picture Archive/ Corbis

photographie

Junot

Junot
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  EMPIRE PREMIER (1804-1815)  » est également traité dans :

PREMIER EMPIRE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 217 mots
  •  • 1 média

Le 2 décembre 1804, Napoléon Bonaparte, général glorieux des armées de la Ire République, consul depuis le coup d'État du 18-Brumaire an VIII (9 novembre 1799) et consul à vie depuis 1802, se fait sacrer par le pape Pie VII Empereur des Français, sous le nom de Napoléon Ier. Il met alors en place un régime extrêmement centralisé, despotique, tout entie […] Lire la suite

CONSULAT ET EMPIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 186 mots

9-10 novembre 1799 Coup d'État de Bonaparte (18-Brumaire an VIII), qui est nommé consul provisoire.17 janvier 1800 Suppression de soixante des soixante-treize journaux politiques parisiens.15 juillet 1801 Signature du Concordat avec le pape Pie VII.20 mai 1802 […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le choc de l'émancipation »  : […] L'émancipation des Juifs en France (1790-1791) suscite des réactions diverses. Il y a ceux qui craignent que les juifs ne remplissent pas leurs obligations à l'égard de la nation qui les a reconnus comme citoyens à part entière. Il y a aussi ceux qui par principe refusent cette entrée dans la nation, les partisans de l'ordre ancien, fondé sur la ségrégation et les discriminations. L'émancipation s […] Lire la suite

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 929 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Révolution et premier Empire français »  : […] Cette organisation militaire solide, la Convention en héritera, malgré les désordres de la Révolution. Forte d'une autorité sans frein et riche de toutes les ressources nationales d'un pays prospère, elle dispose, par la réquisition, de masses, jusqu'alors inconnues, de près d'un million d'hommes, réparties en plusieurs armées sur toutes les frontières. En 1793, le système des divisions mixtes est […] Lire la suite

ARNDT ERNST MORITZ (1769-1860)

  • Écrit par 
  • Lore de CHAMBURE
  •  • 484 mots

Le nom d'Ernst Moritz Arndt est lié à l'histoire de la guerre de libération (1813). Chez Arndt, en effet, la vie et l'œuvre sont fortement tributaires des événements politiques qui agitèrent l'Allemagne du xix e siècle : pendant près de cinquante ans, il jouera un rôle non négligeable dans l'histoire de ce conglomérat de principautés. À l'époque, seul son compagnon de lutte Theodor Körner acquit […] Lire la suite

AUGEREAU CHARLES PIERRE FRANÇOIS (1757-1816) maréchal d'Empire (1804) duc de Castiglione (1808)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 320 mots

L'un des seuls Parisiens d'origine parmi les généraux de la Révolution et de l'Empire. Fils d'un domestique et d'une fruitière, Augereau s'engage à dix-sept ans, puis passe dans l'armée napolitaine. En 1790, il rentre de Naples où il avait fini par devenir maître d'armes, et s'engage comme volontaire. Général de division en 1793, envoyé à l'armée d'Italie en fin 1795, il entre alors dans la légend […] Lire la suite

AUSTERLITZ BATAILLE D' (1805)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 299 mots
  •  • 1 média

En septembre 1804, renonçant à envahir l'Angleterre, Napoléon lance la Grande Armée depuis les côtes de la mer du Nord au cœur de l'Europe pour frapper séparément les coalisés russes et autrichiens. Après avoir obtenu la reddition du général Mack à Ulm le 20 octobre et fait son entrée dans Vienne abandonnée le 14 novembre, il recherche une victoire décisive sur les armées alliées de l'empereur d'A […] Lire la suite

BAVIÈRE (histoire)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  • , Universalis
  •  • 3 153 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Bavière dans la Confédération du Rhin (1806-1813) »  : […] Le nouveau royaume devient la pièce maîtresse de l'Allemagne napoléonienne. Il s'agrandit en 1810 de Salzbourg et de Berchtesgaden, de Ratisbonne et de Bayreuth. À l'alliance politique s'ajoutent des liens familiaux, par le mariage d'Eugène de Beauharnais avec la princesse Augusta, fille de Max-Joseph. Sous l'impulsion du ministre Montgelas, qui applique les méthodes du despotisme éclairé, la Bav […] Lire la suite

BEAUHARNAIS EUGÈNE DE (1781-1824) vice-roi d'Italie (1805)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 333 mots

Son père, Alexandre de Beauharnais, commandant en chef de l'armée du Rhin, ayant été guillotiné, et sa mère, Joséphine, étant en prison, le jeune Eugène entre en apprentissage chez un menuisier avant que le 9-Thermidor, ouvrant un nouveau crédit à sa mère, lui permette d'embrasser la carrière des armes. Après le remariage de Joséphine, il suit Bonaparte en Italie puis en Égypte et se comporte avec […] Lire la suite

BERNADOTTE JEAN-BAPTISTE (1763-1844), roi de Suède et de Norvège sous le nom de CHARLES XIV (1818-1844)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 546 mots
  •  • 1 média

Fils d'un magistrat de Pau, engagé à dix-sept ans, sergent-major en 1788 et connu alors sous le sobriquet de « Belle Jambe », Bernadotte prend ses grades dans les armées de la Révolution, devient le lieutenant de Jourdan à l'armée de Sambre-et-Meuse puis de Bonaparte à l'armée d'Italie. Ambassadeur à Vienne pendant deux mois en 1798, il y rencontre Beethoven et lui conseille de consacrer une symph […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-21 août 2019 Inde. Suppression de l'autonomie du Cachemire.

Cette partie indienne du Cachemire, dont la population est majoritairement musulmane et qui est le théâtre de tensions séparatistes, est revendiquée par le Pakistan depuis la partition de l’Empire britannique des Indes en 1947, tandis que Delhi revendique le Cachemire pakistanais. Le ministre de l’Intérieur Amit Shah, président du Bharatiya Janata Party (nationaliste hindou, BJP) au pouvoir et bras droit du Premier ministre Narendra Modi, justifie cette décision par le caractère « temporaire » des pouvoirs particuliers accordés par la Constitution au Parlement de Srinagar. […] Lire la suite

12-24 avril 2015 Arménie. Soutiens internationaux en faveur de la reconnaissance du génocide de 1915.

Le 12, lors de la messe célébrée au Vatican à l’occasion du centenaire des massacres d’un million et demi d’Arméniens perpétrés par l’Empire ottoman de 1915 à 1917, le pape François qualifie cet épisode historique de « premier génocide du xxe siècle », le plaçant sur le même rang que la Shoah ou les crimes du stalinisme. Le pape Jean-Paul II avait déjà utilisé cette expression dans un document en septembre 2001. […] Lire la suite

1er-18 décembre 2014 Russie. Aggravation de la crise économique et financière

Il en reporte la responsabilité sur l'Occident qui se comporte en « empire ».  […] Lire la suite

7-31 août 2014 Ukraine. Contre-offensive séparatiste et surenchère russe

Le 7, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev décrète un « embargo total » sur les produits agricoles et alimentaires occidentaux, en riposte aux sanctions adoptées par l'Union européenne et les États-Unis à l'encontre de la Russie en raison de l'aide que celle-ci apporte à la rébellion séparatiste qui sévit dans l'est de l'Ukraine. Ces sanctions affectent l'économie russe, provoquant la chute du rouble, la fuite des capitaux et la défiance des investisseurs. […] Lire la suite

6-7 octobre 2011 France. Visite du président Nicolas Sarkozy dans le Caucase

Une loi française de janvier 2001 reconnaît déjà ce génocide perpétré en 1915 par l'Empire ottoman, qui a causé la mort d'un million et demi d'Arméniens. Le 7, après une courte étape en Azerbaïdjan où il est le premier chef d'État français à se rendre, Nicolas Sarkozy continue sa visite par la Géorgie, dont il salue l'« aspiration » à l'Europe. Reconnaissant que Moscou ne respecte pas entièrement les accords d'août 2008 qui avaient mis fin à l'intervention des troupes russes dans le pays – et à la conclusion desquels la France avait participé –, il appelle à la « réconciliation » entre les deux pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TULARD, « EMPIRE (PREMIER) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-premier/