Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EMPIRE (PREMIER)

Portrait de Napoléon I<sup>er</sup>, Girodet-Trioson - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Portrait de Napoléon Ier, Girodet-Trioson

Le 2 décembre 1804, Napoléon se fait couronner empereur, mais s'il choisit ce titre, c'est par désir d'éviter celui de roi, après dix années de révolution, plutôt que par référence à l'expansion territoriale de Rome ou de Charlemagne. Son objectif est alors de rétablir la monarchie héréditaire à son profit et non de poursuivre une guerre de conquête qui semble terminée depuis que la France a atteint ses frontières naturelles et consolidé son influence en Italie du Nord et en Allemagne.

C'est après Austerlitz et Trafalgar que naît la théorie du grand empire. Talleyrand avait prévenu les Anglais en 1802 : « Le premier coup de canon peut créer subitement l'empire gaulois [...]. Le Premier consul a trente-trois ans et il n'a encore détruit que des États de second ordre. Qui sait ce qu'il lui faudrait de temps, s'il y était forcé, pour changer de nouveau la face de l'Europe et ressusciter l'empire d'Occident ? »

Le Blocus continental, machine de guerre économique contre l'Angleterre, servit de prétexte à une série d'annexions, de remaniements territoriaux et dynastiques qui firent passer plus de la moitié de l'Europe sous la domination de Napoléon. Ainsi se forma un empire tout en rivages et en ports, de Hambourg à Bordeaux, de Barcelone à Gênes, de Naples à Trieste. L'axe principal en fut le Rhin, soumis à l'influence française, de sa source à son embouchure. Cet empire, Napoléon eut le souci de l'unifier par les routes, les codes, les brassages de population au sein de la Grande Armée, la centralisation administrative.

Mais ce qui finit par compromettre la domination napoléonienne, ce fut le sentiment d'abord confus, puis de plus en plus précis après les décrets de 1810 assouplissant le Blocus, que le système continental favorisait en définitive l'industrie et le commerce de la France proprement dite au détriment des pays vassaux ou alliés. Au nom de la lutte contre l'hégémonie économique de l'Angleterre, la France substituait en réalité sur le continent sa propre suprématie à celle de sa rivale.

La désastreuse expédition de Russie précipita la ruine du grand empire et réveilla dans la vieille Europe les nationalismes les plus agressifs. Au terme de l'aventure napoléonienne, la France se retrouvait plus petite qu'à la veille de la Révolution et soumise à la surveillance de ses vainqueurs. Mais en détruisant l'ancien système féodal et en favorisant l'avènement politique de la bourgeoisie dans tous les États que la Grande Armée avait envahis, Napoléon n'en a pas moins préparé la naissance d'une Europe nouvelle.

Les guerres victorieuses

Dès 1803, l'Angleterre avait repris la guerre devant la menace d'une hégémonie non seulement politique mais économique de la France sur le continent. À la faveur de la paix d'Amiens, la politique des républiques sœurs menée par le Directoire avait en effet été poursuivie par Bonaparte. Ce dernier n'avait-il pas été élu à la tête de la République italienne ? N'était-il pas devenu médiateur de la Confédération helvétique et pratiquement suzerain de la République batave ? Ne devait-il pas être considéré comme l'inspirateur des décisions de la Diète germanique qui, en 1803, remania la carte de l'Allemagne ? Le cabinet britannique pouvait difficilement accepter une telle extension de l'influence française, d'autant qu'elle s'accompagnait de la signature de traités de commerce avec Naples, l'Espagne, la Russie, le Portugal et la Turquie. Plus inquiétant encore était un brusque réveil des prétentions coloniales de la France, comme le prouvait l'expédition de Saint-Domingue.

Aussi le conflit entre la France et l'Angleterre se ralluma-t-il en mai 1803. Ce fut la question de Malte qui provoqua[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Jean TULARD. EMPIRE (PREMIER) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Portrait de Napoléon I<sup>er</sup>, Girodet-Trioson - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Portrait de Napoléon Ier, Girodet-Trioson

Bataille d'Austerlitz - crédits : Roger-Viollet

Bataille d'Austerlitz

Napoléon sur le champ de bataille d'Eylau, A. J. Gros - crédits : Universal History Archive/ Getty Images

Napoléon sur le champ de bataille d'Eylau, A. J. Gros

Autres références

  • CONSULAT ET EMPIRE - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 185 mots

    9-10 novembre 1799 Coup d'État de Bonaparte (18-Brumaire an VIII), qui est nommé consul provisoire.

    17 janvier 1800 Suppression de soixante des soixante-treize journaux politiques parisiens.

    15 juillet 1801 Signature du Concordat avec le pape Pie VII.

    20 mai 1802 Rétablissement de l'...

  • ANTISÉMITISME

    • Écrit par
    • 12 229 mots
    • 9 médias
    Au fil de ses victoires, Napoléon étend l'émancipation en Europe. Au niveau de l'organisation du culte, son règne ouvre une phase nouvelle. En 1808, il crée les consistoires, parallèlement aux consistoires protestants. Reste que d'un point de vue juridique, la période napoléonienne constitue une régression....
  • ARMÉE - Typologie historique

    • Écrit par et
    • 12 926 mots
    • 21 médias
    ...Les armées de l'Europe coalisée contre la Révolution se modèleront sur l'image française, comme sur celle de Frédéric, quelques décennies plus tôt. Napoléon Bonaparte, Premier consul de la République, puis empereur, remanie l'armée, reconstitue en particulier une cavalerie, subdivisée en cavalerie...
  • ARNDT ERNST MORITZ (1769-1860)

    • Écrit par
    • 482 mots

    Le nom d'Ernst Moritz Arndt est lié à l'histoire de la guerre de libération (1813). Chez Arndt, en effet, la vie et l'œuvre sont fortement tributaires des événements politiques qui agitèrent l'Allemagne du xixe siècle : pendant près de cinquante ans, il jouera un rôle non...

  • AUGEREAU CHARLES PIERRE FRANÇOIS (1757-1816) maréchal d'Empire (1804) duc de Castiglione (1808)

    • Écrit par
    • 321 mots

    L'un des seuls Parisiens d'origine parmi les généraux de la Révolution et de l'Empire. Fils d'un domestique et d'une fruitière, Augereau s'engage à dix-sept ans, puis passe dans l'armée napolitaine. En 1790, il rentre de Naples où il avait fini par devenir maître d'armes, et s'engage comme volontaire....

  • Afficher les 103 références