ARNDT ERNST MORITZ (1769-1860)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom d'Ernst Moritz Arndt est lié à l'histoire de la guerre de libération (1813). Chez Arndt, en effet, la vie et l'œuvre sont fortement tributaires des événements politiques qui agitèrent l'Allemagne du xixe siècle : pendant près de cinquante ans, il jouera un rôle non négligeable dans l'histoire de ce conglomérat de principautés. À l'époque, seul son compagnon de lutte Theodor Körner acquit une stature politique semblable à la sienne.

Fils de paysans, Arndt naît sur l'île de Rügen, étudie la théologie, parcourt l'Allemagne durant un temps et consigne ses impressions dans de vifs journaux de voyages. Plus tard, adonné à la philosophie et à l'histoire, il devient professeur à Greifswald d'où le chasse, en 1806, l'occupation française. Secrétaire privé du baron von Stein qu'il citera dans ses Mémoires, il l'accompagne à Saint-Pétersbourg avant de rentrer en Allemagne où il est d'abord nommé à Bonn, puis déchu de son professorat d'histoire en 1820, enfin, vingt ans plus tard, rétabli dans ses fonctions. Il meurt à Bonn à l'âge de quatre-vingt-onze ans.

Dans les quatre tomes qui composent l'Esprit du temps (Geist der Zeit, 1806-1818), Arndt décrit l'atmosphère d'une Allemagne occupée par les Français, puis déçue par le Congrès de Vienne. Simultanément s'élabore une pensée directrice à tous ses écrits : le droit des peuples à l'indépendance nationale, droit pour lequel Arndt mènera un combat passionné. Jeune encore, il fait sienne la lutte de l'Allemagne pour son unité, s'oppose à Napoléon tout en reconnaissant son génie et, dans un but mobilisateur, répand des milliers de tracts antifrançais.

Également placé sous le signe de la guerre de libération, un livre d'une rare efficacité voit le jour, Le Rhin, fleuve d'Allemagne et non sa frontière (Der Rhein, Deutschlands Strom, aber nicht Deutschlands Grenze, 1813). Dans son Catéchisme pour les soldats allemands (Katechismus für deutsche Soldaten), écrit un an auparavant, Arndt réfute à sa manière l'accusation de démagogie que lui adressent nombre de critiques : la guerre pour l'indépendance nationale est guerre sainte ; s'y opposer est faire preuve d'anachronisme. Le dieu de Arndt, en effet, « celui qui fit jaillir le fer », est le Jéhovah de l'Ancien Testament, le dieu des batailles. Il n'est que de songer au titre du recueil, Chants paysans et chants guerriers (Bauerngesänge und Wehrlieder, 1813), pour voir aussitôt s'établir la liaison avec la guerre des Paysans. En outre, le langage rythmé et dru dont Arndt fait usage appelle la mise en musique. Rien d'étonnant dès lors si, au cours des deux guerres mondiales, ces chants ont été ceux des armées allemandes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARNDT ERNST MORITZ (1769-1860)  » est également traité dans :

HEINE HEINRICH (1797-1856)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 2 698 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Düsseldorf aux universités »  : […] Heinrich Heine a écrit que toute sa carrière, au long de sa vie, s'expliquait par ses origines. Il voulait rappeler par là qu'il était né dans une famille juive, à Düsseldorf, au bord du Rhin, en un temps où cette ville était française (elle devait le demeurer durant la période napoléonienne). Les juifs de Düsseldorf jouissaient en 1799 de plus de libertés et de droits que dans la plupart des autr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lore de CHAMBURE, « ARNDT ERNST MORITZ - (1769-1860) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-moritz-arndt/