VIRCHOW RUDOLF (1821-1902)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Poméranie, Rudolf Virchow vient à Berlin, en 1839, étudier la médecine (la physiologie lui est enseignée par J. Müller). Sa thèse de doctorat soutenue en 1843 (De rheumate praesertim corneae), Virchow entre à l'hôpital de la Charité dans le service de Froriep qui le charge des examens chimiques et microscopiques. En 1847, il fonde avec son ami Reinhardt les Archiv für pathologische Anatomie und Physiologie qui deviendront, après sa mort, les Virchows Archiv. En 1848, il reçoit la mission d'étudier les causes de la fièvre typhoïde qui ravage la Silésie : dans son rapport, surtout d'ordre politique, il accuse les fonctionnaires prussiens d'être responsables des navrantes conditions économiques et sociales que connaissent les habitants de cette région. L'esprit révolutionnaire de ce rapport, joint à sa critique du dogmatisme de la Société de médecine berlinoise et à son action en faveur du socialisme, provoque son renvoi de la Charité en 1849. Il va alors enseigner la pathologie à Würzburg jusqu'en 1856. Rappelé à Berlin, il enseigne cette discipline, puis dirige l'Institut berlinois de pathologie.

Rudolf Virchow

Rudolf Virchow

Photographie

Spécialiste de l'histologie pathologique, l'Allemand Rudolf Virchow (1821-1902) contribua à l'édification de la théorie cellulaire moderne. Il est debout à gauche, en compagnie de ses collègues Killiker, Scherer, Kinvisch et Linecker, en 1860. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Il publie, en 1858, ses leçons sous le titre Die Cellularpathologie in ihrer Begründung auf physiologische und pathologische Gewebelehre et y expose ses idées sur la théorie cellulaire. L'adage de Virchow, Omnis cellula e cellula, résume la théorie cellulaire sous sa forme définitive : « Là où apparaît une cellule, il doit y avoir eu une autre cellule auparavant » écrit-il dans Cellularpathologie... « Tout animal apparaît comme la somme d'unités vitales dont chacune porte en elle tous les caractères de la vie. » Virchow applique, dès 1855, cette théorie aux cellules des tumeurs, et affirme que toutes les maladies prennent naissance dans une seule cellule, puis se propagent par multiplication des cellules malignes dans un tissu donné. Mais, contrairement à Pasteur, il rejette énergiquement l'hypothèse de l'intervention de germes infectieux dans les maladies contagieuses.

Il publie aussi Die krankhaften Geschwülste (1863 [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VIRCHOW RUDOLF (1821-1902)  » est également traité dans :

VIRCHOW : NOTION DE PATHOLOGIE CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 186 mots
  •  • 1 média

Rudolph Ludwig Carl Virchow (1821-1902), médecin d'origine poméranienne, eut une activité médicale scientifique et politique étonnante et foisonnante, quelque peu masquée par l'ouvrage célèbre Die Cellular-Pathologie qu'il publia en 1858 et qui fonde la pathologie cellulaire. Virchow y énonce d'abord que la cellule est l'élément fondam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virchow-notion-de-pathologie-cellulaire/#i_829

PALÉOANTHROPOLOGIE ou PALÉONTOLOGIE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 4 905 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La découverte de l’homme de Néandertal et de la race de Cro-Magnon »  : […] C'est en 1857 que Karl Fühlrott, un jeune maître d'école, et Hermann Schaaffhausen de l'université de Bonn, annoncèrent la découverte d'un squelette humain fossile dans une grotte du ravin de Neanderthal près de Düsseldorf (Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Le demi-siècle suivant verra ainsi, non sans mal, la reconnaissance des premiers groupes d'hominidés, au prix il est vrai d'innombrables polémiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoanthropologie-paleontologie-humaine/#i_829

TUBERCULOSE

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Charles COURY
  •  • 10 009 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'unité anatomo-pathologique de la tuberculose »  : […] En anatomie pathologique aussi bien qu'en clinique, la connaissance de la tuberculose en tant qu'entité morbide autonome, unitaire et spécifique n'a commencé à se dessiner qu'à la fin du xvii e  siècle. Un des travaux les plus remarquables de cette époque est celui de François de Le Boë, dit Sylvius (1588-1672) ; il signale la présence, chez les phtisiques, de tubercules pulmonaires susceptibles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuberculose/

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « VIRCHOW RUDOLF - (1821-1902) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-virchow/