BAZAINE JEAN (1904-2001)

Jean Bazaine est né à Paris le 21 décembre 1904, il est mort à Clamart le 4 mars 2001. D'abord intéressé par la sculpture, il suit les cours de Paul Landowski. Dès 1924, il se consacre à la peinture en même temps qu'il suit des cours de lettres et d'histoire de l'art. Son double talent de peintre et d'écrivain s'affirme au contact de Gromaire, auquel il gardera une grande admiration, et dont le dessin l'a beaucoup marqué, de l'historien de l'art Henri Focillon, qui l'intègre dans le premier Groupe d'histoire de l'art, et de Pierre Bonnard qui se dit „content de voir quelqu'un qui travaille dans [sa] voie“.

Jeanne Castel expose ses premières œuvres à Paris en 1930 ; en 1932 a lieu sa première exposition personnelle à la galerie Van Leer. Dès 1934, Bazaine pratique l'aquarelle qui lui donne une liberté qu'il va transposer dans la peinture. Parallèlement, il collabore à la revue Esprit de 1934 à 1938. En 1936, il découvre la Bretagne et la mer qui seront pour lui d'inépuisables sources d'inspiration. En 1937, il se lie d'amitié avec Jacques Villon à l'occasion de l'exposition L'Art indépendant. Maîtres d'aujourd'hui. Il réalise ses premiers vitraux. Chargé de la section Arts plastiques au sein du groupe Jeune France en 1941, il organise à la galerie Braun l'exposition Jeunes Peintres de tradition française, qui se réfère à Cézanne, Matisse et Braque autant qu'à l'art de la France médiévale. Son tableau La Messe de l'homme armé (juillet 1944), peint aux couleurs de la France, devient même le symbole d'un art libre sous l'Occupation. Entré avec Estève à la galerie Louis Carré, il y attire ses compagnons, Villon et Lapicque.

Après guerre, ses toiles sont construites sur une grille cubiste : cloisonnement au pinceau noir, rectangles de couleurs, touches à la Cézanne. Des figures sont prises dans cette structure qu'elles contribuent à façonner : nageurs, plongeurs, personnages dans la forêt. De cette esthétique qui dépasse l'opposition entre figuration et abstraction, son livre Notes sur la peinture d'aujourd'hui (1948) ren [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  BAZAINE JEAN (1904-2001)  » est également traité dans :

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tradition nationale »  : […] Dans la lignée du personnalisme d'Emmanuel Mounier, les Jeunes Peintres de tradition française, Bazaine en tête, voulaient une France nouvelle, mais ressaisie, rénovée, sacrée, fervente, et qui tournerait définitivement le dos aux fadeurs d'une piété décadente. Ils défendaient un art ingénu, neuf, vif, violemment structuré et coloré. De même qu'ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sous-l-occupation/#i_8076

PARIS ÉCOLES DE

  • Écrit par 
  • Claire MAINGON
  •  • 2 616 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La seconde école de Paris »  : […] aux peintres qui ont véritablement revendiqué et popularisé à cette époque les tendances non figuratives. Ainsi, on privilégiera des peintres comme Jean Bazaine (1904-2001), Alfred Manessier (1911-1993), Roger Bissière (1886-1964), Jean Le Moal (1909-2007), Édouard Pignon (1905-1993) ou Maurice Estève (1904-2001). Ces artistes ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecoles-de-paris/#i_8076

Pour citer l’article

Thierry DUFRÊNE, « BAZAINE JEAN - (1904-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bazaine/