RYTHME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Ce mot rythme ne m'est pas clair, écrit Paul Valéry dans ses Cahiers. Je ne l'emploie jamais. Ne s'agissant pas de faire une définition de chose, il faudrait regarder quelques phénomènes les plus simples, de ceux qui font venir le mot rythme ; les regarder de près ; isoler et nommer quelques caractères généraux... » Chacun connaît, ou croit reconnaître, ces phénomènes rythmiques simples : j'entends mon cœur qui bat, une goutte d'eau qui tombe, une horloge qui fait tic-tac ; je perçois l'alternance des jours et des nuits, les phases de la lune, le retour des saisons ; j'ai envie de jouer un rythme, de danser sur une musique, de scander un vers avec un geste — et même, comme ici et maintenant, d'écrire selon ce qu'on a coutume d'appeler un « rythme ternaire »... Mais parlons-nous bien de la même chose ? Il est vrai que le mot rythme doit « venir » : le rythme n'est ni une chose, précisément, ni un objet qui se tiendrait là, devant moi, et que je n'aurais plus qu'à saisir, en le nommant ; le rythme surgit dans la création, s'impose à la perception, qui le reconstitue, s'exclamant alors : « Voilà le rythme ! », ou mieux : « Voilà du rythme ! », tant le mot semble échapper à tout article défini, voire à toute définition.

La première question ne peut donc pas être : « Qu'est-ce que le rythme ? », mais bien plutôt : « Qu'appelle-t-on rythme ? » L'étymologie couramment reçue fait venir le mot du grec ruthmos, abstrait du verbe rein signifiant « couler ». Quoi de plus naturel, en effet, que de caractériser le rythme par le mouvement régulier de la mer et des flots ? Mais, depuis les travaux d'Émile Benveniste (La Notion de rythme dans son expression linguistique, article de 1951), on sait que le verbe rein s'applique, dans la langue grecque, au cours d'un fleuve ou d'un ruisseau, et non au « rythme » des vagues, qui, elles, ne « coulent » pas. Analysant dans le détail les différentes acceptions du mot chez de nombreux auteurs tels que Leucippe, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures, élève-professeur à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud

Classification


Autres références

«  RYTHME  » est également traité dans :

ARS NOVA (P. de Vitry)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 311 mots

Le compositeur et théoricien de la musique Philippe de Vitry, qui occupera des charges importantes – notaire royal, maître des requêtes, conseiller... – auprès des rois de France Charles IV le Bel, Philippe VI et Jean II le Bon avant de devenir en 1351 évêque de Meaux, fait paraître vers 1320 un traité théorique en latin, Ars nova , qui va infléchir le cours de la musique occ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-nova-p-de-vitry/#i_95529

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une révolution méthodologique »  : […] Avant tout le formalisme marqua en littérature une période de crise méthodologique aiguë. La littérature avait toujours été en Russie soumise au carcan d'une critique sociologisante à sous-entendus politiques et idéologiques. Depuis Vissarion Biélinski, et surtout à l'époque positiviste, le critique exigeait du créateur qu'il interprétât la « réalité ». Le lien causal entre la « vie » et la « lit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-russe/#i_95529

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cycles lyriques »  : […] La longue durée du lyrisme chinois permet cependant de déceler un certain ordre dans la juxtaposition ou la succession de ses courants. L'une des figures qu'ils ont coutume de dessiner est un cercle, sur lequel se succèdent périodiquement des phénomènes analogues. On admet que l'impulsion première réside dans le génie anonyme des masses, créateur des rythmes, tels que les mètres irréguliers des H […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_95529

MESCHONNIC HENRI (1932-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 529 mots

Linguiste, traducteur et poète français. Né à Paris, Henri Meschonnic suit des études de lettres avant d'enseigner à l'université de Lille (1963-1968) puis à Paris-VIII (1969-1997). La linguistique, l'exercice de la poésie et celui de la traduction constituent pour lui les trois dimensions d'une même réflexion sur le langage, auxquelles on pourrait ajouter une quatrième, à savoir un ardent besoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-meschonnic/#i_95529

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

La métrique est l'étude des régularités systématiques qui caractérisent la poésie littéraire versifiée, qu'il s'agisse des formes de vers ( mètre ), de groupes de vers ( strophe ) ou de poèmes entiers ( forme fixe ). Son domaine peut s'étendre à des régularités de type musical qu'on trouve dans le domaine du slogan, du folklore enf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/#i_95529

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Prose chrétienne et rhétorique classique »  : […] La production littéraire médiévale latine et romane, tant en prose qu’en vers, a lieu dans un même horizon rhétorique et discursif. Dans la Rome classique, les poètes suivaient une formation rhétorique et les rhétoriqueurs tiraient des enseignements et des exemples des œuvres en vers, par exemple grâce à la pratique des paraphrases. Parfois, les deux modes d’expression sont en contact comme dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_95529

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fonctions et frontières »  : […] Aux origines de toutes les littératures, la forme versifiée apparaît en relation étroite avec la tradition orale. Les pauses et les récurrences qui la caractérisent sont liées aux nécessités de la vocalisation, de la mémorisation et de la communication. Répétitions et parallélismes allégeaient la tâche du récitant et permettaient à ses formules de se graver plus facilement dans l'esprit des audit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_95529

VERSET

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 134 mots

Lorsque le poète renonce à décompter les syllabes ou les mètres et suit le rythme de sa pensée ou, plus modestement, celui de son souffle, il utilise le verset. Forme plus étendue et plus souple que le vers, elle est divisible en segments métriques ou syllabiques, d'où la possibilité de scansion. Le verset n'est pas délimité par la rime, mais par un passage à la ligne. En l'absence d'une régularit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verset/#i_95529

Pour citer l’article

Pierre SAUVANET, « RYTHME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythme/