DROGUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économie de la drogue

Évaluation des profits du marché des drogues

Le marché des drogues illicites génèrent des bénéfices très importants qui ont pour origine les particularités liées la fabrication et à l'acheminement des ces produits. Dans le cas de la cocaïne et de l'héroïne, les différentes étapes de la transformation de la matière première – feuilles de coca, opium – en produit fini sont une première cause de l'escalade des profits. La seconde, la plus risquée, mais la plus rentable, repose sur le franchissement d'obstacles des lieux de production aux marchés de consommation. Ils peuvent être naturels (montagnes, fleuves, jungles), politiques (frontières) ou conjoncturels (populations hostiles, conflits, péages). Par exemple, les 200 kilogrammes de feuilles de coca nécessaires à la fabrication d'un kilogramme de chlorhydrate de cocaïne sont payés 300 dollars au cultivateur ; à la sortie d'un laboratoire colombien, celui-ci vaut 1 500 dollars ; du côté mexicain de la frontière avec les États-Unis, il se négocie 4 000 dollars ; de l'autre côté de cette même frontière, il vaudra 10 000 dollars à Miami et 15 000 à New York ; s'il franchit l'Atlantique, il est vendu 25 000 dollars en Espagne ou aux Pays-Bas ; 80 000 dollars dans les pays scandinaves et 150 000 dollars en Arabie Saoudite. Sur les marchés de consommation, additionné de produits de coupe et vendu au gramme, ce même kilogramme peut rapporter jusqu'à 500 000 dollars. Dans le cas de la cocaïne et de l'héroïne, l'escalade des prix, entre celui qui est payé au producteur et celui dont s'acquitte le consommateur, représente une plus-value qui varie de 500 p. 100 à 1 500 p. 100. Dans le cas des dérivés du cannabis, les profits du producteur au consommateur ne sont multipliés que par 10, mais les trafiquants se rattrapent sur l'énorme quantité de produits vendus comme nous le verrons plus bas. Dans le cas des drogues de synthèse comme les amphétamines, pour un investissement initial relativement modeste, les bénéfices représentent environ 700 p. 100.

Selon l'Organe contre les drogues et le crime (O.D.C.), organisme spécialisé des Nations unies, les revenus mondiaux du trafic de drogue ont représenté 429 milliards de dollars en 2003. Mais ils sont très inégalement répartis en fonction de la place des acteurs dans la chaîne de production : 13 milliards de dollars pour l'ensemble des cultivateurs de cannabis, de coca et de pavot ; 94 milliards pour les trafiquants des produits en gros et 322 milliards pour les revendeurs sur le marché de détail (herbe de cannabis, 113 milliards ; cocaïne, 71 milliards ; opiacés, 65 milliards ; résine de cannabis : 29 milliards ; drogues de synthèse, 44 milliards). Le blanchiment de ces sommes est l'action qui consiste à cacher ou à déguiser l'identité des revenus obtenus illégalement afin de les faire apparaître comme provenant de sources légitimes.

Profits blanchis de la drogue

On remarque d'abord que le montant du profit des drogues tel qu'il est évalué aujourd'hui par l'United Nation Office on Drugs and Crime (U.N.O.D.C.), 429 milliards de dollars, est beaucoup moins important que les chiffres généralement avancés auparavant. Au début des années 1990, un représentant des Nations unies avait affirmé que les bénéfices tirés du trafic de stupéfiants s'élevaient à quelque 500 milliards de dollars, chiffres repris sans aucune vérification, non seulement par la presse, mais par des institutions internationales, des chercheurs, etc. Comme le volume des drogues produites dans le monde a plus que doublé depuis une quinzaine d'années, certains ont même cru pouvoir avancer le chiffre de 1 000 milliards de dollars à la fin des années 1990. Les méthodes de calcul fondées, d'une part, sur les superficies de production (évaluées à partir de données satellites et d'enquêtes de terrain) et, d'autre part, sur le nombre de consommateurs de drogues dans chaque pays, permettent d'avoir une connaissance, sinon exacte, du moins beaucoup plus précise du phénomène.

Mais seule une partie de ces profits est réellement « blanchie ». Treize milliards vont en effet à de petits paysans, afghans, birmans, marocains ou boliviens, etc., qui produisent les plantes qui sont des drogues (dérivés du cannabis) ou celles dont on tire les drogues après des transformations chimiques (cocaïne, héroïne). Pour eux, l'argent d'origine illicite s'intègre à des stratégies de survie et il est tout à fait exceptionnel que ces paysans procèdent à des investissements. Surtout, on remarque que la plus grande partie des profits de la drogue, 322 milliards, se situe au niveau du marché de détail et se trouve partagée entre des centaines de milliers de petits revendeurs ou dealers, qui eux non plus, ne procèdent pas à des opérations de blanchiment à proprement parler. C'est en effet très rare que des organisations criminelles, comme les cartels colombiens aux États-Unis dans les années 1980 et au début des années 1990, contrôlent des réseaux de distribution de rue dont les profits s'ajoutent à ceux de la vente en gros.

L'argent susceptible d'être blanchi dans le système bancaire international est donc essentiellement celui de la phase intermédiaire du commerce des drogues entre les mains des trafiquants, soit 92 milliards de dollars. Pourtant, même dans ce cas, il faut apporter des nuances, comme le montre un rapport de 1994 émanant du D.E.A. (United States Drug Enforcement Administration). En Asie, sont utilisés des systèmes de transferts de fonds informels, dits « par compensation » en Occident, appelés hawala au Pakistan, hundi en Inde et hui kuan en Chine, reposant sur la parole donnée et non sur des transferts bancaires. On peut donc estimer que les sommes blanchies à travers le système bancaire se situent annuellement entre 50 et 100 milliards de dollars. Il est en revanche impossible de chiffrer celles qui le sont à travers des activités commerciales, le jeu ou le simple achat de biens.

Drogues, conflits locaux et terrorisme

Il est également difficile d'évaluer les sommes provenant de la production et du commerce des drogues qui sont investies dans l'achat d'armement, d'infrastructures, la solde des combattants. Depuis le début des années 1990, la multiplication des conflits locaux, effet pervers de la fin de l'antagonisme des blocs et des soubresauts provoqués par l'effondrement de l'Union soviétique, est une autre des causes du développement de tous les trafics, en particulier des trafics de drogues. Les belligérants ne pouvant désormais compter sur le financement de leurs puissants protecteurs rivaux ont dû trouver dans les trafics, dont celui de drogues, des ressources alternatives.

Dans une trentaine de conflits, ouverts, latents ou en voie de résolution, recensés depuis le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Principaux dépresseurs et leurs effets

Principaux dépresseurs et leurs effets
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Opiomane en Chine, XIXe siècle

Opiomane en Chine, XIXe siècle
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Principaux stimulants et leurs effets

Principaux stimulants et leurs effets
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Principaux perturbateurs et leurs effets

Principaux perturbateurs et leurs effets
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur du Groupement de recherche psychotropes, politique, société du C.N.R.S. et du Centre de recherches psychotropes, santé mentale, société, unité C.N.R.S., université de Paris-V
  • : écrivain
  • : retraité de l'Éducation nationale, expert dans le domaine de la géopolitique des drogues

Classification

Autres références

«  DROGUE  » est également traité dans :

ADDICTION

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES, 
  • Eduardo VERA OCAMPO
  •  • 7 783 mots
  •  • 3 médias

Le cerveau humain est uniformément recouvert d'une couche de substance grise contenant les corps cellulaires des neurones qui assurent les fonctions conscientes. Au-dedans de ces structures dites corticales, on trouve, au sein de la substance blanche interne du cerveau, des structures grises profondes qui régissent notre vie inconsciente. Elles interviennent pour coordonner nos moyens d'action fac […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Une narco-économie »  : […] Mais ce qui caractérise, au début du xxi e  siècle, l'agriculture afghane dans son ensemble, et contribue d'ailleurs à la stigmatiser aux yeux du monde, c'est la place grandissante que la culture du pavot à opium y a prise en quelques décennies, au point d'avoir promu le pays au rang de premier producteur mondial d'opium dès 1991. Il fournit aujourd'hui plus de 90 p. 100 de la production mondiale […] Lire la suite

ALCOOLISME

  • Écrit par 
  • Marie CHOQUET, 
  • Michel CRAPLET, 
  • Henri PÉQUIGNOT, 
  • Alain RIGAUD, 
  • Jean TRÉMOLIÈRES
  •  • 10 034 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une drogue nationale »  : […] L'accès à cette drogue « ordinaire » est toujours facile en France, en particulier parce que la taxation des boissons alcooliques est faible et que le vin jouit d'un privilège fiscal. La situation s'améliore cependant puisque la consommation moyenne est passée de 19 litres d'équivalent alcool pur par habitant et par an en 1960 à 11 litres en 2002 (cf. tableau) , et que cette baisse a permis une di […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les processus de régionalisation politico-économique »  : […] Les pays d'Asie orientale cherchent à se rapprocher dans un processus de « régionalisation » sur le plan économique et diplomatique, voire culturel. Cela passe non par une union politique et douanière mais par des collaborations entre partenaires industriels, à travers des relations de sous-traitance, et par des échanges commerciaux entre pays, des accords de libre-échange, sans construction insti […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Urbanisation et développement »  : […] Avec plus de 73 millions d'habitants chacun, la Turquie et l'Iran regroupent à eux seuls plus de la moitié de la population de toute la région et confirment ainsi leur place économique et politique dominante. Troisième pays de la région par sa population, l'Afghanistan (28,4 millions d'habitants en 2009) est aussi le plus pauvre de la région, avec les taux de natalité et de mortalité les plus éle […] Lire la suite

BOLIVIE

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Jean-Pierre BERNARD, 
  • Jean-Pierre LAVAUD
  • , Universalis
  •  • 11 762 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le retour du M.N.R. »  : […] Les élections du 14 juillet 1985 marquent le retour des partis de droite : l'Action démocratique nationaliste (A.D.N.) menée par l'ex-président Banzer arrive en tête (28,5 p. 100 des voix), suivie de très près par le M.N.R. (26,49 p. 100) ; le Congrès élit finalement Paz Estenssoro président de la république. À soixante-dix-sept ans, c'est son troisième mandat. Les deux partis vainqueurs s'uniss […] Lire la suite

CANNABINOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE, 
  • Eleni TZAVARA
  •  • 2 330 mots

Dans le chapitre « Modèles pharmacologiques chez l'animal : existe-t-il une dépendance aux cannabinoïdes ? »  : […] Le système de classification des troubles mentaux DSM-IV (American Psychiatric Association-DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ), définit la dépendance à une substance, chez l'homme, selon sept critères, dont la dépendance physique (tolérance et sevrage), le désir incontrôlable de prendre la drogue et l'impact négatif de celle-ci sur la vie professionnelle et/ou social […] Lire la suite

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 12 730 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le diencéphale : un cerveau à la fois végétatif et affectif »  : […] De haut en bas, le diencéphale est subdivisé en deux parties : le thalamus et l' hypothalamus (cf. fig. 1). Situé dans la partie dorsale du diencéphale, le thalamus (du grec thalamos , « chambre intérieure ») est un véritable portail contrôlant les entrées et les sorties du néocortex. Toutes les afférences sensorielles (à l'exception notoire du système olfactif) transitent par le thalamus avant […] Lire la suite

CHANVRE INDIEN

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 752 mots
  •  • 1 média

Le chanvre ( Cannabis sativa  ; cannabinacées) est une herbe annuelle , dioïque, qui ressemble de loin à l'ortie, mais peut atteindre 2,50 m de hauteur ; elle est commune dans toutes les régions du globe, excepté l'Australie. D'une latitude à l'autre, son comportement, sa biologie et ses propriétés sont différents, de sorte qu'on en vient à distinguer le chanvre textile des pays tempérés et le cha […] Lire la suite

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Neurochimie »  : […] Le cerveau contient un très grand nombre de neurones. Ceux-ci communiquent, non seulement de façon morphologique, par leurs synapses et l'influx nerveux, mais aussi par l'intermédiaire des messagers chimiques, les neurotransmetteurs. La neurochimie a pour objet d'étudier ces molécules, leurs influences et interactions in vivo, leurs dosages optimaux et leurs déficiences éventuelles, et les consé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-11 août 2021 Chine – Canada. Condamnations de deux Canadiens.

drogue à une peine de prison. Celle-ci avait été révisée en peine de mort en janvier 2019, à la suite de l’arrestation au Canada, le mois précédent, de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou. Le 11, le tribunal de Dandong (Liaoning) qui avait jugé l’homme d’affaires canadien Michael Spavor en mars, le condamne à onze ans de prison, puis à […] Lire la suite

5-19 mai 2021 France. Manifestation des policiers devant l'Assemblée nationale.

drogue. Le 6, les principaux syndicats de policiers, qui relaient la colère exprimée par leur base, annoncent leur refus de participer à la reprise du « Beauvau de la sécurité » organisé par le gouvernement, qui avait débuté en février. Le 10, le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, le ministre de la Justice Éric […] Lire la suite

14 janvier 2021 Mexique. Abandon des poursuites contre le général Salvador Cienfuegos.

drogue. Celui-ci avait été arrêté aux États-Unis en octobre 2020 et inculpé de narcotrafic et de blanchiment, puis libéré en novembre en vue d’être extradé vers son pays pour y être jugé. Le lendemain, le président Andrés Manuel López Obrador accuse la Drug Enforcement Administration (DEA) américaine d’avoir « fabriqué l’affaire ». […] Lire la suite

26 mars 2020 Venezuela – États-Unis. Lancement de poursuites contre Nicolás Maduro.

drogue, en partenariat avec l’ancienne guérilla colombienne des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), « au cours des vingt dernières années », et d’avoir « délibérément utilisé la cocaïne comme une arme » contre les États-Unis. Washington reconnaît l’opposant Juan Guaidó comme le président légitime du Venezuela. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain EHRENBERG, Olivier JUILLIARD, Alain LABROUSSE, « DROGUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/drogue/