Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OPIUM

Drogue narcotique, traditionnellement classée parmi les stupéfiants (euphorica de Lewin, psychodysleptiques de Delay et Deniker), extraite du pavot (Papaver somniferum). Le fruit de cette plante est une capsule ovoïde qui exsude, après incision, un latex blanc et riche en alcaloïdes. Le latex, recueilli à l'aide d'un racloir, est séché et bruni au soleil. Sous cette forme, il est commercialisé légalement – mais de manière étroitement contrôlée – et entre dans la composition de plusieurs préparations pharmaceutiques.

Les usages médicaux de l'opium datent de la haute Antiquité : une tablette sumérienne mentionne le pavot à opium comme « plante de la joie » et son exsudat, ou « graisse de lion ». Certains écrits égyptiens datant d'Aménophis Ier (XVIIIe dynastie) et de Ramsès II vantent expressément les vertus « dormitives » et analgésiques de la plante et de son produit. Par la suite, Hippocrate et Théophraste en firent un médicament contre la douleur. Au ier siècle, Dioscoride dans son De materiamedica, qui fut un manuel traditionnel de pharmacologie pendant des siècles, décrit le pavot avec précision et, pour la première fois d'un point de vue chimique, distingue la plante elle-même de son latex, seul efficace. Mais la pénétration de l'opium en Europe est surtout due à Galien, qui en fit un élément d'une panacée promise à un long avenir, le thériaque, dans la composition duquel entraient de soixante à quatre-vingts drogues, et dont l'usage se maintint en Europe jusqu'au début du xxe siècle. D'autres opiacés apparurent aux xviie et xviiie siècles, et en particulier le laudanum de l'Anglais Thomas Sydenham (1624-1689), teinture alcoolique d'opium safranée et parfumée à la cannelle ou à la girofle, qui devint au xixe siècle une sorte d'apéritif fort apprécié. Enfin, l'opium est encore employé dans la pharmacopée contemporaine sous les espèces de l'élixir parégorique, teinture camphrée diluée connue comme antidiarrhéique puissant.

De nos jours, la culture — licite ou illicite — de l'opium est localisée surtout en Asie. Les principaux producteurs licites sont l'Inde, la Turquie, l'Australie, l'Espagne et le Royaume-Uni. La production illicite, quant à elle, est assurée par l'Afghanistan et la Birmanie. De l'opium importé, on extrait les alcaloïdes, surtout morphine et codéine, à partir desquels on fabrique aussi des alcaloïdes dérivés, dihydromorphinone et dihydrocodéinone. Si l'opium et la morphine sont de plus en plus fortement concurrencés par des produits de synthèse (phétidine, dextromoramide), la codéine, dérivé méthylé de la morphine, reste le principal antitussif connu. L'opium permet aussi la production illégale d'héroïne qui est synthétisée à partir de la morphine.

Opiomane en Chine, XIX<sup>e</sup> siècle - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Opiomane en Chine, XIXe siècle

Les troubles de l'usage de l'opium sont apparus à la fin du xviiie siècle en Grande-Bretagne. Introduit par les retraités de l'armée des Indes, il se répandit rapidement : Thomas de Quincey en rend témoignage dans un livre célèbre, les Confessions d'un Anglais mangeur d'opium (Confessions of an English Opium Eater, 1821), et l'opiomanie gagne la France et tout le continent. Les Anglais le mangeaient (souvent associé avec du haschisch, sous forme de pilules ou de confitures) ; les Français le fumèrent : Baudelaire, Farrère, Apollinaire, Cocteau en firent l'apologie et la critique. Les « guerres de l'opium » le répandirent en Chine (où on l'utilisait à des fins médicales jusque-là) à une vitesse vertigineuse (de 50 000 caisses d'opium indien « importé » en 1850 à 180 000 caisses en 1880 ; 2 millions de Chinois étaient intoxiqués en 1850, 120 millions en 1878 !). L'opiomanie s'étendait aussi rapidement en Europe : en 1903, le gouvernement français s'estima contraint d'en interdire la vente. L'année suivante,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Olivier JUILLIARD. OPIUM [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/05/2022

Média

Opiomane en Chine, XIX<sup>e</sup> siècle - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Opiomane en Chine, XIXe siècle

Autres références

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par , , , , , , et
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    ... siècle, l'agriculture afghane dans son ensemble, et contribue d'ailleurs à la stigmatiser aux yeux du monde, c'est la place grandissante que la culture du pavot à opium y a prise en quelques décennies, au point d'avoir promu le pays au rang de premier producteur mondial d'opium dès 1991. Il fournit...
  • ANALGÉSIQUES ET ANTALGIQUES

    • Écrit par
    • 1 054 mots

    Face à des douleurs multiples par leur siège, leur nature et leur intensité, chaque patient réagit individuellement en fonction de ses facteurs génétiques et de son psychisme. L'appréciation de l'effet analgésique d'un médicament varie, elle aussi, d'un individu à l'autre....

  • ANESTHÉSIE

    • Écrit par et
    • 4 117 mots
    • 2 médias
    ...analgésiques prédominantes (agents dits analgésiques), c'est-à-dire dont le rôle est de supprimer ou d'atténuer la sensibilité à la douleur. On emploie en pratique des opiacés (ou équivalents), qui sont des dérivés synthétiques ou semi-synthétiques de l'opium. La morphine et d'autres...
  • BIRMANIE (MYANMAR)

    • Écrit par , , , , et
    • 31 961 mots
    • 18 médias
    Ainsi, la Birmanie est progressivement devenue, au cours de la seconde moitié du xxe siècle, le premier producteur illégal d'opium au monde, mais n'atteignant son record de production qu'en 1993 (1 791 tonnes), après avoir cédé la première place à l'Afghanistan en 1991....
  • Afficher les 14 références