DOMINION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de dominion, au contenu juridique vague à dessein, est né en 1867 à l'occasion de la fondation de la Fédération canadienne et de la dévolution à son gouvernement central de la souveraineté interne. Il n'entre dans la titulature royale qu'en 1901, à l'avènement d'Édouard VII, et s'applique encore à toutes les parties de l'empire, l'Inde exceptée. Progressivement, il a été réservé aux territoires dotés sous l'autorité de la Couronne d'une totale autonomie interne et qui accédaient à une dignité particulière. Ce fut le cas de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande en 1907, de l'Union sud-africaine en 1910, de Terre-Neuve en 1917 (jusqu'en 1949, date de son intégration au Canada), de l'État libre d'Irlande (Eire à partir de 1937) jusqu'à sa sécession de 1949. Normalement, après la décolonisation de 1947, l'Inde et le Pakistan auraient dû accéder à ce statut.

En fait, celui-ci avait considérablement évolué. En 1914 encore, le roi George V n'avait tenu compte d'aucune espèce de souveraineté externe des dominions et les avait engagés dans le conflit par sa seule déclaration. La Grande Guerre vaut une véritable promotion aux dominions : ils accèdent à la reconnaissance internationale de leur identité, sont admis à la Conférence de la paix, dans une délégation impériale, et dans la Société des Nations. La fiction de leur dépendance n'est plus défendable. En 1926, une Conférence impériale en prend déjà acte et, après celle de 1930, le statut de Westminster crée un Commonwealth britannique des Nations qui s'inspire largement du rapport Balfour de 1926 : les dominions y sont définis, à égalité avec le Royaume-Uni, comme des « communautés autonomes dans le sein de l'Empire britannique, en aucun point subordonnées l'une à l'autre sous quelque aspect de leurs affaires intérieures ou extérieures, bien qu'unies par une commune allégeance à la Couronne ».

Le souverain britannique est le seul lien visible. Son conseil privé intervient en particulier à l'occasion d'appels judiciaires. Par ailleurs, le Parlement de Londres, dont la législation de 1931 a dû être approuvée par chacun des dominions, est encore instauré gardien de dispositions constitutionnelles internes, ainsi en a-t-il été de l'acte fédéral canadien de 1867 (jusqu'au « rapatriement de la Constitution canadienne », en 1982). Depuis 1907, une section spéciale du ministère des Colonies est chargée des affaires des dominions, et, à partir de 1929, on lui substitue un véritable ministère des Dominions.

Le statut de dominion signifiait, dans l'esprit de ceux qui ont cherché à le préciser et à l'étendre à d'autres contrées, bien davantage que la codification de droits et de responsabilités. Il impliquait au départ l'union des peuples britanniques (ou apparentés) d'au-delà des mers pour constituer le grand pilier des « nations sœurs » d'un Empire anglo-saxon ; l'Angleterre a rêvé de partager avec ses dominions le poids d'une défense devenue pesante pour un « Titan fatigué ». Il s'agissait aussi d'éviter les tentations centrifuges, puissantes dès 1867 dans un Canada par trop proche des États-Unis et déjà présentes dans le Pacifique dès l'entre-deux-guerres. Pour obtenir la solidarité de tous, les conférences impériales (appelées avant 1907 « coloniales ») ont réuni régulièrement les Premiers ministres des dominions et on a pris soin de consulter régulièrement ceux-ci avant toute décision grave : dans les années 1930, la Nouvelle-Zélande s'oppose longtemps avec succès à la reconnaissance officielle du régime franquiste en Espagne, et, lors de la grave crise de 1936, les gouvernements des dominions appuient le cabinet Baldwin en rejetant l'idée du mariage de « leur » roi Édouard VIII avec Mrs. Simpson. En 1939, ils ont à prendre eux-mêmes la décision de l'entrée en guerre, que refuse le seul État libre d'Irlande.

La décolonisation qui a suivi la Seconde Guerre mondiale pose un nouveau problème. Les nationalistes de l'Inde, depuis 1907, avaient rêvé d'accéder au statut de dominion et avaient même obtenu, par exemple en 1917, des promesses formelles en ce sens. À partir de 1947, leur état d'esprit n'est plus le même. Pour sauver l'unité de l'empire et préserver des liens avec les anciennes dépendances, l'imagination d'Ernest Bevin et de Nehru aidant, on en vient à la conception d'un nouveau Commonwealth, qui ne serait plus « britannique » et dont les membres ne devraient plus nécessairement allégeance au souverain anglais : celui-ci se contenterait du titre de « chef » (head) et ne régnerait pas sur des républiques en formation. Il convient donc de séparer désormais, à partir de 1949, le statut de dominion, tel qu'il a été défini en 1931 et dans lequel le roi ou la reine d'Angleterre est un monarque, de celui de membre du Commonwealth des Nations.

Parmi les anciens dominions, l'évolution est aussi sensible : après la désertion de l'Irlande du Sud en 1949 et la fusion de Terre-Neuve et du Canada, leur nombre a considérablement diminué. En 1961, l'Union sud-africaine, devenue indésirable aux yeux de nombre de ses partenaires, fait également sécession et se transforme en république. Cependant, malgré les tentations républicaines qui ont pu se faire jour, il subsiste trois dominions au début du xxie siècle : le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  DOMINION  » est également traité dans :

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Le rôle des colonies

  • Écrit par 
  • Laurent DORNEL
  •  • 5 236 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un recours massif aux soldats coloniaux »  : […] Au cours du xix e  siècle, les Européens, qui s’appuient tous sur des auxiliaires africains ou asiatiques pour mener à bien leurs conquêtes coloniales, sont réticents à utiliser ces auxiliaires dans les affaires intra-européennes. Cette unité de vue se fissure au début du x x e  siècle avec le projet du général Mangin, qui avait servi le capitaine Marchand lors de la mission Congo-Nil et qui conna […] Lire la suite

IRLANDE RÉPUBLIQUE D' (EIRE)

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Pierre JOANNON
  • , Universalis
  •  • 10 110 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « « Les quatre années glorieuses » »  : […] Entre le 3 et le 12 mai 1916, quinze des principaux chefs de l' insurrection de Pâques – dont Padraic Pearse, le poète, et James Connolly, le syndicaliste – sont passés par les armes. Près de deux mille suspects sont internés en Angleterre et au Pays de Galles. Les excès de la répression retournent une population qui avait, sur le moment, condamné cette aventure insensée : de fous et de criminels […] Lire la suite

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 866 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « « Le paradis des travailleurs » »  : […] Les guerres maories des années 1860-1870 ont pour effet d'inciter le gouvernement colonial à centraliser le pouvoir. À partir de 1870, l'État emprunte massivement sur le marché financier londonien pour soutenir l'immigration et développer les infrastructures. Convaincus du rôle crucial de la puissance publique dans un pays neuf, éloigné de la métropole, où la « mise en valeur » exige des investiss […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « Les années 1930 »  : […] Dans la mémoire collective, les années 1930 constituent les années « sombres », années noires de dépression économique, de crise sociale, de démission internationale. La crise économique, née en 1929 aux États-Unis, frappe l'Angleterre de plein fouet en 1931, menant en juillet à une panique financière. Elle est marquée par une crise commerciale, par la diminution, parfois de moitié, de la producti […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 754 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « L'organisation institutionnelle de l'empire »  : […] En matière d'organisation institutionnelle, la diversité a été la règle, l'idéologie impérialiste a contribué d'autre part, et sans véritable paradoxe, à des mesures libérales. En 1876, le 1 er  janvier, le couronnement de Victoria comme impératrice « de l'Inde » a parachevé une évolution qui, après la révolte des cipayes ou « Grande Mutinerie » de 1857, a fait passer les responsabilités gouvernem […] Lire la suite

WESTMINSTER STATUT DE (1931)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 1 015 mots
  •  • 2 médias

Véritable constitution adoptée par le Parlement britannique en 1931 pour définir les rapports entre le Royaume-Uni et les dominions, l'originalité du statut de Westminster, en dehors de ses dispositions fondamentales, est de soumettre son entrée en vigueur à la ratification de chacun des États concernés. Il consacre la naissance d'un « Commonwealth britannique des nations ». Celui-ci associe la mé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « DOMINION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dominion/