DENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anatomie comparée

Le type morphologique le plus simple est la dent conique à une pointe, ou dent unicuspidée. Caractéristique de beaucoup de Vertébrés inférieurs, ce type, dit haplodonte (du grec haploos : simple), correspond pour la dent à une fonction de préhension ou de rétention. À ce type s'oppose la dent plexodonte, dent compliquée, à plusieurs tubercules ou cuspides. Caractéristique de la dent jugale des Mammifères, elle revêt une infinité de formes correspondant aux différentes modalités de la fonction de mastication.

Chez un animal donné, les dents peuvent être toutes semblables, (homodontie), cas fréquent des dents haplodontes des Vertébrés inférieurs. Si la série dentaire montre au contraire des dents dissemblables, il y a hétérodontie ; c'est la règle générale chez les Mammifères.

Mode d'insertion des dents

Les dents des Chondrichthyens sont fixées aux mâchoires par une gaine de derme dense fibreux qui enserre leur plaque basale. Ce type d'insertion autorise des déplacements latéraux importants des dents, ce qui facilitera leur remplacement continuel.

Chez certains Téléostéens (Lophius, Merlucius), les dents sont attachées à la mâchoire par un ligament très élastique (« dents à ressort ») : la dent s'efface devant la proie puis se redresse, empêchant toute fuite. Chez beaucoup de Poissons, Amphibiens et Reptiles, il y a au contraire attache par ankylose. La base de la dent se soude, par l'intermédiaire d'un socle calcifié (cément radiculaire ?), à la surface des mâchoires. Si la dent se soude par sa base comme chez certains lézards (Agamidés), on parle d'attache de type acrodonte. Lorsqu'elle se soude latéralement comme chez d'autres lézards, les Iguanes, l'insertion est dite pleurodonte. Enfin, la dent peut s'insérer par enchâssement (insertion thécodonte) dans un alvéole du squelette de la mâchoire. Cette disposition se rencontre chez quelques Poissons (Lepidosteus, Sargus), chez les nombreux Reptiles Archosauriens fossiles (Thécodontes, Dinosaures) ou actuels (crocodiles), chez les Mammifères enfin.

Dent rabattable d'un Merlucius

Dessin : Dent rabattable d'un Merlucius

Dent rabattable d'un Merlucius (d'après Mummery) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Insertion des dents des reptiles et mammifères

Dessin : Insertion des dents des reptiles et mammifères

Modes d'insertion des dents des Reptiles et des Mammifères (d'après Miles et Poole) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

D'un point de vue fonctionnel, la dent ne peut être dissociée de son appareil d'insertion (appareil péridentaire), qui joue notamment un rôle amortisseur très important.

Mode de remplacement dentaire

On distingue deux modalités de remplacement dentaire : le remplacement latéral et le remplacement vertical. Dans le remplacement latéral, une série de dents de remplacement s'échelonne sur le côté lingual de chaque dent fonctionnelle, elles sont couchées ou déjà redressées, selon les espèces et forment avec la dent en fonction une « famille dentaire ». Quand la dent en fonction tombe, la première dent de remplacement qui la côtoie immédiatement vient occuper sa place, et ainsi de suite. Cette modalité de remplacement, très fréquente, se rencontre chez les Chondrichthyens, de nombreux Poissons osseux et divers Reptiles actuels et fossiles. Dans le mode de remplacement vertical, le germe de la dent de remplacement se forme apparemment sous la dent fonctionnelle (majorité des Mammifères ; quelques Poissons, tel Pseudoscarus ; Oiseaux fossiles dentés, tel Hesperornis). Pourtant, chez des Vertébrés très primitifs, les Ostracodermes, les odontodes d'une nouvelle génération se forment dans la peau au-dessus des odontodes de la génération immédiatement antérieure : c'est apparemment l'inverse de la situation observée chez les Mammifères. L'observation embryologique du germe dentaire mammalien viendrait lever cette difficulté : au début du développement, le germe de la dent permanente est placé à côté et au-dessus de celui de la dent de lait ; conservant la même relation topographique que chez les Ostracodermes, sa migration sous la dent de lait n'interviendra qu'ultérieurement. Les crocodiles et Anoures ont d'ailleurs un mode de remplacement pseudovertical : la dent de remplacement se différencie d'abord à côté de la dent fonctionnelle et ne vient se placer que secondairement sous elle. Chez l'éléphant et le lamantin, le remplacement, très particulier, s'effectue horizontalement [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Écaille placoïde

Écaille placoïde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Développement d'une dent humaine

Développement d'une dent humaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Formation de l'émail et de la dentine

Formation de l'émail et de la dentine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Dent rabattable d'un Merlucius

Dent rabattable d'un Merlucius
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, chaire de biologie historique et évolutionnisme

Classification

Autres références

«  DENTS  » est également traité dans :

ACTINOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 762 mots
  •  • 9 médias

Au sein des vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes, les actinoptérygiens ( Actinopterygii Cope, 1887) sont, avec les sarcoptérygiens, l'un des deux groupes d'ostéichthyens. Ils comptent dans la nature actuelle 23 712 espèces de poissons, dont l'immense majorité sont des téléostéens. Comme tous les ostéichthyens, ils présentent de grandes plaques osseuses dermiques couvrant la tête et la ceintur […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 171 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Bouche »  : […] Elle sert autant à conduire l'air vers l'appareil respiratoire que les aliments vers le tube digestif. En effet, les quelques glandes intermaxillaires qui y débouchent ne sécrètent pratiquement pas d'enzymes digestifs, et les faibles dents qui la garnissent peuvent tout juste jouer un rôle préhenseur. C'est donc une simple ouverture, destinée à la capture des proies qui viennent s'engluer sur le m […] Lire la suite

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « La macrophagie »  : […] Quelques exemples pris dans différents taxons illustreront cette modalité alimentaire. Les Cnidaires sont des prédateurs possédant des outils spécialisés qui leur permettent de compenser leur faible mobilité. Ils possèdent des tentacules armés de cellules urticantes particulières, propres à l'embranchement des Cnidaires, les cnidoblastes. Les Annélides polychètes errantes sont des espèces préda […] Lire la suite

ARCHAEOPTERYX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 136 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Caractères anatomiques d’Archaeopteryx »  : […] Le plumage d’ Archaeopteryx est bien connu grâce à la préservation exceptionnelle de certains spécimens. Si les plumes, en particulier les rémiges (les plus grandes plumes des ailes) asymétriques, diffèrent peu de celles des oiseaux modernes, leur disposition n’est pas exactement celle que l’on connaît chez ces derniers, ce qui suggère un type de vol différent. Selon une étude fondée sur les méla […] Lire la suite

CARNIVORES MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Géraldine VÉRON
  •  • 7 482 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques générales des carnivores »  : […] L'ordre des carnivores est répandu à travers le monde, même en Australie, Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Zélande, Antarctique et sur de nombreuses îles océaniques où ils ont été introduits. Le plus petit des carnivores vivant est la belette (Mustela nivalis), qui ne pèse pas plus de 25 à 70 grammes, alors que le plus imposant est l'éléphant de mer ( Mirounga sp .), avec ses quelque 2, 4 tonnes. Les ca […] Lire la suite

CHONDRICHTHYENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 411 mots
  •  • 5 médias

Le groupe des chondrichthyens ( Chondrichthyes Huxley, 1880 ; du grec chondros , « cartilage », et ichthyos , « poisson »), ou « poissons cartilagineux », comprend actuellement les requins, les batomorphes (torpilles, poissons-scies et raies au sens large) et les chimaeroïdes (chimères) (fig. 1A) . Les requins et batomorphes sont rassemblés sous le nom d'élasmobranches. Tous les chondrichthyens […] Lire la suite

CHORORAPITHECUS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 606 mots

Neuf dents isolées, dont quatre fragmentaires, découvertes entre 2005 et 2007 en Éthiopie, dans la région de Chorora (site de Beticha), ont été rapportées à un nouveau grand singe fossile, Chororapithecus abyssinicus , par une équipe nippo-éthiopienne dirigée par Yonas Beyene et Gen Suwa. Ces fossiles proviennent de la partie supérieure de la Formation de Chorora, dont les sédiments sont datés de […] Lire la suite

DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS

  • Écrit par 
  • Bruno MAUREILLE
  •  • 3 820 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Qui sont donc les Dénisoviens ? »  : […] L’homme de Denisova reste toujours bien mieux connu par son ADN que par la morphologie de ses vestiges dentaires ou osseux. Les données de la paléogénétique et de la paléogénomique plaident toutes pour l’existence d’une lignée humaine spécifique, dont l'individualisation est très ancienne et que l'on ne soupçonnait pas en Eurasie. Selon les analyses de l’ADN nucléaire, les Dénisoviens ont donc une […] Lire la suite

DJEBEL IRHOUD SITE ARCHÉOLOGIQUE DE

  • Écrit par 
  • Bernard VANDERMEERSCH
  •  • 1 629 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Datation des fossiles du Djebel Irhoud »  : […] L’âge proposé par Ennouchi dans les années 1960 s’appuyait sur une datation au carbone 14, la seule méthode disponible à cette époque. Celle-ci avait seulement montré que l’on était au-delà des limites de cette technique, soit plus de 40 000 ans. Par la suite, une tentative a été entreprise pour dater directement les ossements humains à partir d’une dent et en utilisant alors deux autres méthodes […] Lire la suite

DOCODONTES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 1 506 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des animaux longtemps représentés par des dents et des mâchoires »  : […] La formation Morrison, qui a livré ces premiers restes de docodontes, est constituée de dépôts de rivières riches en fossiles de vertébrés de tous types : des dinosaures parmi les plus célèbres (l’herbivore Diplodocus et de nombreux carnosaures du genre Allosaurus ), des tortues, lézards, poissons et une quinzaine d’espèces de mammifères. Le dessin des crêtes des dents des docodontes est remarqu […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 septembre 2014 France. Publication du livre de Valérie Trierweiler

L'image de François Hollande est particulièrement ternie par l'expression les « sans-dents » qui lui est prêtée pour désigner les pauvres. Le livre connaît un très grand succès.  […] Lire la suite

3-13 novembre 1984 Pologne. Participation massive aux obsèques du père Popieluszko

Le 4, les proches de la famille révèlent que le corps du père Popieluszko portait des traces évidentes de tortures : dents et doigts brisés, mâchoire fracassée, cuir chevelu arraché. Ces révélations ont été faites à dessein avec retard afin d'éviter tout incident pendant les obsèques. Le 5, un colonel de la police politique arrêté le 2 est inculpé de complicité avec les trois autres officiers de rang inférieur déjà incarcérés. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armand de RICQLÈS, « DENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dents/