OSTRACODERMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ostéostracé : bouclier céphalique

Ostéostracé : bouclier céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ostéostracé : cavités et canaux internes

Ostéostracé : cavités et canaux internes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ostracodermes : l'arandaspide Sacabambaspis

Ostracodermes : l'arandaspide Sacabambaspis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hétérostracé « Pteraspis »

Hétérostracé « Pteraspis »
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Le nom « ostracoderme » fut introduit en 1889 par le paléontologue américain Edward Drinker Cope (1840-1897) pour désigner un ensemble de vertébrés primitifs fossiles sans mâchoires (« agnathes ») possédant une cuirasse osseuse dermique. Il a été démontré, depuis lors, que ces animaux appartiennent en réalité à des groupes très divers, et ce terme ne recouvre donc plus aucune réalité phylogénétique et systématique. Il reste cependant utilisé dans de nombreux ouvrages de vulgarisation où il désigne globalement les agnathes paléozoïques, c'est-à-dire les arandaspides, les astraspides, les hétérostracés, les ostéostracés, les anaspides, les galéaspides, les pituriaspides et les « thélodontes », tous plus étroitement apparentés aux vertébrés à mâchoires (gnathostomes) qu'aux agnathes actuels, les lamproies et les myxines.

Ostéostracés

Les ostéostracés (fig. 1) sont caractérisés par un bouclier osseux (os cellulaire) en forme de fer à cheval, englobant toute la tête et la ceinture pectorale, et portant à sa surface des dépressions latérales et médiane de nature encore énigmatique (organes « sensoriels » ou « électriques »). L'endosquelette des ostéostracés étant bien ossifié, il a été possible d'étudier en détail l'aspect des cavités qui logeaient les divers organes internes de la tête (encéphale, capsule otique, etc., fig. 2). Entre les orbites se trouve un orifice pinéal, en avant duquel s'ouvre un orifice en forme de trou de serrure : l'orifice naso-hypophysaire, dont la position dorsale a été considérée comme le principal caractère permettant de rapprocher les ostéostracés des lamproies (cf. cyclostomes). Pour cette raison, l'anatomie interne des ostéostracés a été interprétée à la lumière de celle des lamproies actuelles.

Ostéostracé : bouclier céphalique

Ostéostracé : bouclier céphalique

Dessin

Bouclier céphalique d'un Ostéostracé en vue dorsale (d'après Janvier). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ostéostracé : cavités et canaux internes

Ostéostracé : cavités et canaux internes

Dessin

Moulage naturel des cavités et canaux internes du bouclier céphalique d'un Ostéostracé, vue dorsale (d'après Janvier). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La face ventrale du bouclier des ostéostracés est creusée par une vaste cavité qui logeait l'appareil branchial, et dans laquelle s'ouvraient les canaux qui livraient passage aux nerfs viscéro-moteurs. En identifiant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  OSTRACODERMES  » est également traité dans :

STENSIÖ ERICK HELGE ANDERSON (1891-1984)

  • Écrit par 
  • Michèle LE GOAZIGO
  •  • 349 mots

Paléontologiste suédois. Après avoir étudié les sciences à l'université d'Uppsala, Erick Helge Anderson Stensiö, né à Döderhuit, est nommé professeur en 1923, puis directeur du département de paléozoologie du Muséum d'histoire naturelle de Stockholm. Il participe ensuite à sept expéditions dans le Spitzberg, où il récolte, dans les terrains dévoniens et triasiques, un certain nombre de poissons fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erick-helge-anderson-stensio/#i_15839

VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Charles DEVILLERS, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 9 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La paléontologie »  : […] L'apport de la paléontologie à la connaissance de l'origine des Chordés et de l'aube des Vertébrés est limité par la rareté des fossiles aussi anciens et surtout par les conditions de conservation d'organismes qui ne possèdent pas toujours un squelette minéralisé. Quelques fossiles datant du début de l'ère primaire ont été considérés comme des Chordés primitifs et rapprochés soit des Céphalochordé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres/#i_15839

Voir aussi

AGNATHES    ANASPIDES    ARANDASPIDES    ASTRASPIDES    CÉPHALASPIDOMORPHES    ÉCAILLE    GALÉASPIDES    HÉTÉROSTRACÉS    LAMPROIES    OSTÉOSTRACÉS    PHYLOGÉNIE ou PHYLOGENÈSE    PITURIASPIDES    PTÉRASPIDOMORPHES    THÉLODONTES

Pour citer l’article

Philippe JANVIER, « OSTRACODERMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ostracodermes/