FAURÉ GABRIEL (1845-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dix-sept ans avant Debussy, trente avant Ravel, Fauré n'en fait pas moins partie de cette grande constellation de la musique française contemporaine : Fauré, Debussy, Ravel. Il y a là néanmoins une sorte d'injustice : à trop méconnaître l'importance des dates, on risque de réduire les mérites propres du compositeur. Musicien romantique (sa première mélodie Le Papillon et la fleur date de 1861), Fauré ne peut se comparer en effet ni au Debussy scandaleux de Pelléas et Mélisande (1902), ni à l'audacieux Ravel des Histoires naturelles (1907). Musicien de la continuité dix-neuviémiste, il ignore les soubresauts de l'esthétique actuelle. D'ailleurs, comment les aurait-il connus ? Frappé de surdité dès les années 1902-1903, il n'entendra ni Le Sacre du printemps de Stravinski (1913), ni Pierrot lunaire de Schönberg (1913) et restera en dehors des grandes querelles musicales. D'où sa réputation de musicien intemporel, hiératique, « athénien ». C'est mal juger un tempérament méridional expansif, qui a pu ordonner le lyrisme effréné des deux Quatuors pour cordes et piano (1879 et 1886), ou la franche sensualité des mélodies de La Bonne Chanson (1892-1894), qui a pu concevoir également l'orchestration puissante de Prométhée, musique de scène donnée aux Arènes de Béziers en 1900. À l'homme des salons, préférons l'image d'un musicien plus musclé, mal compris, tout comme le fut l'« éternel enfant Mozart » avant que l'on ne découvrît en lui l'« immortel auteur de Don Giovanni ».

Un musicien romantique

Né à Pamiers (Ariège) en l'année 1845, le jeune Fauré devra quitter sa famille pour suivre à Paris les cours de l'école de musique classique et religieuse de Louis Niedermeyer. Il y connaîtra Camille Saint-Saëns, jeune et brillant professeur de piano, qui lui révèle les œuvres de Liszt, Schumann et Wagner. Pour ce maître particulièrement aimé, il écrira en 1861 sa première composition, la mélodie Le Papillon et la fleur, d'après Victor Hugo. C'est encore Saint-Saëns qui, en fondant la Société nationale de musique (1871) pour encourager et exécuter les œuvres des jeunes musiciens français, lui permet de se « mettre à l'ouvrage ». Les milieux musicaux parisiens vont bientôt l'accueillir et il fréquente avec enthousiasme le salon Viardot, pensant même épouser l'une des filles de Pauline Viardot.

L'année 1875 marque une réussite dans sa jeune carrière : achèvement de la 1re Sonate pour piano en la majeur opus 13, 1er Nocturne pour piano en mi bémol mineur opus 33 no 1 et deux mélodies d'après Sully Prud'homme Ici-Bas ! et Au bord de l'eau. De grandes œuvres seront bientôt mises en chantier : les 2 quatuors avec piano, les 6 Nocturnes pour piano et de nombreuses mélodies. Dans ces mêmes années (1878-1879), Fauré se rend en Allemagne où il rencontre Liszt et entend des œuvres de Wagner. Sa vie parisienne se partage entre ses tâches d'organiste et de maître de chapelle (église de la Madeleine), les leçons de piano, les réceptions mondaines... Héritier des pianistes romantiques, il aime avant tout le piano et les formes brèves qui le mettent si bien en valeur : nocturnes, impromptus, barcarolles, ballades... Même les formes de la musique de chambre – sonate, quatuor – accordent une place prépondérante à l'instrument roi du xixe siècle. Cette première période s'achève avec son mariage : il épouse en 1883 Marie Fremiet, fille du sculpteur E. Fremiet, dont il aura deux fils.

Gabriel Fauré

Photographie : Gabriel Fauré

Le compositeur français Gabriel Fauré (1845-1924), aux grandes orgues de l'église de la Madeleine à Paris, en 1908. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lille III-Charles-de-Gaulle, directeur de recherche à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  FAURÉ GABRIEL (1845-1924)  » est également traité dans :

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 235 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Fauré »  : […] C'est avec Gabriel Fauré qu'apparaît le compositeur de lieder le plus fécond de l'histoire musicale française. Ses lieder sont très spécifiquement français par le jeu harmonique qui les commande de la première à la dernière mesure. Fauré se plaît à enchaîner les uns aux autres des accords dissonants. C'est dire qu'il résout les tensions impliquées dans une harmonie en en créant de nouvelles dans […] Lire la suite

NOCTURNE, musique

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 503 mots
  •  • 1 média

Le mot nocturne, en musique, désigne moins une forme spécifique qu'un instant poétique, un « moment musical », dont la nuit est le prétexte. Certes, au xviii e siècle, on rencontre le mot notturno ou Nacht-Musik appliqué à des suites instrumentales, divertissements ou cassations, musiques décoratives conçues pour la délectation plus ou moins attentive de la haute société, telle la célèbre Peti […] Lire la suite

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 370 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Musique française et écoles nationales »  : […] Sans ignorer l'apport lisztien, l'école française s'oriente au xix e siècle dans des voies différentes : Alkan choisit la description, Saint-Saëns les lignes dépouillées du classicisme et la virtuosité à l'état pur, Franck transpose au piano la richesse polyphonique de l'orgue en conservant l'écriture cyclique qui lui est chère ( Prélude, choral et fugue ), Chabrier préfère la truculence et l'in […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-3 décembre 1986 France. Désignation des présidents de chaînes par la C.N.C.L.

Gabriel de Broglie à sa présidence. Son entrée en fonction officielle, le 12 novembre, a mis fin à celles de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle créée sous la précédente législature. Le 3, la C.N.C.L. nomme cinq nouveaux présidents pour l'audiovisuel public : Roland Faure à Radio-France, Claude Contamine à Antenne 2, René Han à F.R.3 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claire BELTRANDO-PATIER, « FAURÉ GABRIEL - (1845-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-faure/