GARDEN MARY (1874-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Soprano américaine d'origine écossaise, Mary Garden est célèbre pour la véracité des personnages qu'elle a dépeint à l'opéra. Aussi bien connue pour ses talents dramatiques que pour son art du chant, elle est une figure majeure de l'opéra américain.

Née le 20 février 1874, à Aberdeen, en Écosse, Mary Garden quitte son pays natal à l'âge de sept ans, ses parents s'établissant aux États-Unis. Elle commence à étudier le violon et le piano et à travailler le chant dès son plus jeune âge. En 1897, elle se rend à Paris pour poursuivre sa formation lyrique. Elle fait des débuts parisiens triomphaux le 10 avril 1900, lorsqu'elle remplace au pied levé Marthe Rioton dans le rôle-titre de Louise de Gustave Charpentier, donné à l'Opéra-Comique. Elle chante ensuite les rôles-titres de La Traviata de Verdi, de Thaïs de Massenet, de Madame Chrysanthème de Messager . Claude Debussy la choisit pour incarner Mélisande lors de la création de Pelléas et Mélisande à l'Opéra-Comique (salle Favart), le 30 avril 1902. Cette prestation fera de Mélisande son rôle le plus célèbre.

Parmi les autres grands rôles de Mary Garden, citons ceux du rôle-titre du Jongleur de Notre-Dame de Massenet (qui réécrit la partition du ténor pour elle), ceux de Thaïs (avec lequel elle fait ses débuts aux États-Unis, au Manhattan Opera House, en novembre 1907), de Salomé de Richard Strauss (où elle fait sensation), de Monna Vanna de Henri Février et le rôle de Flora dans L'amore dei tre re d'Italo Montemezzi. Mary Garden est applaudie pour son chant mais aussi pour ses remarquables talents dramatiques. Elle rejoint le Civic Opera House de Chicago en 1910 et se produit avec sa troupe jusqu'en 1931, occupant parallèlement le poste de directrice générale de la compagnie de la Chicago Opera Association pour la saison 1921-1922. Elle fait ses adieux à la scène lyrique en 1931 mais demeure active pendant vingt ans dans les cercles musicaux, réalisant de nombreuses tournées aux États-Unis, au cours desquelles elle donne des conférences et des récitals. Elle a publié une autobiographie, Mary Garden's Story (co-écrite avec Louis Biancolli, Simon and Schuster, New York, 1951 ; rééd. Arno Press, New York, 1980). Elle meurt, quasiment oubliée, le 3 janvier 1967, à Inverurie, près d'Aberdeen, en Écosse.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« GARDEN MARY - (1874-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-garden/