TUDOR DAVID (1926-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 20 janvier 1926 à Philadelphie, le pianiste et compositeur américain David Tudor est initié très tôt à la musique. Il étudie l'orgue et la théorie musicale avec H. William Hawke, le piano avec Josef Martin et Irma Wolpe Rademacher, la composition et l'analyse musicale avec Stefan Wolpe. Encore adolescent, il débute sa carrière professionnelle en tant qu'assistant organiste à l'église Saint Mark de Philadelphie ; puis il part pour New York.

Interprète d'exception, David Tudor acquiert la notoriété comme pianiste de l'avant-garde. Il fait œuvre de pionnier en créant ou en contribuant activement à faire connaître des pièces de Pierre Boulez (première exécution américaine – et deuxième exécution mondiale – de la Deuxième Sonate pour piano, le 17 décembre 1950, au Carnegie Hall de New York), Earle Brown, Sylvano Bussotti (qui lui dédie ses Five Piano Pieces for David Tudor, créées à Darmstadt en 1959), John Cage (Music of Changes, New York, 1951), Morton Feldman, Colon Nancarrow, Karlheinz Stockhausen, Christian Wolff, Stefan Wolpe, La Monte Young... C'est également lui qui « donne » pour la première fois la pièce « silencieuse » de John Cage 4' 33'', au Maverick Hall de Woodstock, le 29 août 1952.

Tudor va cependant abandonner progressivement sa carrière de pianiste pour se consacrer entièrement à la composition. En 1948, il rencontre John Cage, dont il devient immédiatement l'associé. Membre du premier groupe américain de production de musique pour bande magnétique, le Project of Music for Magnetic Tape, lancé par Cage en 1952 avec Morton Feldman [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  TUDOR DAVID (1926-1996)  » est également traité dans :

CAGE JOHN

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 3 368 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tentation de l'Orient »  : […] Le concert du 7 février 1943 au Musée d'art moderne de New York avec Merce Cunningham, concert qui va imposer Cage dans les milieux de l'avant-garde, comporte la création de la suite Amores – deux pièces pour piano préparé et deux pièces pour trio de percussions – où s'expriment « l'érotique et la tranquillité, deux des émotions permanentes de la tradition de l'Inde ». Quand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-cage/#i_27574

CUNNINGHAM MERCE (1919-2009)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 2 656 mots

Dans le chapitre « Une pensée imprévue dans la danse »  : […] Merce Cunningham (de son vrai nom Mercier Philip Cunningham) naît le 16 avril 1919 à Centralia (État de Washington). Bien qu'il commence la danse à l'âge de douze ans et se produise dans des Vaudeville (des spectacles de variétés précurseurs des comédies musicales où les claquettes figurent en bonne place), il s'oriente vers le théâtre et intègre la Cornish School de Seattle (1937-1939), où il sui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merce-cunningham/#i_27574

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • André GAUTHIER
  •  • 3 962 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Modernisme et tradition »  : […] Aaron Copland (1900-1990) a su garder à son œuvre le caractère qu'il lui souhaitait dès le début de sa carrière, celui d'être immédiatement reconnue comme américaine. Il s'y employa avec un bel éclectisme, tant dans les genres musicaux – le léger côtoyant le sublime – que dans une syntaxe qui sut passer allègrement du modernisme à l'académisme néo-classique. Le style cosmopolite qui fut le sien à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-musique/#i_27574

PERFORMANCE, art

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 19 226 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Performer et transformer : Marcel Duchamp »  : […] Prenons l'exemple le plus clair d'une performance cagienne : l'exécution, au Maverick Hall de Woodstock en 1952, par David Tudor au piano, de la pièce silencieuse qui a rendu célèbre le nom de John Cage, 4′33″ . Igor Stravinski, on le sait, eut beau jeu de proclamer qu'il souhaitait entendre, du même compositeur, des pièces identiques mais si possible plus longues... Réaction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/performance-art/#i_27574

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « TUDOR DAVID - (1926-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-tudor/