Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RICARDO DAVID (1772-1823)

David Ricardo

David Ricardo

Économiste anglais, Ricardo fut l'un des plus éminents représentants de l'«   école classique anglaise ». Continuateur de Smith, il a prolongé et approfondi l'analyse du circuit de production, dont l'origine remonte à Quesnay et aux physiocrates. Sa place dans l'histoire de la science économique est tout à fait exceptionnelle. Il est en effet à la fois le pionnier de la macro-économie moderne par son analyse des relations entre les profits et les salaires, l'un des initiateurs du raisonnement à la marge dans sa théorie de la rente et l'un des principaux fondateurs de la théorie quantitative de la monnaie. C'est pourquoi son héritage peut être légitimement invoqué, quoique pour des raisons souvent contradictoires, par des familles de pensée séparées et même rivales, qui vont des monétaristes néo-classiques aux marxistes anglais.

Sous l'impulsion de son disciple passionné, J.-R. McCulloch, qui dirigea la première édition de ses œuvres complètes (1846), Ricardo, suivant la célèbre formule de Keynes, « conquit l'Angleterre aussi complètement que la Sainte-Alliance conquit l'Espagne ». Mais ce ralliement sans condition n'alla pas sans mutilations et incompréhensions, qui furent la contrepartie de cette nouvelle orthodoxie involontaire.

C'est la raison pour laquelle un important courant s'est dessiné à Cambridge sous l'influence de P. Sraffa, qui s'est livré à une réinterprétation en profondeur de l'œuvre de Ricardo. En décryptant ainsi les Principes de l'économie politique et de l'impôt, ces néo-ricardiens contemporains cherchent le point de départ d'une théorie renouvelée de la production et de la répartition.

De la pratique à la théorie

Né à Londres, David Ricardo, dès l'âge de quatorze ans, travaille à la Cité avec son père. À vingt et un ans, il épouse la fille d'un quaker et, après un bref passage dans un établissement bancaire, il reprend ses activités financières pour son propre compte et amasse rapidement une fortune considérable.

Les conséquences monétaires des guerres napoléoniennes lui fournissent une première occasion d'exposer ses idées en matière économique dans une série d'articles qu'il rédige de 1809 à 1810 pour le Morning Chronicle. Élargissant son analyse, il publie l'Essai sur le haut prix des lingots (1811), qui constitue la première version scientifique de la théorie quantitative de la monnaie et inspire le célèbre rapport du Bullion Committee. Les thèses ricardiennes ont été à l'origine de l'acte de Peel (1816), qui organisa la Banque d'Angleterre.

Les polémiques suscitées par le débat monétaire durant cette période amènent alors Ricardo à s'intéresser au fonctionnement du système économique dans son ensemble. Abandonnant progressivement ses activités financières, il se consacre exclusivement aux études théoriques. Il rédige un essai intitulé Essai sur l'influence des bas prix du blé sur les profits du capital (1815), première esquisse d'une analyse des relations entre la rente foncière, les salaires et les profits dans l'hypothèse d'une économie à un produit unique, le blé. Il généralise ensuite son raisonnement à une économie de production diversifiée, dans son œuvre maîtresse : Des principes de l'économie politique et de l'impôt(1817). Stimulé par les critiques de son ami James Mill, de Malthus et de Say, il prépare bientôt une seconde édition (1819) et surtout une troisième édition des Principes (1821) où il approfondit les fondements de sa théorie. Il meurt brusquement en 1823 dans sa propriété de Gotcomb Park, laissant divers manuscrits inachevés.

Sa retraite du monde des affaires et sa vie de propriétaire terrien à partir de 1816 ne doivent pas donner de Ricardo l'image erronée d'un savant isolé,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

David Ricardo

David Ricardo

Formation de la rente

Formation de la rente

Accumulation du capital

Accumulation du capital

Autres références

  • DES PRINCIPES DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE ET DE L'IMPÔT, David Ricardo - Fiche de lecture

    • Écrit par Nicolas CHAIGNEAU
    • 1 147 mots
    • 1 média

    Père fondateur, au côté d'Adam Smith, de l'approche classique, David Ricardo (1772-1823) propose dans On the Principles of Political Economy and Taxation une analyse du capitalisme naissant qui a orienté l'ensemble de l'économie politique au xixe siècle. Les Principes marquent...

  • BANQUES CENTRALES

    • Écrit par Sylvie DIATKINE
    • 6 895 mots
    • 1 média
    ...politique d'émission excessive, responsable de la dépréciation de la monnaie, encouragée par la disparition du mécanisme de régulation par la convertibilité. Selon David Ricardo, la stabilité de la valeur de la monnaie est définie par la constance de son pouvoir d'achat sur l'or (l'inverse du ...
  • CHANGE - Les théories du change

    • Écrit par Hélène RAYMOND-FEINGOLD
    • 9 106 mots
    • 1 média
    La théorie selon laquelle le taux de change devrait assurer la parité des pouvoirs d'achats (P.P.A.) a des racines qui remontent loin dans le temps. En effet, l'idée selon laquelle il y a un lien entre la valeur relative de deux monnaies et leurs pouvoirs d'achats relatifs se trouve déjà dans...
  • COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

    • Écrit par Lionel FONTAGNÉ
    • 7 228 mots
    Ricardo a résolu la difficulté, laissée en suspens par Smith, relative à la nécessité d'un avantage absolu de chaque pays pour au moins un bien. En montrant que même la participation d'un pays désavantagé dans tous les biens est à l'origine d'un gain net, ses Principes (1817)...
  • COMMERCE INTERNATIONAL - Avantages comparatifs

    • Écrit par Matthieu CROZET
    • 5 804 mots
    Dans le chapitre 7 Des principes de l'économie politique et de l'impôt (1817), David Ricardo présente une démonstration plus complète du principe des avantages comparatifs, adossée à un exemple numérique simple.
  • Afficher les 18 références

Voir aussi