CRISE DES SUBPRIMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les racines sociales de la crise

La stagnation des revenus bas et moyens aux États-Unis aurait dû entraîner un ralentissement de la demande des ménages. Mais, en favorisant leur endettement, le système financier américain a permis aux ménages d'accroître leurs dépenses. La dette a temporairement joué le rôle de substitut à la hausse du pouvoir d'achat des revenus. C'est ainsi que les ménages américains, dont la dépense est passée de 60 p. 100 à 70 p. 100 du P.I.B., ont joué le rôle de « consommateurs en dernier ressort » de l'économie mondiale. La progression soutenue de la consommation américaine a en effet tiré la croissance mondiale depuis le début des années 2000, ce dont ont largement profité les pays émergents, Chine en tête. Or cette évolution a entraîné une montée vertigineuse de la dette interne et externe des États-Unis. Ce régime de croissance mondial, fondé sur la consommation et la dette américaines, a pu fonctionner durablement dans la mesure où le dollar joue le rôle de devise clé dans les relations monétaires internationales. Ce qui a amené tous les pays créanciers des États-Unis à accepter les dollars émis par ces derniers, permettant ainsi un « financement sans pleurs » de leur balance des paiements, selon l'expression de Jacques Rueff.

Le déclenchement de la crise aux États-Unis vient de ce que le recours massif à l'endettement des ménages, destiné à pallier l'insuffisance du pouvoir d'achat de leurs revenus, a atteint ses limites à partir de 2007. Il en est résulté un effondrement de la demande des ménages, ce qui a entraîné un fort ralentissement de la croissance non seulement dans les pays avancés directement frappés par la crise, mais aussi dans les pays émergents, privés de leurs débouchés aux États-Unis, en Europe et au Japon.

Une leçon importante est que les racines profondes de cette crise se trouvent dans l'inégalité du partage des revenus dans les pays avancés. Il y a là une contradiction interne majeure du capitalisme financier. Pour extraire leur rente, les détenteurs du capital financier ont besoin d'un partage des revenus défavorable aux salariés. Mais la montée de la dette des ménages qui en résulte ne peut être durable, ce qui conduit fatalement à une crise de surendettement. Cette analyse, qui montre les racines sociales de la crise économique et financière contemporaine, rejoint celle développée par deux économistes américains dont les analyses font autorité, John Kenneth Galbraith et Paul Krugman. Le premier a montré que la crise de 1929 était également liée à de fortes inégalités de revenus et de patrimoines, d'une ampleur analogue à celle de la période actuelle. De son côté, Paul Krugman, Prix Nobel d'économie 2008, compare les crises de 1929 et de 2007, et montre comment la montée des inégalités sociales et de la dette est au cœur de ces deux crises majeures du capitalisme. Des travaux statistiques récents indiquent ainsi qu'aux États-Unis la part du revenu national allant au décile (10 p. 100) des ménages les plus riches approche le sommet de 50 p. 100 à la veille de la crise en 2007, c'est-à-dire le même niveau exceptionnel atteint au moment de la crise de 1929.

Paul Krugman

Photographie : Paul Krugman

Paul Krugman, qui dès 2005 avait mis en garde contre le risque d'éclatement de la bulle immobilière, considère la crise financière contemporaine comme une crise systémique du capitalisme et de l'ultralibéralisme. Préconisant une hausse de la fiscalité et un interventionnisme public plus... 

Crédits : D. Applewhite/ Princeton University Office of Communications

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-3 mai 2017 États-Unis – Suisse. Accord financier amiable entre les États-Unis et deux banques suisses.

Le 1er, le régulateur américain des caisses d’épargne (NCUA) annonce la conclusion d’un accord avec la banque suisse UBS, qui prévoit le versement de 445 millions de dollars en dédommagement des pertes subies en 2007 par les clients de deux établissements mutualistes américains dans la crise des subprimes ‒ des prêts hypothécaires à haut risque. Le 3, la NCUA et Crédit Suisse concluent, dans le même cadre, un accord prévoyant le versement par la banque suisse de 400 millions de dollars de dédommagement aux clients lésés de trois banques coopératives américaines. […] Lire la suite

22 décembre 2016 États-Unis – Allemagne. Accord entre la Deutsche Bank et la justice américaine.

La Deutsche Bank, première banque allemande, annonce la conclusion d’un accord avec le ministère américain de la Justice sur le montant de sa responsabilité dans la crise des subprimes à l’origine du krach financier de l’automne 2008. Le montant négocié de l’amende s’élève à 7,2 milliards de dollars – contre 14 milliards annoncés en septembre. […] Lire la suite

16 septembre 2016 Allemagne – États-Unis. Menace de sanctions américaines contre la Deutsche Bank.

La Deutsche Bank confirme l’accord amiable proposé par le ministère américain de la Justice, qui prévoit le versement de 14 milliards de dollars en compensation des malversations supposées de la banque allemande sur le marché des subprimes, ces crédits immobiliers à risque à l’origine de la crise financière de 2008. Cette offre ouvre la voie à des négociations. […] Lire la suite

14 janvier 2016 États-Unis. Accord entre Goldman Sachs et les autorités financières dans le dossier des « subprimes ».

Après les banques JP Morgan en 2013, Citigroup et Bank of America en 2014, et Morgan Stanley en 2015, Goldman Sachs conclut à son tour un accord de principe avec les autorités financières, qui prévoit le versement de 5,1 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros) en échange de l’abandon des plaintes relatives à son rôle dans la crise des subprimes de 2008. […] Lire la suite

21 août 2014 États-Unis. Condamnation de Bank of America

Selon les termes d'un accord avec le ministère de la Justice, Bank of America, deuxième établissement de crédit du pays, accepte de verser une amende de 16,6 milliards de dollars pour sa responsabilité dans la crise des subprimes qui avait précipité la débâcle financière de 2008. Peu avant le déclenchement de celle-ci, Bank of America avait acquis deux établissements très engagés dans les investissements spéculatifs à hauts risques, Countrywide Financial et Merrill Lynch. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PLIHON, « CRISE DES SUBPRIMES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crise-des-subprimes/