CRISE DES SUBPRIMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La finance moderne prise en défaut

La crise qui a débuté en 2007 conduit à une deuxième leçon : la remise en cause des vertus supposées de la finance moderne. La crise a en effet révélé que la finance contemporaine n'est pas en mesure de remplir ses trois fonctions principales, telles qu'elles sont énoncées dans la plupart des manuels d'économie : permettre l'allocation optimale des ressources financières, évaluer les entreprises et favoriser la gestion des risques. Dans ces trois domaines, il y a un fossé considérable entre la réalité et cette vision théorique erronée enseignée dans les meilleures universités, sous l'expression « efficience des marchés ». La finance internationale contribue à polariser les flux financiers sur un nombre limité d'acteurs et de pays avancés, alors qu'elle devrait se diriger vers les pays en développement où la rareté du capital est la plus grande. C'est ainsi que moins de 40 p. 100 des investissements directs à l'étranger (I.D.E.), qui servent à la construction d'usines et au rachat d'entreprises, vont vers les pays en développement (y compris les pays émergents) qui représentent 80 p. 100 de la population mondiale. L'un des chefs de file de l'économie néoclassique, le Prix Nobel Robert Lucas a qualifié de « paradoxe » cette contradiction entre les faits et la théorie en ce qui concerne l'allocation du capital dans l'économie mondiale... Concernant la capacité des marchés à évaluer les entreprises : nombreux sont les travaux, menés notamment dans le cadre de l'économie expérimentale, qui montrent que les prix des actions qui se forment sur les marchés boursiers ne convergent pas en général vers leur valeur d'équilibre fondamental. Les prix financiers (c'est vrai aussi pour les taux de change) sont systématiquement en décalage par rapport à leur valeur économique fondamentale, ce qui signifie que leur capacité à évaluer les entreprises (ou les monnaies) est presque toujours prise en défaut. Si l'on s'intéresse maintenant à la troisième vertu supposée des marchés financiers – leur capacité à gérer [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis – Suisse. Accord financier amiable entre les États-Unis et deux banques suisses. 1er-3 mai 2017

américains dans la crise des subprimes ‒ des prêts hypothécaires à haut risque. Le 3, la NCUA et Crédit Suisse concluent, dans le même cadre, un accord prévoyant le versement par la banque suisse de 400 millions de dollars de dédommagement aux clients lésés de trois banques coopératives américaines. En avril 2016, UBS et Crédit Suisse ont déjà conclu des compromis avec la NCUA dans d’autres litiges. […] Lire la suite

États-Unis – Allemagne. Accord entre la Deutsche Bank et la justice américaine. 22 décembre 2016

La Deutsche Bank, première banque allemande, annonce la conclusion d’un accord avec le ministère américain de la Justice sur le montant de sa responsabilité dans la crise des subprimes à l’origine du krach financier de l’automne 2008. Le montant négocié de l’amende s’élève à 7,2 milliards de dollars – contre 14 milliards annoncés en septembre. […] Lire la suite

Allemagne – États-Unis. Menace de sanctions américaines contre la Deutsche Bank. 16 septembre 2016

La Deutsche Bank confirme l’accord amiable proposé par le ministère américain de la Justice, qui prévoit le versement de 14 milliards de dollars en compensation des malversations supposées de la banque allemande sur le marché des subprimes, ces crédits immobiliers à risque à […] Lire la suite

États-Unis. Accord entre Goldman Sachs et les autorités financières dans le dossier des « subprimes ». 14 janvier 2016

des plaintes relatives à son rôle dans la crise des subprimes de 2008. En 2014, Goldman Sachs avait déjà versé 3 milliards de dollars pour indemniser les deux organismes de refinancement parapublic Fannie Mae et Freddie Mac. […] Lire la suite

États-Unis. Condamnation de Bank of America. 21 août 2014

Selon les termes d'un accord avec le ministère de la Justice, Bank of America, deuxième établissement de crédit du pays, accepte de verser une amende de 16,6 milliards de dollars pour sa responsabilité dans la crise des subprimes qui avait précipité la débâcle financière […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PLIHON, « CRISE DES SUBPRIMES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crise-des-subprimes/