CRISE DES SUBPRIMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quelles voies de sortie de crise ?

La sortie de crise et l'avenir de l'économie mondiale dépendront largement des réformes et des politiques qui seront mises en œuvre. De ce point de vue, l'expérience historique est riche d'enseignements. Les économistes s'accordent en effet pour considérer que la crise qui a débuté en 2007 est la plus profonde depuis celle de 1929. Une comparaison avec les politiques menées après la grande dépression de 1929 est instructive. Pour lutter contre la crise, l'administration Roosevelt a mis en œuvre une politique ambitieuse fondée sur des réformes radicales de 1933 à 1938, le New Deal. Trois séries de réformes méritent d'être mentionnées. Tout d'abord, le New Deal a pris la forme d'investissements publics de grande ampleur, notamment dans le domaine de l'énergie, avec un vaste programme de construction de barrages (notamment la création de la Tennessee Valley Authority qui construisit toute une série de barrages hydroélectriques dans sept États. Ensuite, un contrôle strict du système bancaire et financier a été mis en œuvre avec le Banking Act et le Steagal Act de 1933, qui a abouti au démantèlement des grandes banques en séparant les banques de dépôts des banques d'investissement. Enfin, une réforme fiscale a été décidée aux fins de réduire les inégalités de revenus, dont on a vu qu'elles étaient une des racines de la crise en 1929, comme en 2007. Roosevelt a en effet mis en place un impôt sur les revenus fortement progressif qui a largement contribué à ce que les économistes américains ont appelé « la grande compression » des inégalités de revenus. Les trois domaines stratégiques des réformes du New Deal qui viennent d'être mentionnés – finance, énergie, fiscalité – devraient également être les axes prioritaires des politiques de sortie de la crise des subprimes.

En ce qui concerne le système financier, une réforme profonde apparaît indispensable pour réduire le risque de crises futures. Cette réforme de la finance est la priorité affichée par le G20, au début de la crise. L'un des grands dangers pour le système financier international est constitué par les grands groupes bancaires dits « systémiques » – au nombre de vingt-neuf et dont quatre sont français –, dont la faillite peut déstabiliser le système financier international, comme l'a montré la défaillance de Lehman Brothers en septembre 2009. Les réformes décidées dans les principaux pays du G20, notamment le Dodd & Frank Act voté aux États-Unis en juillet 2010 et la loi de séparation et de régulation des activités bancaires votée en juin 2013 en France, sont d'une grande prudence et ne s'attaquent pas au pouvoir des grandes banques. Aucun pays n'a décidé de démanteler les grands conglomérats financiers pour séparer la banque de détail de la banque d'investissement, à la différence des mesures décidées par Roosevelt en 1933 et supprimées par le président Clinton en 1999. Le pouvoir considérable du lobbying financier fait barrage à toute réforme financière permettant de contrôler la finance pour la mettre au service de l'intérêt général.

Dans le domaine de l'énergie, l'un des grands défis est de réduire le réchauffement climatique par une réduction des gaz à effet de serre émis par les énergies fossiles. Des investissements considérables sont nécessaires pour développer des sources d'énergie alternatives non polluantes. Les négociations internationales organisées par les Nations unies (Copenhague en 2009, Cancún en 2010 et Durban en 2011) n'ont pas permis d'aboutir à un accord contraignant pour les pays industrialisés conduisant à répartir équitablement entre les pays du Nord et du Sud les efforts d'investissement qui permettraient de réduire les émissions des gaz à effet de serre et de maintenir le réchauffement climatique de la planète au-dessous du seuil critique de 2 0C.

Enfin, la question de la distribution des revenus et des richesses, dont on a vu qu'elle est une des racines de la crise de la dette, est au centre des débats politiques : les opinions publiques sont scandalisées par les revenus indécents perçus par les cadres de la finance, d'autant plus que ces derniers ont une grande part de responsabilité dans la crise. Dans les pays démocratiques, la fiscalité est le principal instrument de redistribution des revenus. Sera-t-il possible au xxie siècle, dans le contexte de la mondialisation et de la concurrence fiscale, de procéder à une réforme de la fiscalité de manière à rendre celle- [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-3 mai 2017 États-Unis – Suisse. Accord financier amiable entre les États-Unis et deux banques suisses.

Le 1er, le régulateur américain des caisses d’épargne (NCUA) annonce la conclusion d’un accord avec la banque suisse UBS, qui prévoit le versement de 445 millions de dollars en dédommagement des pertes subies en 2007 par les clients de deux établissements mutualistes américains dans la crise des subprimes ‒ des prêts hypothécaires à haut risque. Le 3, la NCUA et Crédit Suisse concluent, dans le même cadre, un accord prévoyant le versement par la banque suisse de 400 millions de dollars de dédommagement aux clients lésés de trois banques coopératives américaines. […] Lire la suite

22 décembre 2016 États-Unis – Allemagne. Accord entre la Deutsche Bank et la justice américaine.

La Deutsche Bank, première banque allemande, annonce la conclusion d’un accord avec le ministère américain de la Justice sur le montant de sa responsabilité dans la crise des subprimes à l’origine du krach financier de l’automne 2008. Le montant négocié de l’amende s’élève à 7,2 milliards de dollars – contre 14 milliards annoncés en septembre. […] Lire la suite

16 septembre 2016 Allemagne – États-Unis. Menace de sanctions américaines contre la Deutsche Bank.

La Deutsche Bank confirme l’accord amiable proposé par le ministère américain de la Justice, qui prévoit le versement de 14 milliards de dollars en compensation des malversations supposées de la banque allemande sur le marché des subprimes, ces crédits immobiliers à risque à l’origine de la crise financière de 2008. Cette offre ouvre la voie à des négociations. […] Lire la suite

14 janvier 2016 États-Unis. Accord entre Goldman Sachs et les autorités financières dans le dossier des « subprimes ».

Après les banques JP Morgan en 2013, Citigroup et Bank of America en 2014, et Morgan Stanley en 2015, Goldman Sachs conclut à son tour un accord de principe avec les autorités financières, qui prévoit le versement de 5,1 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros) en échange de l’abandon des plaintes relatives à son rôle dans la crise des subprimes de 2008. […] Lire la suite

21 août 2014 États-Unis. Condamnation de Bank of America

Selon les termes d'un accord avec le ministère de la Justice, Bank of America, deuxième établissement de crédit du pays, accepte de verser une amende de 16,6 milliards de dollars pour sa responsabilité dans la crise des subprimes qui avait précipité la débâcle financière de 2008. Peu avant le déclenchement de celle-ci, Bank of America avait acquis deux établissements très engagés dans les investissements spéculatifs à hauts risques, Countrywide Financial et Merrill Lynch. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PLIHON, « CRISE DES SUBPRIMES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crise-des-subprimes/