CRISE DES SUBPRIMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La faillite d'un dogme

La première leçon qui s'impose est que nous sommes en présence d'une crise idéologique et intellectuelle. Pendant les trois dernières décennies, les autorités et les élites ont été guidées par le « fondamentalisme du marché », selon l'expression de George Soros : la croyance que les marchés tendent vers l'équilibre et que les déviations par rapport à ce dernier sont temporaires. Les politiques de dérégulation et les innovations financières sont fondées sur cette croyance. Or celle-ci est remise en cause par la crise en cours, dans le monde tant académique que professionnel. Les innovations sont restées non régulées par les autorités à cause de cette hypothèse fallacieuse selon laquelle les marchés s'autorégulent. En fait, les autorités devraient savoir que les grandes crises (1987, 2000...) ont été évitées jusqu'ici du fait de leurs interventions et non de la capacité des marchés à retrouver leur équilibre. Les autorités et les acteurs financiers, aveuglés par leur fondamentalisme de marché, n'ont pas vu venir la crise en cours. Il serait essentiel que, dans les salles de marché comme dans les universités, on admette qu'il existe une autre représentation théorique des marchés, plus proche de la réalité, comme le reconnaissent les professionnels les plus éclairés. Les marchés fonctionnent sur la base du mimétisme et des interactions entre des acteurs travaillant en information incomplète et avec une rationalité limitée, ce qui peut conduire – en l'absence de régulation appropriée – à des équilibres multiples, ainsi qu'à une évolution chaotique et désordonnée des prix d'actifs dont la crise des subprimes donne une illustration éclatante. Il convient de procéder à un aggiornamento du paradigme néolibéral qui a abouti à une dérégulation excessive des marchés financiers et de leurs acteurs. Si les autorités américaines n'avaient pas supprimé les règles de protection des ménages surendettés, il est probable que la crise des subprimes n'aurait pas eu lieu. Il faut corriger une grande erreur commise par la théorie économique classique à propos du fonctionnement et de la nature des marchés. Selon cette dernière, le fonctionnement des marchés se réduirait à une interaction entre l'offre et la demande conduisant à la détermination de prix d'équilibre. Il suffirait de laisser jouer la concurrence sur les marchés pour qu'ils fonctionnent d'une manière optimale. Cette conception des marchés est contestable. Le paradoxe des marchés est en effet que ceux-ci ont besoin d'être encadrés par un ensemble d'institutions. Ce qui est très différent du laissez-faire qui est au cœur de la doctrine néolibérale. Des historiens tels que Fernand Braudel ont montré que, depuis des siècles, le bon fonctionnement des marchés est directement lié à la qualité des institutions publiques chargées de les organiser et de les contrôler.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-3 mai 2017 États-Unis – Suisse. Accord financier amiable entre les États-Unis et deux banques suisses.

Le 1er, le régulateur américain des caisses d’épargne (NCUA) annonce la conclusion d’un accord avec la banque suisse UBS, qui prévoit le versement de 445 millions de dollars en dédommagement des pertes subies en 2007 par les clients de deux établissements mutualistes américains dans la crise des subprimes ‒ des prêts hypothécaires à haut risque. Le 3, la NCUA et Crédit Suisse concluent, dans le même cadre, un accord prévoyant le versement par la banque suisse de 400 millions de dollars de dédommagement aux clients lésés de trois banques coopératives américaines. […] Lire la suite

22 décembre 2016 États-Unis – Allemagne. Accord entre la Deutsche Bank et la justice américaine.

La Deutsche Bank, première banque allemande, annonce la conclusion d’un accord avec le ministère américain de la Justice sur le montant de sa responsabilité dans la crise des subprimes à l’origine du krach financier de l’automne 2008. Le montant négocié de l’amende s’élève à 7,2 milliards de dollars – contre 14 milliards annoncés en septembre. […] Lire la suite

16 septembre 2016 Allemagne – États-Unis. Menace de sanctions américaines contre la Deutsche Bank.

La Deutsche Bank confirme l’accord amiable proposé par le ministère américain de la Justice, qui prévoit le versement de 14 milliards de dollars en compensation des malversations supposées de la banque allemande sur le marché des subprimes, ces crédits immobiliers à risque à l’origine de la crise financière de 2008. Cette offre ouvre la voie à des négociations. […] Lire la suite

14 janvier 2016 États-Unis. Accord entre Goldman Sachs et les autorités financières dans le dossier des « subprimes ».

Après les banques JP Morgan en 2013, Citigroup et Bank of America en 2014, et Morgan Stanley en 2015, Goldman Sachs conclut à son tour un accord de principe avec les autorités financières, qui prévoit le versement de 5,1 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros) en échange de l’abandon des plaintes relatives à son rôle dans la crise des subprimes de 2008. […] Lire la suite

21 août 2014 États-Unis. Condamnation de Bank of America

Selon les termes d'un accord avec le ministère de la Justice, Bank of America, deuxième établissement de crédit du pays, accepte de verser une amende de 16,6 milliards de dollars pour sa responsabilité dans la crise des subprimes qui avait précipité la débâcle financière de 2008. Peu avant le déclenchement de celle-ci, Bank of America avait acquis deux établissements très engagés dans les investissements spéculatifs à hauts risques, Countrywide Financial et Merrill Lynch. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PLIHON, « CRISE DES SUBPRIMES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crise-des-subprimes/