CRISE DES SUBPRIMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une crise du capitalisme financier

La crise qui a débuté en 2007 va au-delà d'un dérèglement de la finance et revêt une dimension systémique. Il s'agit en effet d'une crise globale du système économique dominant. Plusieurs facteurs sous-tendent cette troisième conclusion. En premier lieu, cette crise a frappé en priorité les pays les plus avancés de la planète, à commencer par les États-Unis, qui constituent le centre du capitalisme mondial. C'est là une différence majeure avec les crises financières des années 1990 qui avaient principalement ébranlé les pays de la périphérie nouvellement ouverts à la finance internationale, souvent qualifiés de « marchés émergents ». En second lieu, la crise qui a débuté en 2007 résulte des contradictions internes du régime de croissance qui s'est mis en place dans les pays avancés à partir des années 1980, et que les économistes ont qualifié de capitalisme financier mondialisé. En Europe, les pays les plus ébranlés par la crise sont ceux dont les caractéristiques se rapprochent le plus du capitalisme financier tel qu'il fonctionne aux États-Unis, en particulier le Royaume-Uni, l'Espagne ou l'Irlande. Les caractéristiques communes à ces différents pays sont notamment l'importance des secteurs immobiliers (30 p. 100 du P.I.B. en Irlande, 11 p. 100 du P.I.B. en Espagne), l'hypertrophie de systèmes financiers largement dérégulés, ainsi que le niveau très élevé d'endettement des ménages.

Le fonctionnement du capitalisme financier et mondialisé à l'échelle internationale peut être caractérisé de la manière suivante : la mondialisation néolibérale, fondée sur la libre circulation des marchandises et des capitaux, a mis en concurrence les travailleurs des pays riches et des pays en développement, pesant ainsi sur les salaires dans les pays avancés ; le partage de la valeur ajoutée s'est déplacé dans la plupart des pays en faveur des profits et au détriment des rémunérations salariales ; par ailleurs, le partage des profits s'est modifié en faveur des actionnaires, au détriment de l'épargne (autofinancement) des entreprises. Les détenteurs du capital financier sont les grands bénéficiaires de cette nouvelle répartition des richesses, ce qui a contribué à creuser les inégalités au profit d'une minorité de ménages, avec un développement parallèle des bas salaires. La mondialisation a mis en concurrence non seulement les salariés, mais également les États, leurs systèmes fiscaux et sociaux, entraînant une dégradation de la protection sociale et une remise en cause des politiques de redistribution des revenus dans les pays avancés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Les derniers événements

1er-3 mai 2017 États-Unis – Suisse. Accord financier amiable entre les États-Unis et deux banques suisses.

Le 1er, le régulateur américain des caisses d’épargne (NCUA) annonce la conclusion d’un accord avec la banque suisse UBS, qui prévoit le versement de 445 millions de dollars en dédommagement des pertes subies en 2007 par les clients de deux établissements mutualistes américains dans la crise des subprimes ‒ des prêts hypothécaires à haut risque. Le 3, la NCUA et Crédit Suisse concluent, dans le même cadre, un accord prévoyant le versement par la banque suisse de 400 millions de dollars de dédommagement aux clients lésés de trois banques coopératives américaines. […] Lire la suite

22 décembre 2016 États-Unis – Allemagne. Accord entre la Deutsche Bank et la justice américaine.

La Deutsche Bank, première banque allemande, annonce la conclusion d’un accord avec le ministère américain de la Justice sur le montant de sa responsabilité dans la crise des subprimes à l’origine du krach financier de l’automne 2008. Le montant négocié de l’amende s’élève à 7,2 milliards de dollars – contre 14 milliards annoncés en septembre. […] Lire la suite

16 septembre 2016 Allemagne – États-Unis. Menace de sanctions américaines contre la Deutsche Bank.

La Deutsche Bank confirme l’accord amiable proposé par le ministère américain de la Justice, qui prévoit le versement de 14 milliards de dollars en compensation des malversations supposées de la banque allemande sur le marché des subprimes, ces crédits immobiliers à risque à l’origine de la crise financière de 2008. Cette offre ouvre la voie à des négociations. […] Lire la suite

14 janvier 2016 États-Unis. Accord entre Goldman Sachs et les autorités financières dans le dossier des « subprimes ».

Après les banques JP Morgan en 2013, Citigroup et Bank of America en 2014, et Morgan Stanley en 2015, Goldman Sachs conclut à son tour un accord de principe avec les autorités financières, qui prévoit le versement de 5,1 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros) en échange de l’abandon des plaintes relatives à son rôle dans la crise des subprimes de 2008. […] Lire la suite

21 août 2014 États-Unis. Condamnation de Bank of America

Selon les termes d'un accord avec le ministère de la Justice, Bank of America, deuxième établissement de crédit du pays, accepte de verser une amende de 16,6 milliards de dollars pour sa responsabilité dans la crise des subprimes qui avait précipité la débâcle financière de 2008. Peu avant le déclenchement de celle-ci, Bank of America avait acquis deux établissements très engagés dans les investissements spéculatifs à hauts risques, Countrywide Financial et Merrill Lynch. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PLIHON, « CRISE DES SUBPRIMES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crise-des-subprimes/