CRISE DES SUBPRIMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La très grande majorité des économistes ont vu dans la crise qui a débuté en 2007 un dysfonctionnement majeur de la sphère financière, lié à un déficit de régulation, à la prolifération des produits dérivés et de la titrisation, à l'irresponsabilité des agences de notation, et au système pervers de rémunération des dirigeants et des traders. Cette crise s'est en effet déclenchée dans le système financier des États-Unis, sur le marché des subprimes, et s'est ensuite propagée dans le monde par des mécanismes financiers. Pourtant, une analyse approfondie montre que, beaucoup plus que d'une crise financière, il s'agit d'une crise globale et systémique, dont les ressorts se trouvent au cœur même du capitalisme et de la mondialisation. Il convient donc d'aller au-delà d'une lecture purement financière et conjoncturelle de cette crise.

Avant de procéder à une analyse approfondie de la crise des subprimes et d'en tirer les leçons, il est utile d'en retracer les différentes phases et les principaux mécanismes, ce qui permettra de comprendre comment nous sommes passés d'une crise immobilière née aux États-Unis à une crise financière internationale, puis à une crise économique à l'échelle mondiale.

Les quatre phases de la crise

La crise débute par un effondrement du marché de l'immobilier des États-Unis à partir de l'été de 2007. De 1996 à 2006, le prix de l'immobilier résidentiel a triplé. Cette bulle immobilière a explosé à partir de 2007 avec l'augmentation des taux de défaut de remboursement des prêts par les ménages. Ce retournement brutal a été provoqué par le changement de cap de la politique monétaire de la banque centrale des États-Unis, la Réserve fédérale (la Fed). Depuis 2001, en réaction à l'éclatement de la bulle Internet et aux attentats du 11 septembre, la Réserve fédérale menait une politique monétaire très accommodante se traduisant par une forte baisse des taux d'intérêt. De nombreux ménages en ont profité pour s'endetter à des conditions qui semblaient alors avantageuses. Mais ceux qui ont emprunté à taux variable subissent de plein fouet la remontée des taux d'intérêt décidée à partir de 2004 par la Fed pour freiner la bulle immobilière. Une spirale négative se produit alors, qui correspond à la première phase de la crise : la hausse des taux d'intérêt met les ménages en difficulté, ceux-ci ne pouvant plus faire face à la charge de leur dette. Les défaillances touchent plus particulièrement le marché des crédits subprimes, crédits immobiliers proposés à des ménages vulnérables, à faibles revenus et déjà endettés, qui ne présentent pas les garanties financières suffisantes pour accéder aux emprunts normaux, dits primes. Ce type de crédit s'est fortement développé aux États-Unis, passant de 35 milliards de dollars en 1994 à 600 milliards en 2006, ce qui représentait 10 p. 100 de la dette hypothécaire américaine et concernait 6 millions de ménages. En juin 2007, 17 p. 100 de ces ménages étaient défaillants, et un grand nombre d'entre eux ont été expulsés par les créanciers désireux de revendre leurs maisons pour se rembourser, ce qui a précipité l'effondrement du marché immobilier.

Deux séries de facteurs ont contribué à cette situation. En premier lieu, les règles qui protégeaient les emprunteurs surendettés ont été supprimées, dans le cadre des politiques de déréglementation menées par les pouvoirs publics. En second lieu, des techniques financières sophistiquées ont été utilisées par les banques américaines pour diminuer leurs risques. La principale est la titrisation, qui permet aux banques de transformer en titres les crédits risqués, pour les vendre ensuite sur les marchés financiers (ce sont les Mortgage Backed Securities, ou M.B.S.). En recourant massivement à la titrisation, les banques américaines ont transféré à d'autres acteurs dans le monde entier une grande partie des risques qu'elles prenaient. C'est ainsi que la crise immobilière née aux États-Unis est devenue, dans une seconde phase, une crise financière internationale.

Les banques subissent d'importantes pertes, particulièrement aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Espagne, pays où les bulles immobilières sont les plus importantes. L'ensemble des pertes subies par les banques dans le monde est estimé par le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-3 mai 2017 États-Unis – Suisse. Accord financier amiable entre les États-Unis et deux banques suisses.

Le 1er, le régulateur américain des caisses d’épargne (NCUA) annonce la conclusion d’un accord avec la banque suisse UBS, qui prévoit le versement de 445 millions de dollars en dédommagement des pertes subies en 2007 par les clients de deux établissements mutualistes américains dans la crise des subprimes ‒ des prêts hypothécaires à haut risque. Le 3, la NCUA et Crédit Suisse concluent, dans le même cadre, un accord prévoyant le versement par la banque suisse de 400 millions de dollars de dédommagement aux clients lésés de trois banques coopératives américaines. […] Lire la suite

22 décembre 2016 États-Unis – Allemagne. Accord entre la Deutsche Bank et la justice américaine.

La Deutsche Bank, première banque allemande, annonce la conclusion d’un accord avec le ministère américain de la Justice sur le montant de sa responsabilité dans la crise des subprimes à l’origine du krach financier de l’automne 2008. Le montant négocié de l’amende s’élève à 7,2 milliards de dollars – contre 14 milliards annoncés en septembre. […] Lire la suite

16 septembre 2016 Allemagne – États-Unis. Menace de sanctions américaines contre la Deutsche Bank.

La Deutsche Bank confirme l’accord amiable proposé par le ministère américain de la Justice, qui prévoit le versement de 14 milliards de dollars en compensation des malversations supposées de la banque allemande sur le marché des subprimes, ces crédits immobiliers à risque à l’origine de la crise financière de 2008. Cette offre ouvre la voie à des négociations. […] Lire la suite

14 janvier 2016 États-Unis. Accord entre Goldman Sachs et les autorités financières dans le dossier des « subprimes ».

Après les banques JP Morgan en 2013, Citigroup et Bank of America en 2014, et Morgan Stanley en 2015, Goldman Sachs conclut à son tour un accord de principe avec les autorités financières, qui prévoit le versement de 5,1 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros) en échange de l’abandon des plaintes relatives à son rôle dans la crise des subprimes de 2008. […] Lire la suite

21 août 2014 États-Unis. Condamnation de Bank of America

Selon les termes d'un accord avec le ministère de la Justice, Bank of America, deuxième établissement de crédit du pays, accepte de verser une amende de 16,6 milliards de dollars pour sa responsabilité dans la crise des subprimes qui avait précipité la débâcle financière de 2008. Peu avant le déclenchement de celle-ci, Bank of America avait acquis deux établissements très engagés dans les investissements spéculatifs à hauts risques, Countrywide Financial et Merrill Lynch. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PLIHON, « CRISE DES SUBPRIMES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crise-des-subprimes/