CRISE DES SUBPRIMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une crise géopolitique

« Last, but not least », la crise en cours a également une dimension géopolitique majeure. En effet, les graves soubresauts qui se produisent depuis 2007 ont conduit à un affaiblissement des économies les plus riches, et en particulier des États-Unis, relativement aux grands pays émergents – Brésil, Russie, Inde, Chine, désignés couramment par l'abréviation B.R.I.C., dont la montée en puissance est spectaculaire en ce début de xxie siècle. Mais, en même temps, ces deux groupes de pays se trouvent étroitement liés les uns aux autres. Comme on l'a vu, c'est la consommation des ménages américains qui a largement tiré la croissance des pays émergents. Et ce sont ces derniers pays qui ont financé le déficit extérieur des États-Unis. La faiblesse de l'épargne des ménages américains a été compensée par le niveau élevé, et en partie contraint, de l'épargne des pays asiatiques. La relation complémentaire États-Unis - Chine, la ChinAmerica, a fait système depuis le début des années 2000. Mais la crise des subprimes et ses prolongements dans les pays de la périphérie ne remettent-ils pas en cause les fondements financiers et macroéconomiques de ces relations internationales ? Les déclarations des dirigeants chinois, inquiets pour la valeur future de leurs créances sur les États-Unis, à la veille du sommet du G20 de Londres du 2 avril 2009, reflètent ces tensions internationales d'un genre nouveau. La crise apparaît ainsi comme un révélateur des insuffisances du système de gouvernance mondiale, construit dans l'après-guerre sous la domination des États-Unis – dont les deux piliers principaux sont les Nations unies et le Fonds monétaire international –, et qui n'est plus adapté aux nouveaux rapports de force internationaux. Il n'est pas sûr que l'entrée en lice du G20 en 2008, au début de la crise, soit la meilleure solution pour refonder la gouvernance de la planète, ainsi que le montre l'incapacité où se trouve ce club des États les plus puissants de promouvoir une réforme pourtant nécessaire du système financier international.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-3 mai 2017 États-Unis – Suisse. Accord financier amiable entre les États-Unis et deux banques suisses.

Le 1er, le régulateur américain des caisses d’épargne (NCUA) annonce la conclusion d’un accord avec la banque suisse UBS, qui prévoit le versement de 445 millions de dollars en dédommagement des pertes subies en 2007 par les clients de deux établissements mutualistes américains dans la crise des subprimes ‒ des prêts hypothécaires à haut risque. Le 3, la NCUA et Crédit Suisse concluent, dans le même cadre, un accord prévoyant le versement par la banque suisse de 400 millions de dollars de dédommagement aux clients lésés de trois banques coopératives américaines. […] Lire la suite

22 décembre 2016 États-Unis – Allemagne. Accord entre la Deutsche Bank et la justice américaine.

La Deutsche Bank, première banque allemande, annonce la conclusion d’un accord avec le ministère américain de la Justice sur le montant de sa responsabilité dans la crise des subprimes à l’origine du krach financier de l’automne 2008. Le montant négocié de l’amende s’élève à 7,2 milliards de dollars – contre 14 milliards annoncés en septembre. […] Lire la suite

16 septembre 2016 Allemagne – États-Unis. Menace de sanctions américaines contre la Deutsche Bank.

La Deutsche Bank confirme l’accord amiable proposé par le ministère américain de la Justice, qui prévoit le versement de 14 milliards de dollars en compensation des malversations supposées de la banque allemande sur le marché des subprimes, ces crédits immobiliers à risque à l’origine de la crise financière de 2008. Cette offre ouvre la voie à des négociations. […] Lire la suite

14 janvier 2016 États-Unis. Accord entre Goldman Sachs et les autorités financières dans le dossier des « subprimes ».

Après les banques JP Morgan en 2013, Citigroup et Bank of America en 2014, et Morgan Stanley en 2015, Goldman Sachs conclut à son tour un accord de principe avec les autorités financières, qui prévoit le versement de 5,1 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros) en échange de l’abandon des plaintes relatives à son rôle dans la crise des subprimes de 2008. […] Lire la suite

21 août 2014 États-Unis. Condamnation de Bank of America

Selon les termes d'un accord avec le ministère de la Justice, Bank of America, deuxième établissement de crédit du pays, accepte de verser une amende de 16,6 milliards de dollars pour sa responsabilité dans la crise des subprimes qui avait précipité la débâcle financière de 2008. Peu avant le déclenchement de celle-ci, Bank of America avait acquis deux établissements très engagés dans les investissements spéculatifs à hauts risques, Countrywide Financial et Merrill Lynch. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PLIHON, « CRISE DES SUBPRIMES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crise-des-subprimes/