CONTROVERSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'opposé de ce qui s'est passé en théologie, où l'on cultivait l'art de la controverse (le cardinal Bellarmin occupa, pour l'enseigner, une chaire à Louvain, puis, à partir de 1576, au Collège romain, et il écrivit un traité des Controverses), l'existence de controverses a pu apparaître comme une sorte de péché originel et une honte secrète pour la philosophie et pour les sciences. Chez les Grecs, la constatation par les sophistes du fait que, à chaque argument, il est possible d'opposer un argument contraire d'égale valeur — ce qui fut à l'origine d'un célèbre recueil d'« arguments doubles » (dissoi logoi) —, amena Agrippa à voir dans la discorde (diaphonia) l'un des motifs de la suspension du jugement : les sceptiques furent les premiers théoriciens de la controverse. Depuis lors, elle est restée, dans l'opinion dominante, comme une malédiction de la pensée et l'indice de la fragilité du discours philosophique. Ce fut la position de Francis Bacon, de Leibniz (pour qui le « calcul » devait constituer la façon de mettre fin aux controverses) ou de Kant, dont la philosophie vise à arrêter les « combats sans fin » de la métaphysique ou, tout au moins, à trouver des procédés permettant de décider si chaque question philosophique peut ou non avoir une solution. Auguste Comte et le néo-positivisme viennois soutiendront des vues analogues.

Toutefois, on rencontre aussi chez Kant une seconde attitude à l'égard des controverses. Il existe un « intérêt » dans le « conflit » de la raison avec elle-même, car ce conflit dévoile les limites internes de la pensée, qui est par essence aporétique. Cette problématique demeurera au cœur de l'idéalisme allemand et elle est encore vivante dans la théorie catégoriale de N. Hartmann. En philosophie des sciences, la même approche inspire la dialectique mathématique d'A. Lautman, la thèse de R. Thom selon laquelle chaque science est tributaire d'apories fondatrices, l'analyse « thématique » de G. Holton. Dans leur signification profonde, les controverses renvoient à des oppositions catégoriales apparemment indépassables, qui, d'une part, sont indispensables à la compréhension des phénomènes et jouent comme autant de contraintes cognitives, et qui, d'autre part, pourtant, sont l'occasion de stratégies toujours différentes et sans cesse renouvelées — par exemple, continu/discret (en mathématiques, notamment) ; force/champ et matière/énergie (en physique) ; forme/fonction et structure/transmission (en anthropologie, en biologie, en linguistique, dans la psychologie du développement) ; évolution/catastrophe et fixisme/mobilisme (en cosmologie, géologie, biologie).

Dans cet éclairage, les controverses ne surgiront pas comme un indice du faux. Elles font passer de la censure du dogmatisme, dont s'acquitte le scepticisme, à la « critique de la raison », c'est-à-dire à la définition des conditions de l'exercice de la pensée. À partir de là, il est permis — c'est une troisième position — de chercher dans la controverse le principe d'une heuristique : on ne pense pas seulement sur quelque chose ; on pense aussi contre ; et, pour penser « sur », il est peut-être utile de penser « contre ». Pour Platon déjà, la dialectique, le dialogue critique, signifie une voie de « purification de l'âme des opinions qui font obstacles aux sciences », comme il est dit dans Le Sophiste (231 d). La controverse est également une heuristique dans le Dialogue sur les deux plus grands systèmes de Galilée ; et Leibniz lui-même a pu écrire que, à l'instar du débat judiciaire, la controverse bien réglée se convertit en un moyen de parvenir à la vérité.

Il y a ainsi un bon usage des controverses — et il n'y aura qu'un pas à franchir pour en faire l'apologie avouée. Telle fut la thèse de Montaigne (qui, dans l'« art de conférer », « aime une société et familiarité forte et virile, une amitié qui se flatte en âpreté et vigueur de son commerce, comme l'amour, en les morsures [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  CONTROVERSE  » est également traité dans :

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 995 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’ignorance produite et la manipulation de l’opinion »  : […] Même si, d’emblée, pour Proctor, la notion d’agnotologie avait bien pour but de couvrir les trois sens mentionnés, elle s’est vite retrouvée identifiée à l’ignorance « produite ». Il s’agirait alors de considérer l’ignorance non pas seulement comme un état, mais aussi comme un effet, et de la relier à ses causes. Mais l’idée même de « production » peut renvoyer à des logiques fort différentes : o […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DES CULTURES URBAINES

  • Écrit par 
  • Virginie MILLIOT
  •  • 4 426 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Controverses américaines sur les « cultures de la pauvreté » »  : […] Aux États-Unis, la dégradation des quartiers noirs américains dans les années 1960 et 1970 a suscité un vif débat sur la détermination économique et/ou ethnique des cultures du ghetto. Les analyses qui, à la suite d’Oscar Lewis (1966), ont fait de la pauvreté et de la ségrégation le terreau de ces cultures urbaines, se sont d’abord opposées à des interprétations en termes de spécificités ethnique […] Lire la suite

CONTROVERSES SCIENTIFIQUES PUBLIQUES

  • Écrit par 
  • Bernard REBER
  •  • 1 714 mots

Les controverses ont toujours fait partie de l'avancée des sciences. Elles sont indispensables à la formation, au développement et à l'évaluation des théories, des méthodes, de la constitution et de l'interprétation des données. Certains auteurs considèrent la science comme une succession ininterrompue de controverses qui perdurent ou sont reformulées. Elles trouvent parfois divers modes de clôtur […] Lire la suite

ÉVALUATION ET QUANTIFICATION DES RISQUES SANITAIRES

  • Écrit par 
  • William DAB
  •  • 4 264 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le risque et sa perception »  : […] De nombreux travaux de sociologie ont montré que la perception des risques ne dépend pas seulement de sa dimension quantitative. La nature catastrophique de la menace, son invisibilité, les controverses entre experts, le caractère volontaire (tabac, alcool…) ou involontaire (pollutions) de l’exposition jouent également un rôle dans le niveau de crainte ressenti. Le décalage a souvent été pointé e […] Lire la suite

ÉDITION DU GÉNOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Hugues DÉCHAUX
  •  • 6 469 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La controverse professionnelle »  : […] Dans un contexte scientifique aussi trépidant, la communauté internationale des généticiens s’est rapidement interrogée sur la légitimité de mener ou de poursuivre des recherches sur le génome germinal humain. Les premières réactions précèdent la révélation des expériences chinoises. Le 19 mars 2015, l’ISSCR (International Society for Stem Cell Research) rend un avis dans lequel elle appelle à un […] Lire la suite

HASARD & NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Ilya PRIGOGINE, 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 9 586 mots

Dans le chapitre « De Boltzmann à Von Neumann »  : […] Jusqu'ici, les thèmes de la nécessité et du hasard, au sens scientifique, n'ont pas été présentés en tant que parties prenantes de problèmes scientifiques. Le démon de Laplace comme le hasard et la nécessité de Monod n'autorisent aucun modèle précis dont la pertinence pourrait être mise à l'épreuve à partir du monde observable mais indiquent seulement comment on doit juger ce monde. Quant à la mé […] Lire la suite

ÉQUILIBRES PONCTUÉS THÉORIE DES, biologie

  • Écrit par 
  • Étienne ROUX
  •  • 1 086 mots
  •  • 1 média

La théorie des équilibres ponctués a été énoncée par deux biologistes et paléontologues américains, Niles Eldredge (né en 1943) et Stephen Jay Gould (1941-2002), dans un article publié en 1972 et intitulé « Punctuated equilibria: an alternative to phyletic gradualism (Les équilibres ponctués : une alternative au gradualisme phylétique) ». Ce texte constitue le cinquième chapitre de l’ouvrage coll […] Lire la suite

Les derniers événements

21-22 septembre 2021 France. Abandon du projet de rénovation de la gare du Nord.

Le 21, la SNCF annonce l’abandon du projet controversé de rénovation et d’agrandissement de la gare du Nord, à Paris, en raison du dépassement des coûts – estimés à finalement 1,5 milliard d’euros – et du non-respect du calendrier par le concessionnaire du projet, la société foncière Ceetrus, filiale immobilière du groupe Auchan. Le contrat de concession avait été signé en février 2019. […] Lire la suite

10-11 août 2021 Pologne. Exclusion du parti Porozumienie de la coalition gouvernementale.

Le 11, la Diète approuve l’amendement controversé à la loi sur l’audiovisuel. Le gouvernement obtient le soutien des élus du parti populiste de l’ancien chanteur Pawel Kukiz, ainsi que de quelques membres de Porozumienie. Le Sénat doit encore examiner le texte. […] Lire la suite

15-24 juin 2021 Hongrie. Adoption d'une loi controversée assimilant homosexualité et pédophilie.

Le président hongrois János Áder promulgue le texte controversé. Le 24, les participants au Conseil européen réuni à Bruxelles s’en prennent à la politique « homophobe » de Viktor Orbán, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte allant jusqu’à inviter celui-ci à quitter l’UE. Seul le Premier ministre slovène Janez Janša, dont le pays doit assurer la présidence tournante du Conseil de l’UE à compter du 1er juillet, prend la défense du dirigeant hongrois. […] Lire la suite

20 mai 2021 France. Censure de dispositions de la loi « pour une sécurité globale ».

Il estime contraire à la Constitution l’article controversé qui visait à punir l’utilisation malveillante des images des forces de l’ordre, jugeant que les éléments constitutifs de l’infraction sont insuffisamment définis. Le Conseil censure également une large partie de l’article relatif à l’utilisation de drones lors de manifestations, qu’il estime contraire au principe du respect de la vie privée. […] Lire la suite

3-8 février 2021 Haïti. Controverse sur la date de la fin du mandat du président Jovenel Moïse.

Le 3, le président Jovenel Moïse, confronté à un fort mouvement de contestation, rend public un projet de réforme constitutionnelle qui renforce les pouvoirs du chef de l’État. Il propose l’organisation d’un référendum à ce sujet en avril et la tenue d’élections générales en septembre. Jovenel Moïse gouverne par décrets depuis la fin du fonctionnement du Parlement en janvier 2020, en raison du report des élections législatives prévues en novembre 2019. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Fernando GIL, « CONTROVERSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/controverse/