CONTROVERSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'opposé de ce qui s'est passé en théologie, où l'on cultivait l'art de la controverse (le cardinal Bellarmin occupa, pour l'enseigner, une chaire à Louvain, puis, à partir de 1576, au Collège romain, et il écrivit un traité des Controverses), l'existence de controverses a pu apparaître comme une sorte de péché originel et une honte secrète pour la philosophie et pour les sciences. Chez les Grecs, la constatation par les sophistes du fait que, à chaque argument, il est possible d'opposer un argument contraire d'égale valeur — ce qui fut à l'origine d'un célèbre recueil d'« arguments doubles » (dissoi logoi) —, amena Agrippa à voir dans la discorde (diaphonia) l'un des motifs de la suspension du jugement : les sceptiques furent les premiers théoriciens de la controverse. Depuis lors, elle est restée, dans l'opinion dominante, comme une malédiction de la pensée et l'indice de la fragilité du discours philosophique. Ce fut la position de Francis Bacon, de Leibniz (pour qui le « calcul » devait constituer la façon de mettre fin aux controverses) ou de Kant, dont la philosophie vise à arrêter les « combats sans fin » de la métaphysique ou, tout au moins, à trouver des procédés permettant de décider si chaque question philosophique peut ou non avoir une solution. Auguste Comte et le néo-positivisme viennois soutiendront des vues analogues.

Toutefois, on rencontre aussi chez Kant une seconde attitude à l'égard des controverses. Il existe un « intérêt » dans le « conflit » de la raison avec elle-même, car ce conflit dévoile les limites internes de la pensée, qui est par essence aporétique. Cette problématique demeurera au cœur de l'idéalisme allemand et elle est encore vivante dans la théorie catégoriale de N. Hartmann. En [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en philosophie, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  CONTROVERSE  » est également traité dans :

CONTROVERSES SCIENTIFIQUES PUBLIQUES

  • Écrit par 
  • Bernard REBER
  •  • 1 714 mots

Les controverses ont toujours fait partie de l'avancée des sciences. Elles sont indispensables à la formation, au développement et à l'évaluation des théories, des méthodes, de la constitution et de l'interprétation des données. Certains auteurs considèrent la science comme une succession ininterrompue de controverses qui perdurent ou sont reformulées. Elles trouvent parfois divers modes de clôtur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/controverses-scientifiques-publiques/#i_89403

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 994 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’ignorance produite et la manipulation de l’opinion »  : […] Même si, d’emblée, pour Proctor, la notion d’agnotologie avait bien pour but de couvrir les trois sens mentionnés, elle s’est vite retrouvée identifiée à l’ignorance « produite ». Il s’agirait alors de considérer l’ignorance non pas seulement comme un état, mais aussi comme un effet, et de la relier à ses causes. Mais l’idée même de « production » peut renvoyer à des logiques fort différentes : o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agnotologie/#i_89403

ÉDITION DU GÉNOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Hugues DÉCHAUX
  •  • 6 468 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La controverse professionnelle »  : […] Dans un contexte scientifique aussi trépidant, la communauté internationale des généticiens s’est rapidement interrogée sur la légitimité de mener ou de poursuivre des recherches sur le génome germinal humain. Les premières réactions précèdent la révélation des expériences chinoises. Le 19 mars 2015, l’ISSCR (International Society for Stem Cell Research) rend un avis dans lequel elle appelle à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-du-genome-humain/#i_89403

HASARD & NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Ilya PRIGOGINE, 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 9 586 mots

Dans le chapitre « De Boltzmann à Von Neumann »  : […] Jusqu'ici, les thèmes de la nécessité et du hasard, au sens scientifique, n'ont pas été présentés en tant que parties prenantes de problèmes scientifiques. Le démon de Laplace comme le hasard et la nécessité de Monod n'autorisent aucun modèle précis dont la pertinence pourrait être mise à l'épreuve à partir du monde observable mais indiquent seulement comment on doit juger ce monde. Quant à la mé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard-et-necessite/#i_89403

Pour citer l’article

Fernando GIL, « CONTROVERSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/controverse/