NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le néo-positivisme, ou positivisme logique, ne constitue pas à proprement parler une école, ayant à sa tête un maître et attachée à un dogme, mais plutôt une attitude philosophique définie à l'origine par un groupe (le Cercle de Vienne) et aujourd'hui largement diffusée et diversifiée, en particulier aux États-Unis, en Grande-Bretagne et dans les pays scandinaves.

C'est en réaction contre l'idéalisme issu des grandes philosophies post-kantiennes, alors dominantes dans le monde germanique, que s'est formé à Vienne, dans les années trente, par la rencontre de quelques savants et philosophes d'un exceptionnel talent, le Wiener Kreis (Cercle de Vienne). En présence des progrès éclatants de la physique entre 1905 et 1930, comparés au déroulement incertain de la philosophie contemporaine, ils estiment que l'âge scientifique n'a pas la philosophie qu'il mérite. Cependant, aucune orthodoxie véritable ne lie les membres du groupe viennois, qui, dès 1931, commence à essaimer, avec R. Carnap et P. Frank, nommés à l'université de Prague pour occuper respectivement une chaire de philosophie des sciences de la nature et une chaire de physique. Des congrès internationaux, ayant pour thème l'« unité de la science », rassemblent alors autour des Viennois des penseurs venus d'autres horizons. Russell, Enriquez, Scholz participent au congrès de Paris (1935), G. Moore préside celui de Cambridge (1938) ; et celui de 1939 se tient à Cambridge, dans le Massachusetts. Déjà la montée du nazisme a précipité cette diaspora néo-positiviste. En 1938, Kaufmann, Menger, Gödel, Reichenbach sont aux États-Unis ; Waismann et Neurath en Angleterre, où ils ont des disciples (Ayer) ; ils en ont aussi en Scandinavie (Petzäll, Joergensen, Kaila) ; et des logiciens de Varsovie (Ajdukiewicz, Kotarbinski) sympathisent avec certaines de leurs thèses. La multiplicité des points de vue, les critiques mutu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages






Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilles Gaston GRANGER, « NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-positivisme-positivisme-logique/