CONSTITUTIONS FRANÇAISES(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • Constitution de 1791 Adoptée le 3 septembre par l'Assemblée nationale constituante, deux années après la Déclaration de 1789 qui forme son Préambule, suspendue d'application le 10 août 1792, la première Constitution française ne dura pas un an. Essai de monarchie parlementaire, elle exacerbait en fait l'opposition entre exécutif et législatif : initiative des lois réservée à l'Assemblée unique (élue pour deux ans au suffrage censitaire indirect), droit de veto du roi « des Français », responsabilité pénale des ministres devant une haute Cour nationale, incapacité ministérielle des députés. Elle prévoyait notamment l'élection par le peuple des juges, des officiers municipaux et des 83 « administrateurs » des départements nouvellement créés.

  • Constitution de 1793 Votée par la Convention le 24 juin, approuvée par le peuple entre juillet et août, la Constitution de 1793 reste inappliquée en raison de la terreur révolutionnaire instaurée dès octobre. Sa Déclaration, dite de l'an I, insiste sur l'égalité entre les citoyens, interdit l'esclavage, reconnaît le droit à l'insurrection et proclame le droit au secours public et à l'instruction pour tous. Substituant le peuple souverain à la nation, prévoyant le suffrage universel masculin, une Assemblée unique et une complexe procédure législative référendaire, elle fut la plus rousseauiste des constitutions françaises, et garda la préférence des républicains.

  • Constitution de 1795 Promulguée après référendum le 5 fructidor de l'an III de la République (22 août), la Constitution dite de l'an III est l'exact contre-pied de la « constitution montagnarde » précédente. Elle adopte le bicamérisme (le Conseil des Cinq-Cents propose les lois, le Conseil des Anciens les vote) et restaure le suffrage censitaire et une séparation stricte des pouvoirs, avec un exécutif de cinq membres (Directoire) nommés mais non révocables. La paralysie des institutions est ainsi complète, offrant pour unique solution le coup d'État : le quatrième du genre, fomenté par Bonaparte le 18 brumaire de l'an VIII (9 nov. 1799), sera le bon.

  • Constitution de l'An VIII Régime taillé sur mesure pour Bonaparte, cette Constitution est adoptée par référendum le 7 février 1800 (7 millions d'électeurs : « oui » 3 millions, « non » 1 562, abs. 4 millions). Tous les pouvoirs vont au Premier consul désigné pour dix ans, assisté du Conseil d'État, rédacteur des lois et des règlements administratifs. Un « Sénat conservateur », nommé et inamovible, un Tribunat et un Corps législatif, renouvelés annuellement par cinquième à partir d'une liste nationale, forment un théâtre d'ombres. Par sénatus-consultes, on passe au consulat à vie en 1802, puis à l'empire héréditaire en 1804.

  • Charte de 1814 « Octroyée » par Louis XVIII, la Charte du 4 juin 1814 entend conjuguer « les temps anciens et les temps modernes ». Elle confirme des droits gagnés en 1789 (égalité devant la loi, liberté individuelle, presse) et le Code civil de 1804. Inspirée du modèle britannique, elle réintroduit la monarchie parlementaire : le roi chef de l'exécutif, une Chambre des pairs nommés à vie ou héréditaires, une Chambre des députés renouvelée chaque année par cinquième au suffrage censitaire, des ministres responsables pénalement. Le régime, souple et adaptable, tombera par la faute de Charles X et des « ultras », partisans de l'absolutisme.

  • Charte de 1830 Version amendée de la Charte de 1814, la Charte du 14 août 1830 et les lois qui la compléteront confortent le parlementarisme libéral bourgeois. L'initiative des lois est partagée entre le roi « des Français » et les Chambres. Le droit de veto du roi tombe en désuétude. Le ministère est choisi par le roi dans la majorité et se retire s'il est mis en minorité. Le contrôle budgétaire des députés s'accentue. La pairie héréditaire est supprimée et la Chambre haute, purgée de ses ultras, marginalisée. Le maintien du cens, bien qu'élargi (241 000 électeurs en 1846), sera l'une des causes de la chute de ce régime.

  • Consti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONSTITUTIONS FRANÇAISES  » est également traité dans :

CHARTE DE 1830

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 259 mots

Après l'abdication de Charles X et la proclamation de Louis-Philippe d'Orléans comme lieutenant général du royaume, les députés libéraux, réunis le 3 août 1830, se prononcent pour une révision de la Charte de 1814. Le député Bérard présente un projet repris et remanié par un petit groupe dans lequel le duc de Broglie et Guizot jouent un rôle important. C'est Dupin qui est chargé de présenter aux d […] Lire la suite

CONSTITUTION FRANÇAISE DE 1791

  • Écrit par 
  • Nicolas NITSCH
  •  • 485 mots

Première constitution écrite de France, la Constitution du 3 septembre 1791 inclut la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789. C'est dire qu'elle incarne les idéaux de la Révolution dans leur forme originelle. Rédigée par l'Assemblée nationale constituante, elle reflète les grandes idées de l'époque : le droit de vote, la souveraineté nationale, les limitations apportées à […] Lire la suite

CONSTITUTION FRANÇAISE DE 1793

  • Écrit par 
  • Nicolas NITSCH
  •  • 425 mots

La Constitution montagnarde du 24 juin 1793 présente la particularité de n'avoir jamais été appliquée. Elle succède au projet de constitution très décentralisateur préparé par la Convention girondine et qui n'avait pas été adopté. La Constitution montagnarde n'en reste pas moins inspirée de la Convention qu'elle perpétue, puisqu'elle instaure un régime d'assemblée. Approuvée par référendum dans de […] Lire la suite

CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Arnaud LE PILLOUER
  •  • 3 429 mots
  •  • 4 médias

Contrairement à une opinion dominante, le texte constitutionnel de 1958 a en partie seulement été inspiré par les idées du général de Gaulle. Certes, rappelé au pouvoir à la suite des événements du 13 mai 1958 et apparaissant aux yeux de tous comme l'unique recours, il a été en mesure d'imposer une grande partie de ses conceptions . Mais il ne faut pas oublier que les circonstances (l'abandon par […] Lire la suite

CONSTITUTION FRANÇAISE DE L'AN III

  • Écrit par 
  • Nicolas NITSCH
  •  • 461 mots

Votée par la Convention plus d'un an après la chute de Robespierre, approuvée par référendum, la Constitution du 5 fructidor an III, c'est-à-dire du 22 août 1795, est, avec ses 377 articles, la plus longue Constitution de notre histoire. Elle a été appliquée durant quatre ans, jusqu'au coup d'État de Bonaparte, le 18 brumaire an VIII. Les Constituants, apparemment fort satisfaits de leur œuvre, av […] Lire la suite

DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Gérard COHEN-JONATHAN, 
  • Pierre LAVIGNE, 
  • Marcel PRÉLOT
  • , Universalis
  •  • 24 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De nouvelles déclarations »  : […] Il y a officiellement quatre tentatives pour refaire la Déclaration, dont deux seulement ont abouti à un texte appliqué. La Déclaration de 1793, ou de l'an I, est celle qui « marque le mieux le point culminant auquel la Révolution a atteint » (Emile Acollas, Philosophie de la science politique et commentaire de la Déclaration des droits de l'homme de 1793 ). Elle esquisse certaines perspectives so […] Lire la suite

PROMULGATION DE LA CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Wanda MASTOR
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Adoptée par référendum le 28 septembre et promulguée le 4 octobre 1958, la Constitution de la V e  République a pu être présentée au départ comme consacrant un régime parlementaire. Les critères permettant habituellement d'identifier un tel régime sont bien réunis : exécutif bicéphale, responsabilité du gouvernement devant le Parlement, droit de dissolution, règle du contreseing. Sous l'impulsion […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian HERMANSEN, « CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/constitutions-francaises-reperes-chronologiques/