TERREUR LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « volonté punitive » engendrée par une réaction d'autodéfense s'observe d'une manière constante depuis le début de la Révolution française. Elle éclate au grand jour lors des « émotions » populaires, le 14 juillet 1789, le 10 août, pendant les massacres de Septembre. Le désir de créer des tribunaux spéciaux, chargés de juger les crimes contre-révolutionnaires, se manifeste dès les premiers jours de la Commune insurrectionnelle : le 17 août 1792, elle obtient la création d'un tribunal extraordinaire, dont les jugements ne pourraient faire l'objet d'un recours en cassation. La Convention girondine fit supprimer ce tribunal dès le 29 novembre suivant.

Devant la montée des périls extérieurs et des troubles intérieurs, la Convention montagnarde ramena la Terreur à l'ordre du jour et en fit un moyen de gouvernement. Il ne s'agit plus seulement de juger les contre-révolutionnaires, mais tous ceux qui ne sont pas de bons citoyens, de vrais sans-culottes. Toute une administration terroriste s'installe au printemps 1793 et, le 5 septembre, la Convention « met la Terreur à l'ordre du jour ».

Les comités de surveillance, créés le 21 mars 1793, furent soumis le 17 septembre suivant au contrôle du Comité de sûreté générale. Le 10 mars 1793 fut créé le Tribunal révolutionnaire, appelé à juger de tous les crimes contre-révolutionnaires, sans appel ni recours, suivant une procédure simplifiée que la loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) rendit encore plus sommaire : la défense et l'interrogatoire préalable des accusés étaient supprimés, les jurés pouvaient se contenter de preuves morales, le tribunal n'avait plus le choix qu'entre l'acquittement ou la mort. « Il ne s'agit plus de punir les ennemis de la patrie, il s'agit de les anéantir. » À cela vient s'ajouter la pratique de l'amalgame qui permet de juger ensemble des hommes qui n'ont d'autre point commun que d'être solidaires dans leurs menées contre la nation. Les « conspirations des prisons », établies sur de bien faibles indices, permettent d'expédier à la guillotine des fournées considérables dans ce début de l'été 1794.

Après avoir frappé les seuls contre-révolutionnaires, on vise les modérés, les commerçants suspects d'avoir vendu au-dessus du maximum, les accapareurs, les prêtres, les fidèles, les coupables de propos trop critiques ou moqueurs, finalement n'importe qui, et c'est bien là le principe de la Terreur : chacun doit être menacé pour se comporter en excellent sans-culotte.

Certains départements ont connu une Terreur extrêmement violente dirigée par les représentants en mission, en particulier lors de la répression de l'insurrection fédéraliste ou de la rébellion vendéenne. Tallien à Bordeaux, Barras et Fréron à Toulon, Collot d'Herbois et Fouché à Lyon, Carrier à Nantes anéantirent de leur mieux les ennemis de la République, quitte à remplacer la guillotine par d'autres moyens plus expéditifs : noyades ou mitraille. Ces divers champs d'action ne connaîtront pas une répression de même envergure ni surtout de même longueur. Au début du printemps de 1794, l'usage de la guillotine se fait nettement plus parcimonieux en province. Par contre, à partir de la loi du 22 prairial, la « Grande Terreur » multiplie, du moins à Paris, ses ravages à un rythme terrifiant : c'est le moment où la machine s'affole, où, suivant l'expression de Fouquier-Tinville, « les têtes tombent comme des ardoises », où naît le dégoût du sang, où personne ne se sent à l'abri. Si la Terreur a été la « force coactive » qui a permis aux Montagnards de triompher de leurs ennemis, elle a détourné de la Révolution bon nombre de ceux qui avaient applaudi à ses commencements. Le ressentiment contre les « hommes de sang » subsistera longtemps après le 9 thermidor et explique la désaffection des Français pour la République au début du xixe siècle.

Le bilan de la Terreur peut s'établir approximativement. Le plus difficile est d'évaluer le nombre des détenus : entre 100 000 et 300 000 selon les estimations. On s'accorde mieux à situer entre 35 000 et 40 000 le total des exécutions pour toute la France, en additionnant les exécutions sommaires, en répression des rébellions, aux condamnations légalement portées. Pour ces dernières (sentences de mort prononcées par les tribunaux révolutionnaires et diverses juridictions [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, bibliothécaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris

Classification

Autres références

«  TERREUR LA  » est également traité dans :

CARRIER JEAN-BAPTISTE (1756-1794)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 219 mots

Le plus fameux de ceux que Michelet a appelés « les missionnaires de la Terreur ». Fils d'un cultivateur aisé du Cantal, procureur à la veille de la Révolution, Carrier est élu par son département d'origine à la Convention. Il siège à la Montagne, vote la mort du roi, prend parti contre les Girondins. C'est dans sa mission à Nantes qu'il révèle un tempérament sanguinaire que la tradition a peut-êt […] Lire la suite

CI-DEVANT

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 517 mots

L'expression de ci-devant se dit fréquemment au xvii e et au xviii e siècle des personnes et des choses dépossédées de leur état ou de leur qualité. Le terme en vint à désigner pendant la Révolution les anciens nobles. Si Chateaubriand a pu dire que « les plus grands coups portés à l'antique constitution de l'État le furent par des gentilshommes ; les patriciens commencèrent la Révolution », la […] Lire la suite

COLLOT D'HERBOIS JEAN-MARIE COLLOT dit (1750-1796)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 341 mots

Le nom de Collot d'Herbois ne serait certainement pas passé à la postérité si son titulaire avait limité ses activités au monde théâtral qui fut celui de sa jeunesse. Les quinze pièces qu'il fit jouer sur diverses scènes ont depuis longtemps disparu des répertoires ; quant à son talent d'acteur, il fut, semble-t-il, très discuté. En revanche, la Révolution révèle en Collot d'Herbois un orateur pop […] Lire la suite

FÉDÉRALISTES, Révolution française

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 472 mots

La défaite des Girondins dans leur lutte contre les Montagnards, le 2 juin 1793, moment capital dans l'histoire de la Révolution française, a une signification moins sociale que géographique ; c'est la défaite de la province devant Paris, des partisans d'une fédération de départements contre les tenants de la centralisation. Une défaite qui pèsera lourd dans l'histoire politique de la France. Dans […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les trois moments de la Révolution française »  : […] Rappelons les enjeux de la Révolution française, tels qu'ils furent perçus par les contemporains, puis véhiculés par le discours sur la Révolution, jusqu'à la fin de la III e  République. Globalement, ce que l'on qualifia rapidement de Révolution française fut séparé en trois moments ; et l'on put, par la suite, décréter n'adhérer qu'aux principes de l'un ou l'autre de chacun d'entre eux. Il y ava […] Lire la suite

FRÉRON LOUIS MARIE STANISLAS (1754-1802)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 363 mots

Fils d'Élie Fréron, Stanislas, ainsi prénommé en l'honneur du bon roi polonais de Nancy et de Lunéville, hérita de son père son goût pour les pugnacités du métier de publiciste, mais se sépara de lui par son engouement pour les idées révolutionnaires. En 1790, ayant déjà une bonne pratique du journalisme, il fonde L'Orateur du peuple  ; il se donne alors pour le brillant second (et presque la doub […] Lire la suite

INDULGENTS

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 359 mots

Au sein du parti montagnard s'est développé en France, devant les excès de la Terreur, un mouvement qui reçut le nom de faction des indulgents. Ces indulgents souhaitent un retour à la paix intérieure et extérieure et la fin des excès terroristes. Leur chef de file est Danton, leur porte-parole Camille Desmoulins qui fonde un journal, Le Vieux Cordelier , le 5 décembre 1793. Ce journal ne connaît […] Lire la suite

LIBERTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 519 mots

Dans le chapitre « La liberté dans la Cité »  : […] Un autre champ de signification de la liberté est la liberté politique, qui soulève une question majeure : peut-il exister une forme d’organisation sociale qui soit compatible avec les libertés individuelles ? Nul n’a mieux formulé cette difficulté que Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), en définissant le pacte social en 1762 : « Trouver une forme d'association qui défende et protège de toute la […] Lire la suite

POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Vincent DENIS
  •  • 3 210 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Terreur et le retour de la « police générale » (1792-1794) »  : […] Les oppositions croissantes, l'entrée en guerre contre les monarchies européennes, l'insurrection du 10 août 1792 – qui aboutit à la chute de la monarchie – puis la dictature jacobine (1792-1794) entraînent une double évolution. C'est le renouveau d'une conception traditionnelle et extensive de la police, assimilée à l'exercice du gouvernement tout entier, sous la dénomination de « police générale […] Lire la suite

PRAIRIAL AN II LOI DU 22 (1794)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 351 mots

La loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) est restée célèbre dans l'histoire de la Révolution française pour avoir porté la Terreur à son apogée. Deux jours après la fête de l'Être suprême qui a consacré la domination de Robespierre et laissé croire qu'il allait fermer « l'abîme de la Révolution », Couthon fait voter par la Convention une loi qui renforce le système terroriste. Déjà un décret du […] Lire la suite

Les derniers événements

3 juin 2019 Sri Lanka. Démission des ministres musulmans.

Les démissionnaires dénoncent l’atmosphère de « terreur » dans laquelle vivent leurs coreligionnaires. En mai, des émeutes fomentées dans le nord-est de l’île par des bouddhistes et des chrétiens contre des commerçants musulmans ont fait un mort. […] Lire la suite

6-25 avril 2019 Soudan. Renversement du président Omar el-Béchir.

Le numéro deux du TMC est le colonel Mohamed Hamdan Dogolo, dit « Hemedti », le chef de la Force de soutien rapide, une puissante organisation paramilitaire issue d’une importante milice janjawid qui semait la terreur au Darfour. Le 13, le chef du puissant National Intelligence and Security Service (NISS) – les services de sécurité et de renseignement –, Salah Gosh, démissionne. […] Lire la suite

29 janvier 2017 Canada. Offre de permis de résidence temporaire aux étrangers interdits de séjour aux États-Unis.

La veille, le Premier ministre Justin Trudeau avait tweeté : « À ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre, sachez que le Canada vous accueillera indépendamment de votre foi. » […] Lire la suite

6-7 août 2016 Belgique. Attentat revendiqué par l'EI.

Le Premier ministre Charles Michel décide de maintenir le niveau d’alerte anti-terroriste dans le pays à 3 sur 4, demandant de « ne pas céder à la panique ni sombrer dans la terreur, [car] c’est le piège qui nous est tendu ». […] Lire la suite

5-24 juillet 2014 Irak. Persécution des chrétiens par l'État islamique

Des centaines de milliers d'habitants de la zone ont déjà quitté leurs foyers pour se réfugier principalement dans la région voisine du Kurdistan irakien en raison du régime de terreur instauré par l'E.I. Le 24, le Parlement élit Fouad Massoum à la présidence de la République. Celui-ci succède à Jalal Talabani; il appartient comme lui à la communauté kurde. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DÉRENS, « TERREUR LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-terreur/