TERREUR LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « volonté punitive » engendrée par une réaction d'autodéfense s'observe d'une manière constante depuis le début de la Révolution française. Elle éclate au grand jour lors des « émotions » populaires, le 14 juillet 1789, le 10 août, pendant les massacres de Septembre. Le désir de créer des tribunaux spéciaux, chargés de juger les crimes contre-révolutionnaires, se manifeste dès les premiers jours de la Commune insurrectionnelle : le 17 août 1792, elle obtient la création d'un tribunal extraordinaire, dont les jugements ne pourraient faire l'objet d'un recours en cassation. La Convention girondine fit supprimer ce tribunal dès le 29 novembre suivant.

Devant la montée des périls extérieurs et des troubles intérieurs, la Convention montagnarde ramena la Terreur à l'ordre du jour et en fit un moyen de gouvernement. Il ne s'agit plus seulement de juger les contre-révolutionnaires, mais tous ceux qui ne sont pas de bons citoyens, de vrais sans-culottes. Toute une administration terroriste s'installe au printemps 1793 et, le 5 septembre, la Convention « met la Terreur à l'ordre du jour ».

Les comités de surveillance, créés le 21 mars 1793, furent soumis le 17 septembre suivant au contrôle du Comité de sûreté générale. Le 10 mars 1793 fut créé le Tribunal révolutionnaire, appelé à juger de tous les crimes contre-révolutionnaires, sans appel ni recours, suivant une procédure simplifiée que la loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) rendit encore plus sommaire : la défense et l'interrogatoire préalable des accusés étaient supprimés, les jurés pouvaient se contenter de preuves morales, le tribunal n'avait plus le choix qu'entre l'acquittement ou la mort. « Il ne s'agit plus de punir les ennemis de la patrie, il s'agit de les anéantir. » À cela vient s'ajouter la pratique de l'amalgame qui permet de juger ensemble des hommes qui n'ont d'autre point commun que d'être solidaires dans leurs menées contre la nation. Les « conspira [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, bibliothécaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  TERREUR LA  » est également traité dans :

CARRIER JEAN-BAPTISTE (1756-1794)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 219 mots

Le plus fameux de ceux que Michelet a appelés « les missionnaires de la Terreur ». Fils d'un cultivateur aisé du Cantal, procureur à la veille de la Révolution, Carrier est élu par son département d'origine à la Convention. Il siège à la Montagne, vote la mort du roi, prend parti contre les Girondins. C'est dans sa mission à Nantes qu'il révèle un tempérament sanguinaire que la tradition a peut-êt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-carrier/#i_40561

CI-DEVANT

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 517 mots

L'expression de ci-devant se dit fréquemment au xvii e et au xviii e siècle des personnes et des choses dépossédées de leur état ou de leur qualité. Le terme en vint à désigner pendant la Révolution les anciens nobles. Si Chateaubriand a pu dire que « les plus grands coups portés à l'antique con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ci-devant/#i_40561

COLLOT D'HERBOIS JEAN-MARIE COLLOT dit (1750-1796)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 341 mots

Le nom de Collot d'Herbois ne serait certainement pas passé à la postérité si son titulaire avait limité ses activités au monde théâtral qui fut celui de sa jeunesse. Les quinze pièces qu'il fit jouer sur diverses scènes ont depuis longtemps disparu des répertoires ; quant à son talent d'acteur, il fut, semble-t-il, très discuté. En revanche, la Révolution révèle en Collot d'Herbois un orateur pop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collot-d-herbois/#i_40561

FÉDÉRALISTES, Révolution française

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 472 mots

La défaite des Girondins dans leur lutte contre les Montagnards, le 2 juin 1793, moment capital dans l'histoire de la Révolution française, a une signification moins sociale que géographique ; c'est la défaite de la province devant Paris, des partisans d'une fédération de départements contre les tenants de la centralisation. Une défaite qui pèsera lourd dans l'histoire politique de la France. Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federalistes-revolution-francaise/#i_40561

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 922 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les trois moments de la Révolution française »  : […] Rappelons les enjeux de la Révolution française, tels qu'ils furent perçus par les contemporains, puis véhiculés par le discours sur la Révolution, jusqu'à la fin de la III e  République. Globalement, ce que l'on qualifia rapidement de Révolution française fut séparé en trois moments ; et l'on put, par la suite, décréter n'adhérer qu'aux principes de l'un ou l'autre de cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-temps-des-revolutions/#i_40561

FRÉRON LOUIS MARIE STANISLAS (1754-1802)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 363 mots

Fils d'Élie Fréron, Stanislas, ainsi prénommé en l'honneur du bon roi polonais de Nancy et de Lunéville, hérita de son père son goût pour les pugnacités du métier de publiciste, mais se sépara de lui par son engouement pour les idées révolutionnaires. En 1790, ayant déjà une bonne pratique du journalisme, il fonde L'Orateur du peuple  ; il se donne alors pour le brillant seco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-marie-stanislas-freron/#i_40561

INDULGENTS

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 359 mots

Au sein du parti montagnard s'est développé en France, devant les excès de la Terreur, un mouvement qui reçut le nom de faction des indulgents. Ces indulgents souhaitent un retour à la paix intérieure et extérieure et la fin des excès terroristes. Leur chef de file est Danton, leur porte-parole Camille Desmoulins qui fonde un journal, Le Vieux Cordelier , le 5 décembre 1793. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indulgents/#i_40561

LIBERTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 519 mots

Dans le chapitre « La liberté dans la Cité »  : […] Un autre champ de signification de la liberté est la liberté politique, qui soulève une question majeure : peut-il exister une forme d’organisation sociale qui soit compatible avec les libertés individuelles ? Nul n’a mieux formulé cette difficulté que Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), en définissant le pacte social en 1762 : « Trouver une forme d'association qui défende et protège de toute la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte-notions-de-base/#i_40561

POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Vincent DENIS
  •  • 3 209 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Terreur et le retour de la « police générale » (1792-1794) »  : […] Les oppositions croissantes, l'entrée en guerre contre les monarchies européennes, l'insurrection du 10 août 1792 – qui aboutit à la chute de la monarchie – puis la dictature jacobine (1792-1794) entraînent une double évolution. C'est le renouveau d'une conception traditionnelle et extensive de la police, assimilée à l'exercice du gouvernement tout entier, sous la dénomination de « police générale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-sous-la-revolution-et-l-empire/#i_40561

PRAIRIAL AN II LOI DU 22 (1794)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 351 mots

La loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) est restée célèbre dans l'histoire de la Révolution française pour avoir porté la Terreur à son apogée. Deux jours après la fête de l'Être suprême qui a consacré la domination de Robespierre et laissé croire qu'il allait fermer « l'abîme de la Révolution », Couthon fait voter par la Convention une loi qui renforce le système terroriste. Déjà un décret du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-du-22-prairial-an-ii/#i_40561

PROSTITUTION DE 1789 À 1949

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 2 194 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Révolution française contre la dépravation des mœurs »  : […] Les cahiers de doléances rédigés pour la réunion des États généraux de 1789 réclament un contrôle du recrutement des prostituées et des réseaux de maquerellage, la concentration géographique des filles de joie et la répression de la prostitution non dissimulée, sans toutefois chercher les causes du phénomène. Les révolutionnaires, qui lient la liberté aux bonnes mœurs publiques, jugent sévèrement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution/#i_40561

QUATREVINGT-TREIZE, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 149 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers la concorde nationale »  : […] Toute sa vie, Hugo eut présente à l'esprit la Révolution française. S'il acceptait aisément 1789 qui libérait le peuple de son joug, il refusa longtemps 1793, la Terreur et ses luttes fratricides. N'était-il pas le fils d'une vendéenne et d'un officier républicain ? Pourtant, à mesure qu'évoluaient ses idées politiques, il finit par admettre que les bienfaits de la Révolution étaient plus importan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrevingt-treize/#i_40561

RÉVOLUTION FRANÇAISE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

La décision des États généraux, convoqués par Louis XVI pour résoudre la crise financière du royaume, de se constituer en Assemblée nationale est une révolution politique. Désormais, la souveraineté n'appartient plus au roi mais au peuple, qui devient le fondement du pouvoir politique, alors même que l'individu, en faveur de qui est promulguée la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise-en-bref/#i_40561

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'impossible arrêt de la Révolution (avril-juillet 1794) »  : […] La partie n'est pas gagnée pour autant. Les robespierristes, soucieux de conjuguer Terreur et vertu, doivent encore continuer la centralisation de la Révolution. Ils rappellent les représentants les plus radicaux comme Dartigoeyte ou Javogues, et suppriment progressivement toutes les commissions militaires et autres tribunaux d'exception qui échappent au contrôle parisien (la commission d'Orange, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_40561

RÉVOLUTION FRANÇAISE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 171 mots

17 juin 1789 Les États généraux, ouverts depuis le 5 mai, se constituent en Assemblée nationale. 14 juillet 1789 Prise de la Bastille. 4 août 1789 Abolition des privilèges. 26 août 1789 Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Juillet 1790 Vote de la C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise-reperes-chronologiques/#i_40561

ROBESPIERRE MAXIMILIEN DE (1758-1794)

  • Écrit par 
  • Marcel REINHARD
  •  • 2 438 mots

Dans le chapitre « Un dictateur ou un membre contesté du Comité de salut public ? »  : […] La conjoncture était catastrophique, tant au-delà des frontières qu'à l'intérieur de la République, les ennemis étaient déchaînés et victorieux, les révolutionnaires demeuraient divisés. Le Comité de salut public organisa une lutte implacable contre les ennemis déclarés, mais il fallut louvoyer pour éviter les ruptures entre révolutionnaires. Robespierre accepta lui aussi, sous la pression des Enr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximilien-de-robespierre/#i_40561

SAINT-JUST LOUIS (1767-1794)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 1 582 mots

Dans le chapitre « Le Montagnard »  : […] À la Convention, Saint-Just s'impose comme l'un des principaux orateurs de la Montagne dès le procès de Louis XVI. « On ne peut point régner innocemment, affirme-t-il, le 13 novembre 1792. Tout roi est un rebelle et un usurpateur. » Il joue un rôle important dans la rédaction de la Constitution de 1793 et dans la lutte qui oppose les Montagnards aux Girondins. Entré au Comité de salut public, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-saint-just/#i_40561

SEPTEMBRE MASSACRES DE (1792)

  • Écrit par 
  • Bernard PLONGERON
  •  • 912 mots

Rien de plus ambigu que le cri, lancé à Paris, au mois d'août 1792 : « La patrie en danger ! » Le péril est-il à l'intérieur, où de nombreuses perquisitions, chez les prêtres réfractaires, débusquent des agences royalistes et prouvent les complicités épistolaires avec les émigrés ? Est-il à l'extérieur, d'où parviennent de sinistres nouvelles : passage de la frontière du duc de Brunswick à la tête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/massacres-de-septembre/#i_40561

SUSPECTS LOI DES (1793)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 245 mots

Votée le 12 août 1793, en pleine Terreur dont elle devient le meilleur instrument, la loi des suspects voit son champ d'application, déjà fort vaste, singulièrement élargi par le décret du 17 septembre. Elle permet l'arrestation immédiate, sans motif comme sans preuve, de tous ceux qui « n'ont pas constamment manifesté leur attachement à la Révolution » ou de ceux qui « n'ayant rien fait contre la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-des-suspects/#i_40561

TALLIEN JEAN LAMBERT dit (1767-1820)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 555 mots

Fils d'un maître d'hôtel du comte de Bercy, clerc de notaire puis de procureur, Tallien fait ses premières armes de militant révolutionnaire en fondant (1790) la Société fraternelle du faubourg Saint-Antoine, puis (1791) un journal maratiquement intitulé L'Ami du citoyen . Député à la Convention, il siège à la Montagne, vote avec les régicides, est élu au Comité de sûreté gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tallien/#i_40561

TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 872 mots

Entre 1792 et 1794, pendant la Terreur, le Tribunal révolutionnaire de Paris fut l'un des organismes les plus célèbres. Un premier tribunal révolutionnaire, connu sous le titre de tribunal criminel extraordinaire, avait été institué le 17 août 1792. Formé de juges et de jurés, élus par les sections parisiennes, il eut à s'occuper de soixante et une affaires et prononça vingt et une condamnations à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribunal-revolutionnaire/#i_40561

VENDÉE GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 443 mots

Dans le chapitre « L'échec de la Vendée et sa répression »  : […] Après une offensive qui échoue du fait de rivalités politiques, les républicains reprennent l'initiative, et l'essentiel des armées vendéennes est écrasé lors de la bataille de Cholet, le 17 octobre 1793. Dans ce qui va s'appeler la Virée de Galerne, plusieurs dizaines de milliers de Vendéens (dont des femmes et des enfants), rejoints par les chouans, traversent le Maine et la Bretagne, jusqu'à G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-vendee/#i_40561

Pour citer l’article

Jean DÉRENS, « TERREUR LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-terreur/