L'ILLUSION COMIQUE, Pierre CorneilleFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comment défendre le théâtre et les comédiens au moyen du théâtre ? Comment, lorsqu'on est Pierre Corneille (1606-1684), poète dramatique de bientôt trente ans, déjà assez connu à Paris, auteur d'une tragi-comédie (Clitandre, 1631), de quatre comédies (Mélite, 1629-1630 ; La Veuve, 1632 ; La Galerie du palais, 1633 ; La Place royale, 1634) et d'une tragédie (Médée, 1635), acquérir une notoriété suffisante pour envisager d'être un véritable professionnel ? Comment, en suivant la mode de l'illusion à l'espagnole et le thème baroque du « grand théâtre du monde », plaider pour le théâtre – cet art neuf adulé à la ville et pourtant menacé par les défenseurs d'une morale stricte – et rendre compte de la complexité de l'univers, pris entre le rêve, l'illusion et le réel ? Comment, enfin, répondre à la commande de Montdory, chef de la troupe du Théâtre du Marais, qui souhaite attirer un public nourri grâce à quelques scènes majeures dans lesquelles il pourra employer Bellemore, un acteur qui sait jouer les fanfarons, donc les Matamore ? L'Illusion comique répond à ces questions avec tout le brio possible.

Représentée pour la première fois à la fin de 1635, L'Illusion comique n'est publiée qu'en 1639, et sera modifiée – accompagnée d'un Examen – en 1660, de manière à mieux correspondre aux bienséances, mais aussi à rehausser la pièce en la rendant capable de traiter une question plus noble et plus générale : la comédie ne sera plus alors que L'Illusion. Dès le titre original (L'Illusion comique, comédie), le principe d'une pluralité de sens s'affirme : l'illusion est à la fois celle de la « comédie » en général, entendons du théâtre ; celle d'un genre particulier, la comédie ; celle de l'art du comédien – et de l'auteur de théâtre – qui doivent entraîner le spectateur à croire à cette illusion représentée ; l'illusion aussi que [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  L'ILLUSION COMIQUE, Pierre Corneille  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La tragi-comédie »  : […] Reste que le genre dramatique le plus célébré et aimé durant ce premier tiers du siècle, c’est la tragi-comédie. D’esprit romanesque, pittoresque et ornementé, libre de régulations, ce genre aux frontières floues, inspiré de la dramaturgie soutenue à l’espagnole, met en scène le plus souvent, avec force déguisements, masques et confusions d’identité, les amours mouvementées de princes et de grand […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « Le classicisme français »  : […] Le classicisme apparaît, à sa date, comme un réveil tardif de la poussée vitale qui avait produit la comedia , la commedia dell'arte et le drame élisabéthain. Seulement, au baroque triomphant dans ces trois écoles il oppose un parti pris de stricte économie des moyens. Si cette volonté n'a pas été stérilisante, c'est principalement grâce à l'étonnante conjonction, en un demi-siècle, de trois des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « L'ILLUSION COMIQUE, Pierre Corneille - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-illusion-comique/