BURLESQUE COMÉDIE, cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une pléiade de génies

Comme il était fatal, certaines personnalités émergèrent du bataillon des clowns. Au comique unanimiste, hâtif et inspiré, de Mack Sennett se substituèrent, au cours des années vingt, les silhouettes affirmées de Charlot, Buster Keaton, Harry Langdon, Harold Lloyd, Laurel et Hardy. On ne dira jamais assez la prodigieuse richesse de cette période. Longtemps, Chaplin, seul, retint l'attention, mais nous savons aujourd'hui que Buster Keaton est au moins son égal. Nous savons aussi que le mystérieux message de Harry Langdon, aussi troublant que la plus fine poésie surréaliste, n'a pas fini d'être entendu. Quant aux courts métrages de Laurel et Hardy, dirigés à l'époque par Leo Mac Carey dans le sens de l'épopée burlesque, leur force comique n'a jamais été égalée.

Laurel et Hardy

Photographie : Laurel et Hardy

Photographie

Les comédiens Stan Laurel (1890-1965) et Oliver Hardy (1892-1957), en costume marin, ont une curieuse manière de jouer aux dames dans le film de James Parrot Les Bons Petits Diables (Brats), en 1930. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Buster Keaton

Photographie : Buster Keaton

Photographie

L'acteur comique américain Buster Keaton (1895-1966), de son vrai nom Joseph Francis Keaton. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Cette fois, les personnages sont fixés avec la dernière précision. Le trait physique, le costume, l'accessoire, un certain mode de réaction en face du monde ont désormais valeur de signes. L'abstraction est inscrite dans les lois du genre. Ainsi, la démarche de Charlot, le visage impassible de Buster Keaton, le regard rond et fixe de Harry Langdon, une certaine malice sous les lunettes d'écailles de Harold Lloyd, le sourire niais de Stan Laurel et le rictus vaniteux d'Oliver Hardy. On voit bien alors que la singularité ne peut s'imposer de manière arbitraire. Elle ne serait alors qu'extravagance. Le génie des grands comiques est de découvrir, par une sorte de réduction à l'essentiel, une attitude humaine fondamentale, et d'en tirer toutes les conséquences.

Harold Lloyd

Photographie : Harold Lloyd

Photographie

Harold Lloyd dans Monte là-dessus (Safety Last, 1923 ), film muet de Fred Newmeyer. 

Crédits : Evening Standard/ Getty Images

Afficher

Ainsi, le vouloir-vivre de Chaplin-Charlot, sensible dès ses premières apparitions et qui sera le moteur constant de son œuvre : « La vie est aussi inévitable que la mort », dira-t-il dans Limelight.

Limelight, C. Chaplin

Photographie : Limelight, C. Chaplin

Photographie

Charlie Chaplin (1889-1977) et Buster Keaton (1895-1966) dans Limelight (Les Feux de la rampe), film produit et réalisé par Charlie Chaplin en 1952. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Ainsi, chez Keaton, une faculté d'attention jamais démentie, presque absolue. À ceux qui lui demandaient pourquoi on ne l'avait jamais vu rire sur un écran, il répondait simplement : « Je me concentre sur ce q [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Laurel et Hardy

Laurel et Hardy
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Buster Keaton

Buster Keaton
Crédits : Hulton Getty

photographie

Harold Lloyd

Harold Lloyd
Crédits : Evening Standard/ Getty Images

photographie

Limelight, C. Chaplin

Limelight, C. Chaplin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BURLESQUE COMÉDIE, cinéma  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 484 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une floraison de genres »  : […] Sans être aussi marquée que dans le cinéma américain, la division du cinéma britannique en genres précis s'est vite imposée. Si les Anglais sont connus pour leur sens de l'humour « à froid », la comédie britannique offre une belle variété de sous-genres. Les artistes burlesques venus de la scène, au temps du muet, firent carrière outre-Atlantique (Charles Chaplin, Stan Laurel), mais l'arrivée du […] Lire la suite

ARBUCKLE ROSCOE (1887-1933)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 598 mots

Comédien et réalisateur américain, Roscoe Arbuckle vit sa brillante carrière interrompue par le premier des grands scandales hollywoodiens. Né le 24 mars 1887 à Smith Center, au Kansas, Roscoe Conkling Arbuckle se produit dès l'âge de dix-douze ans dans des spectacles amateurs, dont l'entrée est fixée à cinq dollars. À vingt ans, ce jeune homme est déjà un vieil habitué des spectacles de variété […] Lire la suite

CAPRA FRANK (1897-1991)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 807 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cinéaste du New Deal »  : […] L'itinéraire de Frank Capra est celui d'un petit Sicilien né à Palerme le 18 mai 1897, fils d'un ramasseur d'oranges, arrivé aux États-Unis à l'âge de six ans et désireux d'avoir un jour, selon le titre original de son autobiographie, The Name above the Title ( Le Nom au-dessus du titre ). Après avoir travaillé pour pouvoir se payer des études de technologie en Californie, il engage un vieil acte […] Lire la suite

CHAPLIN CHARLIE

  • Écrit par 
  • Francis BORDAT
  •  • 3 964 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'enfance londonienne »  : […] Charles Spencer Chaplin est né à Londres le 16 avril 1889, de parents artistes de music-hall. Sa mère Hannah l'élève seule avec son demi-frère aîné Sydney tandis que son père sombre dans l'alcoolisme, fléau du music-hall londonien. L'absence de succès professionnel de la jeune femme et la maladie mentale qui la ronge plongent la famille dans le dénuement. Quand elle est internée en 1896, Charles e […] Lire la suite

CHARLIE CHAPLIN CRÉE "CHARLOT"

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 233 mots

Dans Pour gagner sa vie , son premier film pour la compagnie Keystone, où il vient d'être engagé en février 1914 afin de tourner sous la direction de Henry Lehrman, Charlie Chaplin (1889-1977), tel un lord anglais, s'est vu affubler d'une moustache tombante, d'une redingote, d'un huit-reflets, de guêtres et d'un monocle. Peu satisfait, il décide, dans son deuxième film tourné la même année ( Charl […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Sagas nordiques et démons germaniques »  : […] Au moment où les cinéastes américains captent la lumière crue du soleil californien, les réalisateurs suédois découvrent à leur tour la magie du paysage naturel. À propos du Trésor d'Arne (1919), où Mauritz Stiller montrait un cortège funèbre cheminant sur les glaces qui enserrent la coque d'un navire, Léon Moussinac écrivait : « Avec quelle puissance singulière le décor ainsi utilisé accuse le […] Lire la suite

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Un genre iconoclaste »  : […] La recette tend à se figer à partir de la fin des années 1930-1940, même si certains perpétuent le genre avec talent, tels Lubitsch [ Cluny Brown ( La Folle Ingénue , 1946)], Cukor [( Adam's Rib ( Madame porte la culotte , 1949)] ou Hawks [ I Was a Male War Bride ( Allez coucher ailleurs , 1948) ; Monkey Business ( Chérie, je me sens rajeunir , 1952) ou Man's Favorite Sport ? ( Le Sport favori […] Lire la suite

EDWARDS BLAKE (1922-2010)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 952 mots

Son grand-père dirigeait des films muets, son père fut metteur en scène de théâtre et directeur de production. C'est donc tout naturellement que William Blake Crump (dit Blake Edwards), né à Tulsa (Oklahoma) le 26 juillet 1922, se tourne vers le spectacle. Il débute à Los Angeles avec des émissions de radio (pour Dick Powell) et des séries T.V., avant de jouer dès 1942 des petits rôles au cinéma. […] Lire la suite

FIELDS WILLIAM CLAUDE dit W. C. (1879-1946)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 327 mots
  •  • 1 média

C'est l'avènement du cinéma parlant, fatal à d'autres comiques (Langdon, Semon, Chase, Cook, Pollard, Al Saint-John, Ben Turpin), qui assura la célébrité de Fields . Il avait débuté pourtant sous la direction de Griffith dans Sally, fille de cirque ( Sally of the Sawdust , 1925), mais c'est en 1932 qu'il s'impose avec Million Dollar Legs de Cline, satire du pouvoir absolu imaginée par Mankiewicz […] Lire la suite

LA GRANDE VADROUILLE, film de Gérard Oury

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 920 mots

Dans le chapitre « Odyssée-guignol »  : […] En 1942, en pleine Occupation, un chef d'orchestre (de Funès) et un peintre en bâtiment (Bourvil) s'affairent entre Paris et la ligne de démarcation pour essayer de faire passer en zone libre trois aviateurs anglais dont l'appareil a été abattu au-dessus de la capitale, alors qu'ils étaient de retour de mission en Allemagne. Ces derniers atterrissent respectivement au zoo de Vincennes, à l'Opéra d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude-Jean PHILIPPE, « BURLESQUE COMÉDIE, cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-burlesque-cinema/