CAPRA FRANK (1897-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra
Crédits : Columbia Pictures Corporation/ Collection privée

photographie

Monsieur Smith au Sénat , F. Capra

Monsieur Smith au Sénat , F. Capra
Crédits : Hulton Getty

photographie


« Le plus grand de tous les réalisateurs américains. » C'est par ces mots simples que John Cassavetes qualifiait, en septembre 1991, Frank Capra, le réalisateur de La vie est belle (It's a Wonderful Life, 1946) qui venait de disparaître à l'âge de quatre-vingt-quatorze ans... Mots simples, mais aussi surprenants. Le cinéma de Cassavetes est fondé, sinon sur l'improvisation, du moins sur l'invention à l'instant même où la caméra se met à tourner après le fatidique « Moteur ! ». Au contraire, pour Capra, ses « films sont pratiquement terminés quand [il] pénètre sur le „set“ pour en donner le premier tour de manivelle ». « Il faut savoir faire un film avant de le commencer », déclare-t-il à Cinémonde, en juin 1946. Et, dans le même entretien, il insiste sur une idée que pourrait pourtant reprendre à son compte, un quart de siècle plus tard, l'auteur de Shadows et de Faces : « Un film tourné dans la ville des „stars“ ne sera plus toujours un produit strictement hollywoodien mais souvent, ce qui est très différent, un film „américain“ réalisé à Hollywood. La nuance est d'importance. » Lorsque Capra comprit qu'il ne pourrait plus faire des films « de Capra », après un stupéfiant Rendez-vous in Space, en 1964, un court-métrage qui nous redit pourtant qu'au temps de la conquête de l'espace la vie peut encore être belle, il se retira avec la dignité des grands, pour près de trente ans de silence...

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra

Photographie

Gary Cooper et Jean Arthur dans Mr. Deeds Goes to Town (L'Extravagant M. Deeds, 1936), de Frank Capra. 

Crédits : Columbia Pictures Corporation/ Collection privée

Afficher

Le cinéaste du New Deal

L'itinéraire de Frank Capra est celui d'un petit Sicilien né à Palerme le 18 mai 1897, fils d'un ramasseur d'oranges, arrivé aux États-Unis à l'âge de six ans et désireux d'avoir un jour, selon le titre original de son autobiographie, The Name above the Title (Le Nom au-dessus du titre). Après avoir travaillé pour pouvoir se payer des études de technologie en Californie, il engage un vieil acteur shakespearien en prétendant avoir une grande expérience du cinéma et réalise, en 1922, son premier court-métrage, Fultah Fisher's Boardi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  CAPRA FRANK (1897-1991)  » est également traité dans :

ARTHUR JEAN, GLADYS GEORGIANNA GREENE dite (1905-1991)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 551 mots

Si l'avènement du cinéma parlant mit inexorablement fin à la carrière de nombreux comédiens, il favorisa par contre la trajectoire de Jean Arthur, née à New York en 1905, dotée d'une voix au registre voisin de celui que possédait Judy Holliday dans les années 1950. Très en avance sur l'époque, la comédienne allait populariser un personnage de Girl next Door (« Mademoiselle To […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-gladys-georgianna-arthur/#i_10857

BUCHMAN SYDNEY (1902-1975)

  • Écrit par 
  • Raymond MORINEAU
  •  • 410 mots
  •  • 1 média

Le scénariste et producteur américain Sydney Buchman a illustré une des formes les plus originales du cinéma américain d'entre les deux guerres, la comédie satirique légère à tendance sociale traitée avec beaucoup de vivacité et de brio. De 1932 à 1950, il fut une des gloires de la firme Columbia Pictures, à laquelle il imposa son style. Sydney Buchman, né à Duluth (Minnesota), écrit d'abord pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sydney-buchman/#i_10857

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 5 452 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les films de commande »  : […] Que la commande soit ou non du mécénat déguisé, elle émane de quatre sources principales : – le secteur marchand, plus en quête d'une image de marque que d'une publicité directe, en général confiée à un autre secteur. Ainsi, le documentaire fondateur, Nanouk (1920-1921), résultait d'une commande de la maison de fourrures Révillon frères. Robert Flaherty […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-documentaire/#i_10857

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 282 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un instrument de propagande »  : […] La modernité du cinéma, son pouvoir de fascination ou de conviction, sa capacité à atteindre et à pénétrer les masses en ont fait un instrument dont Lénine (« De tous les arts, l'art cinématographique est pour nous le plus important », en 1919, lors de la nationalisation du cinéma russe) comme Mussolini (« La cinématographie est l'arme la plus forte », cette affirmation cent fois redite était affi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-histoire/#i_10857

COLBERT CLAUDETTE (1903-1996)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 585 mots

Durant trois décennies, Claudette Colbert aura incarné le type même de la femme déterminée et indépendante, aussi rompue aux échanges verbaux de la screwball comedy (comédie loufoque) qu'aux embûches d'implacables mélos qu'elle surmontait toujours avec une rare élégance. D'origine française, elle s'établit très jeune à New York avec sa famille. Elle fait ses premiers pas dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claudette-colbert/#i_10857

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie loufoque »  : […] Dans trop de ces classy comedies , le trait d'esprit relève plus souvent du dialogue que de la mise en scène. Ainsi de Private Lives (1931), Reunion in Vienna (1933), de Sidney Franklin, ou de The Devil to Pay ! (1930), de George Fitzmaurice, interprété par le très british Ronald Colman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_10857

COOPER GARY (1901-1961)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 637 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une humanité touchante »  : […] Gary Cooper a interprété des personnages héroïques et physiques qui lui ont valu de grands succès, sous la direction d'Henry Hathaway ( Lives of a Bengal Lancer [ Les Trois Lanciers du Bengale ], 1935), de Sam Wood ( For Whom the Bell Tolls [ Pour qui sonne le glas ], 1943) ou de Cecil B. DeMille ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gary-cooper/#i_10857

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 074 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du film fantastique américain (1931-1939) »  : […] De 1931 à 1939, aux États-Unis, c'est véritablement l'âge d'or du cinéma fantastique. On y assiste à l'avènement des grands mythes inspirés des classiques de la littérature de l'étrange et de l'effroi. Dracula , réalisé par Tod Browning et présenté le 14 février 1931 aux États-Unis, est le premier film sonore d'épouvante. Adapté de l'œuvre de Bram Stoker qui avait inspiré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantastique/#i_10857

GABLE CLARK (1901-1960)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un charme facétieux et viril »  : […] William Clark Gable naît le 1 er  février 1901 à Cadiz (Ohio). Il est âgé d'à peine sept mois lorsque sa mère meurt. Sa tante et son oncle maternels, en Pennsylvanie, l'élèvent, jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de deux ans. Il rejoint ensuite son père, fermier puis chercheur de pétrole, à Cadiz. À seize ans, il quitte le lycée, travaille en usine, et décide de devenir acteu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clark-gable/#i_10857

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_10857

STEWART JAMES (1908-1997)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 999 mots
  •  • 2 médias

Maigre, extraverti, adolescent attardé, souvent bafouillant et gesticulant, James Stewart ne correspondait pas à l'idée préconçue du séducteur hollywoodien, ni même du bon comédien. Il fut pourtant adulé par la critique autant que par le public, et Kim Novak le désigna comme son partenaire « le plus sexy ». Père de famille tranquille, il fut l'une des rares superstars à ne donner naissance à aucun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-stewart/#i_10857

TIOMKIN DIMITRI (1894-1979)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 506 mots

L'Américain d'origine ukrainienne Dimitri Tiomkin fut, durant plus de trois décennies, l'un des plus prolifiques et des plus populaires compositeurs de musique de film de Hollywood, aux côtés d'autres Européens émigrés, au premier rang desquels les Autrichiens Erich Wolfgang Korngold et Max Steiner, le Hongrois Miklós Rózsa, l'Allemand Franz Waxman. Certains des thèmes qu'il a composés sont dans t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dimitri-tiomkin/#i_10857

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « CAPRA FRANK - (1897-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-capra/