CLARKE KENNETH SPEARMAN dit KENNY (1914-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« J'ai cassé la prison et les menottes de la batterie. » Personne ne contestera à « Klook » – surnom en forme d'onomatopée qu'il hérite de l'une de ses figures rythmiques – le titre envié de libérateur de l'instrument. C'est en effet sous ses balais que la batterie moderne s'affranchit du carcan de la rythmique à deux, puis à quatre temps. C'est grâce à lui qu'elle n'accepte plus de n'être que le vigilant gardien du tempo et accède enfin au rôle de soliste à part entière. Ni Art Blakey ni Max Roach n'auraient esthétiquement vu le jour sans Kenny Clarke.

Kenneth Spearman Clarke – qui adoptera plus tard le nom musulman de Liaquat Ali Salaam – naît à Pittsburgh (Pennsylvanie) le 9 janvier 1914. Des parents musiciens l'initient chacun à son propre instrument : la mère au piano et le père au trombone. Il étudiera également le vibraphone et la théorie musicale. Orphelin de bonne heure et livré à lui-même, il court les rues d'une ville qui a donné au jazz Erroll Garner, Art Blakey, Ray Brown, Ahmad Jamal, Mary Lou Williams et tant d'autres encore... Il joue partout : bals, défilés, fanfares, orchestres de rencontre. C'est avec Leroy Bradley, batteur venu du Nord, qu'il fait ses véritables débuts. Il restera avec lui pendant cinq ans. En 1935, il accompagne Roy Eldridge. Il séjourne à Saint Louis dans le Jeter-Pillars Orchestra puis gagne New York, où il rejoint, en 1937, Edgar Hayes, avec qui il réalise son premier disque. L'Apollo Theater le choisit comme batteur attitré. C'est là que son dynamisme lui vaut rapidement le sobriquet de « chaise électrique ». En 1937, il effectue une tournée en Finlande et en Suède. Pendant huit mois, il joue chez Claude Hopkins et accompagne [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLARKE KENNETH SPEARMAN dit KENNY (1914-1985)  » est également traité dans :

BE-BOP

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 769 mots

Au début des années 1940, quelques jazzmen, parmi lesquels Charlie Parker, Dizzy Gillespie et Thelonious Monk, se retrouvent lors de jam-sessions à New York. Ils y expérimentent une nouvelle forme de musique improvisée qui modifie profondément la couleur sonore du jazz : le be-bop. Au début des années 1940, à la faveur des jam-sessions* et autres a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/be-bop/#i_97161

JACKSON MILT (1923-1999)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 885 mots

Peu d'instrumentistes avaient adopté le vibraphone avant que Red Norvo et, surtout, Lionel Hampton ne lui confèrent, essentiellement dans le registre percussif et rythmique, ses lettres de noblesse. Entre le déclin de Lionel Hampton et l'essor de Gary Burton, Milt Jackson, le premier à maîtriser ses possibilités mélodiques et harmoniques, a régné s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milt-jackson/#i_97161

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « CLARKE KENNETH SPEARMAN dit KENNY - (1914-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clarke-kenneth-spearman-dit-kenny/