ARMSTRONG LOUIS

Médias de l’article

Billie Holiday et Louis Armstrong

Billie Holiday et Louis Armstrong
Crédits : Hulton Getty

photographie

Louis Armstrong

Louis Armstrong
Crédits : Hulton Getty

photographie


Louis Armstrong est, avec « Duke » Ellington et Charlie Parker, un des trois génies reconnus de la musique de jazz. Alors que le jazz instrumental était encore proche des fanfares, que l'improvisation sur un thème donné – une des caractéristiques essentielles de cet art – se déployait surtout collectivement et à l'intérieur de cadres assez étroits, Armstrong inaugura le règne du soliste, donnant l'exemple, par son imagination créatrice, d'une liberté et d'une richesse d'expression jusqu'alors inconnues.

Billie Holiday et Louis Armstrong

Billie Holiday et Louis Armstrong

photographie

Billie Holiday (1915-1959) et Louis Armstrong (1901-1971), en 1947. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

De ce fait, l'importance, sur le plan esthétique, du grand trompettiste et chanteur noir constitue également un fait historique décisif : d'entreprise collective, liée à un milieu et à toutes sortes d'alluvions culturelles, le jazz, grâce à Armstrong, acquiert en effet son unité, sa dimension d'universalité et ses moyens originaux, à partir desquels deviendront possibles création et évolution, bref, les apports successifs des individualités qui jalonnent son histoire.

Caractéristiques de son art

Si l'on excepte les années d'enfance et d'adolescence (1901-1918), la vie de Louis Armstrong – engagements, disques, tournées – se soumet presque entièrement à sa carrière, à son itinéraire musical. Il est donc licite de recenser les données principales de sa musique avant même de suivre sa biographie.

Instrumentiste – d'abord au cornet à pistons, puis, à partir de la fin des années vingt, à la trompette – Louis Armstrong apparaît, dans l'histoire du jazz, comme le premier soliste véritable : avant lui, en effet, les formations se vouaient essentiellement à une polyphonie improvisée. Si, dans les groupes auxquels il appartient, la musique se recentre autour de lui, c'est qu'il en impose, tout d'abord, par une virtuosité sans précédent (tout au moins jusqu'en 1934, époque où ses lèvres blessées le contraindront à un jeu plus décanté).

Mais c'est qu'Armstrong, aussi, affirme très rapidement un langage personnel, plus complet et plus complexe que celui des jazzmen de son temps, et que sert, en outre, une sonorité demeurée, aujourd'hui en [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARMSTRONG LOUIS (1901-1971)  » est également traité dans :

ARMSTRONG LOUIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 710 mots

4 août 1901 Louis Armstrong naît à La Nouvelle-Orléans. Plusieurs autres dates ont été avancées, parmi lesquelles le 4 juillet 1900, jour de la fête nationale américaine (Independence Day) ; la date du 4 août 1901 semble désormais avérée. 1913-1914 À cause d'un coup de feu tiré en l'air le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armstrong-reperes-chronologiques/

WEST END BLUES (L. Armstrong)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 247 mots

Louis Armstrong naît avec le jazz , qui s'invente dans les rues de sa ville natale, La Nouvelle-Orléans. Premier véritable soliste de son histoire, il montre dès ses débuts un exceptionnel génie pour l'improvisation. La noblesse d'un phrasé impérial, l'éclat et la chaleur de la sonorité de sa trompette , le timbre voilé d'une voix torrentielle et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/west-end-blues/#i_4738

Dippermouth Blues, OLIVER ("King")

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 782 mots

Comme beaucoup d'autres musiciens, Joe «King» Oliver (1884 ou 1885-1938) quitte en 1919 sa ville natale, La Nouvelle-Orléans, berceau du jazz, à la suite de la fermeture des établissements de Storyville, le quartier des bars et des boîtes de nuit. C'est à Chicago que les membres de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dippermouth-blues-oliver-king/#i_4738

DIXIELAND

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 075 mots

et son Creole Jazz Band, dont le second cornettiste était un certain Louis Armstrong, gravèrent dans la cire en 1923 les premiers enregistrements de jazz noir. Cette formation illustrait parfaitement le style fondé sur l'improvisation collective du jazz traditionnel, où chaque musicien était libre d'enrichir la mélodie. Leurs duos de cornet sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dixieland/#i_4738

HINES EARL (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

au Vendome Theater. Il est engagé par Caroll Dickerson. En 1927, date capitale, Louis Armstrong l'appelle dans son Hot Five. Le grand trompettiste ne retrouvera jamais plus un partenaire pianiste de cette envergure. Cette somptueuse association, dans une formation devenue depuis légendaire, va produire le premier duo trompette piano enregistré de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/earl-hines/#i_4738

JOHNSON BUNK (1889-1949)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 417 mots

des cours de musique et travaille comme ouvrier agricole à New Iberia, en Louisiane. Redécouvert dans la région par Louis Armstrong, qui lui trouve des élèves auxquels enseigner le jazz, Bunk Johnson recommence à jouer de la trompette au début des années 1940 et grave ses premiers titres en 1942. Il effectue des tournées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bunk-johnson/#i_4738

NEW ORLEANS ou NOUVELLE-ORLÉANS STYLE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHAUTEMPS
  •  • 916 mots

Dans le chapitre « Le langage New Orleans »  : […] avec le dixieland. Ce serait une erreur de penser que le style Nouvelle-Orléans se résume à quelques noms, si prestigieux fussent-ils : King Oliver, Louis Armstrong, Johnny Dodds, Jelly Roll Morton, Sidney Bechet. D'autant que, si ces musiciens de tout premier plan ont effectivement pratiqué le style néo-orléanais le plus pur dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/new-orleans-nouvelle-orleans/#i_4738

SMITH ELIZABETH dite BESSIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 630 mots

1923-1930 Vedette de nombreuses revues, elle grave pour la firme Columbia près de 160 titres avec la fine fleur des instrumentistes du temps : le tromboniste Charlie Green, les pianistes Fletcher Henderson et James P. Johnson, Louis Armstrong, le saxophone ténor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/smith-reperes-chronologiques/#i_4738

Sobbin'Hearted blues, SMITH (Bessie)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 263 mots

Bessie Smith commence sa carrière dans les minstrel shows et la poursuit dans les revues après la Seconde Guerre mondiale. Jusqu'à la crise de 1929, elle est la plus grande chanteuse de blues en activité, vendant dix millions de disques enregistrés entre autres aux côtés de Coleman Hawkins, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sobbin-hearted-blues-smith-bessie/#i_4738

St Louis Blues, ARMSTRONG (Louis)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 562 mots

Louis Armstrong (1901-1971) a révolutionné l'histoire du jazz en contribuant largement à transformer le contrepoint improvisé, hérité de la musique de parade de La Nouvelle-Orléans, en une musique plus organisée. Avec lui, le soliste se détachera de la masse orchestrale, faisant ainsi entendre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/st-louis-blues-armstrong-louis/#i_4738

Pour citer l’article

Michel-Claude JALARD, « ARMSTRONG LOUIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-armstrong/