CISNEROS FRANCISCO JIMÉNEZ DE (1456-1517) cardinal espagnol

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille de noblesse ancienne mais sans fortune, Cisneros étudie le droit et la théologie à Salamanque. Après un séjour prolongé à Rome, il exerce différentes fonctions ecclésiastiques. En 1484, il entre chez les franciscains de Tolède, puis mène une existence érémitique dans des couvents du plateau castillan, celui du Castañar et celui de la Salceda dont il devient supérieur.

Le cardinal González de Mendoza, archevêque de Tolède, le recommande à la reine Isabelle la Catholique qui le choisit comme confesseur en 1492. Il n'accepte l'archevêché de Tolède que sur ordre du pape en 1495 et renonce délibérément à la vie luxueuse que menaient ses prédécesseurs. Le nouveau prélat est, d'ailleurs, déjà engagé dans la réforme des ordres monastiques, autorisée par le pape Alexandre VI dès 1491 à la demande des Rois Catholiques. En 1494, en tant que vicaire provincial de Castille, Cisneros entreprend d'abord la réforme de son ordre et manifeste une rare fermeté lors de ses démêlés avec ses supérieurs pour ramener les Franciscains à une observance plus stricte de la règle et à un idéal de vie plus austère. Grâce à l'aide du pape, il vient à bout de ces difficultés en 1498 (cf. José García Oro, Cisneros y la reforma del clero español en tiempo de los Reyes Católicos, Madrid, 1971) ; la réforme s'étend à d'autres ordres, tels que Dominicains, Bénédictins, Hiéronymites, Augustins, et même aux monastères féminins. Pendant ce temps, une nouvelle tâche attend Cisneros qui accompagne ses souverains à Grenade en 1499. L'évangélisation des Maures, depuis la conquête de 1492, s'y accomplit avec une lenteur et une douceur qui ne facilitent pas les conversions. Cisneros change de méthode, opère des conversions en masse, transforme les mosquées en églises, fait brûler un certain nombre d'ouvrages islamiques ; une rébellion des Maures ayant éclaté dans les montagnes non loin de Grenade, Cisneros la réprime durement et impose aux révoltés le choix entre le baptême et l'expulsion ; désormais appelés morisques, ils perdent la jouissance de certains droits (1501). Cette intransigeance de Cisneros va de pair avec sa conception de l'idéal religieux et avec l'esprit de croisade qui souffle sur les souverains espagnols : c'est ainsi que, après la mort d'Isabelle la Catholique, le futur cardinal prend l'initiative d'une série d'expéditions contre l'Afrique du Nord, qui aboutissent à l'occupation de points stratégiques comme Oran (1509). Mais, auparavant, à la mort de Philippe le Beau, gendre de Ferdinand le Catholique, ce dernier charge Cisneros de gouverner l'Espagne (1506). Pour ses compétences administratives, le roi, à son retour d'Italie, lui fait attribuer la double récompense de la pourpre cardinalice et de la nomination à la charge de Grand Inquisiteur (1507). Cisneros poursuit, sans trêve, dans le domaine universitaire, une politique de réformes qui remonte au début du siècle et n'est pas sans rapport avec la réforme du clergé. Chargé par la reine de Castille de visiter les universités de Salamanque et de Valladolid (1500-1501), Cisneros y avait constaté avec regret la prédominance des études de droit sur celles de théologie. En 1506, il décide donc de créer une nouvelle université non loin de Tolède, à Alcalá de Henares. Celle-ci, appelée la Complutense, donne la priorité aux études de théologie en liaison étroite avec les lettres profanes : l'étude des langues classiques permettra l'accès à la Vulgate et aux Pères de l'Église, l'étude obligatoire de l'hébreu complétée par celle de l'arabe et du chaldéen invitera à une connaissance approfondie de l'Ancien Testament. En 1509, le cardinal Cisneros se retire à l'université d'Alcalá pour participer à l'élaboration de la fameuse Bible polyglotte dont le texte, rédigé en grec, en hébreu, en latin et en chaldéen, est imprimé en colonnes parallèles par les soins de la même université (1514-1517).

En 1516, le cardinal invite Érasme en Espagne ; celui-ci refuse, mais l'influence de l'humaniste flamand n'en sera pas moins importante chez les écrivain [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CISNEROS FRANCISCO JIMÉNEZ DE (1456-1517) cardinal espagnol  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'expérience antillaise »  : […] Les Antilles, découvertes les premières, ont été, tout naturellement, le terrain d'essai de l'action castillane. Colomb ne s'intéressait pas à une colonisation de peuplement. Pour lui, l'essentiel était de tirer parti des immenses privilèges que lui reconnaissaient les capitulations de Santa Fe et de profiter du monopole qu'il partageait avec les Rois Catholiques, ses associés dans l'entreprise, p […] Lire la suite

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 288 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le style plateresque »  : […] C'est dans le domaine de l'architecture que l'originalité de la Castille fut la plus grande. Jusqu'à l'ouverture du chantier de l'Escorial, le génie local y fit preuve d'une étonnante vigueur. Alors que, dans la construction religieuse, le style gothique allait se maintenir, durant une bonne partie du xvi e  siècle, sur des chantiers aussi importants que ceux des cathédrales de Salamanque et de Sé […] Lire la suite

GUMIEL PEDRO (actif entre 1491 et 1517)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 100 mots

Principal représentant du « style Cisneros », cette variante du plateresque développée par les artistes au service du cardinal Ximénez de Cisneros. L'Espagnol Pedro Gumiel travailla surtout à Alcalá de Henares : il y construisit l'église San Justo, de style gothique tardif (1497-1509 ; ruinée) et le collège San Ildefonso (1498-1508). Le théâtre académique (paraninfo) du collège, qu'on lui attribu […] Lire la suite

ISABELLE Ire LA CATHOLIQUE (1451-1504) reine de Castille (1474-1504)

  • Écrit par 
  • R. L. HIGHFIELD
  • , Universalis
  •  • 833 mots

Reine de Castille (1474-1504) et d'Aragon (1479-1504) née le 22 avril 1451 à Madrigal de las Altas Torres (Castille), morte le 26 novembre 1504 à Medina del Campo (Espagne). Isabelle est la fille de Jean II de Castille et d'Isabelle de Portugal. Trois ans après sa naissance, son demi-frère Henri IV, dit l'Impuissant, devient roi. Isabelle entre à la cour dès l'âge de 13 ans. Elle épouse Ferdinan […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-France SCHMIDT, « CISNEROS FRANCISCO JIMÉNEZ DE (1456-1517) cardinal espagnol », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cisneros-francisco-jimenez-de-cardinal-espagnol/