MAURES ou MORES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Maures, dans l'Antiquité, occupaient la partie occidentale de l'actuel Maghreb. Ils subirent d'abord des influences phéniciennes par l'intermédiaire des comptoirs carthaginois. Organisés en tribus (Bavares, Baquates, Quinquegentanei...), ils se constituaient parfois en royaumes (les rois les plus connus furent Bocchus, Bogud, Bocchus II, Juba II et Ptolémée). Occupant les montagnes, ils pratiquaient le semi-nomadisme ; leur territoire fournissait à l'Empire de l'huile, des animaux pour l'amphithéâtre, de la saumure de poisson et de la pourpre. Ils conservèrent longtemps leur originalité culturelle (langues libyque et punique, onomastique indigène, cultes traditionnels : dieux maures, Saturne, litholâtrie, zoolâtrie, astrolâtrie, et variante schismatique du christianisme, à savoir le donatisme). Après la conquête, décidée par Caligula et effectuée par Claude en 42 après J.-C., leur territoire fut divisé en deux provinces procuratoriennes, les Maurétanies (et non Mauritanies) Césarienne et Tingitane, que séparait la vallée de la Moulouya. Rome instaura une zone défensive (limes) et développa les villes (Volubilis, Tanger, Tipasa, Cherchel...). Les rapports avec le pouvoir impérial furent complexes : la Maurétanie fournit des soldats et donna même un prince éphémère, Macrin ; la population admirait l'urbanisme ; mais il y eut aussi des révoltes (Aedemon dès 42, insurrections au milieu du iie s., au milieu du iiie s., en 290-293, tentative de Firmus à la fin du ive s.). Ces particularismes ont sans doute une explication : l'isolement géographique.

Jusqu'au viiie siècle de notre ère, au moins, le nom de Mauri fut appliqué aux habitants de la Berbérie ; et ceux-ci, après les Romains, en vinrent à se désigner ainsi eux-mêmes. La conquête de l'Espagne se fit sous la direction de chefs arabes, mais comme elle fut menée grâce aux troupes de Berbères islamisés levées dans tout le Maghreb, le nom de Mauri passa dans la péninsule avec les hommes et devint Moro, servant à désigner non seulement les Berbères mais aussi, à tort, les conquérants arabes.

Quelques musulmans, assez nombreux, choisirent de rester en Esp [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAURES ou MORES  » est également traité dans :

CISNEROS FRANCISCO JIMÉNEZ DE (1456-1517) cardinal espagnol

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 894 mots

Issu d'une famille de noblesse ancienne mais sans fortune, Cisneros étudie le droit et la théologie à Salamanque. Après un séjour prolongé à Rome, il exerce différentes fonctions ecclésiastiques. En 1484, il entre chez les franciscains de Tolède, puis mène une existence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cisneros-francisco-jimenez-de-cardinal-espagnol/#i_38455

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Des Wisigoths aux Rois catholiques

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX
  •  • 6 378 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'« unification » de l'Espagne »  : […] le tribunal de l'Inquisition (1478) ; en 1492, les juifs doivent choisir entre la conversion et l'expulsion ; dans les années suivantes les Maures grenadins font l'objet d'une campagne de conversions forcées qui provoque un soulèvement général. Après son écrasement, les Maures doivent s'exiler ou accepter le baptême (1502 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-des-wisigoths-aux-rois-catholiques/#i_38455

Pour citer l’article

Yann LE BOHEC, « MAURES ou MORES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maures-mores/