Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

De Londres à Paris

Des mois durant, il est Charles-le-Seul, dans ce Londres d'où partent plus d'officiels français qu'il n'y en arrive. La destruction de la flotte française mouillée dans la rade de Mers el-Kébir, le 3 juillet, bien que de Gaulle ait su exprimer dignement « la douleur et la colère » du peuple français, accroît encore les amertumes et les méfiances. Il faudra bâtir la France libre avec des capitaines inconnus et des journalistes aventureux. Il le fait. Dès le 28 juin et plus solennellement le 7 août, Churchill le reconnaît comme « chef des Français libres ».

Mais il lui faut de la terre « française » sous les pieds. Il décide de rallier Dakar, capitale de l'A.O.F. Churchill se prête à l'entreprise et met à sa disposition une petite escadre. Cependant, le 23 septembre, la garnison de Dakar tire sur la flotte franco-britannique. Échec cruel, qui ne ruine pas les relations entre de Gaulle et ses hôtes, mais dissipe le peu de crédit qu'avait à Washington l'homme du 18 juin.

Le Comité national français à Londres, 1941

Le Comité national français à Londres, 1941

Tout de même l'A.E.F. (Fort-Lamy, Douala et Brazzaville – où de Gaulle crée le Conseil de défense de l'Empire), Tahiti, la Nouvelle-Calédonie et les comptoirs de l'Inde se rallient dès le premier été. S'il est toujours Charles-le-Seul – bien qu'il dispose bientôt d'un état-major politico-militaire brillant : le général Catroux, l'amiral Muselier, René Pleven, le professeur René Cassin, Pierre-Olivier Lapie, Maurice Schumann, Louis Vallon et le capitaine André Dewavrin, dit Passy –, de Gaulle, condamné à mort par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand le 2 août 1940, est de moins en moins Charles sans Terre.

Si la maigreur des forces militaires dont il dispose ne lui permet encore de porter à l'ennemi que des coups mineurs (jusqu'à la bataille de Bir-Hakeim, en 1942), le général de Gaulle met le plus clair de son génie à interdire à ses alliés, Anglais et Américains, de traiter la France libre en légion étrangère et de profiter de sa faiblesse pour empiéter sur les intérêts et positions de la France dans le monde.

Les deux manifestations les plus voyantes de cette guerre dans la guerre se situent au printemps 1941 au Levant, en décembre 1941 à Saint-Pierre-et-Miquelon. L'amiral Darlan, chef de gouvernement de Vichy, ayant, après une entrevue avec Hitler, mis les aéroports de Syrie à la disposition de l'aviation nazie, le 10 mai 1941, Catroux, représentant de la France libre au Levant, décide d'agir pour les en chasser en association avec les Britanniques, non sans avoir formulé des promesses d'émancipation politique de la Syrie. Les forces de Vichy battues, Churchill fait rudement savoir que « l'Angleterre ne s'est pas battue en Syrie pour substituer les gaullistes à Vichy » et, par le truchement du même général Spears qui a conduit de Gaulle à Londres le 17 juin 1940, dresse les forces politiques syro-libanaises contre la France libre. Guérilla politique où de Gaulle voit le dessein de Londres d'évincer la France du Proche-Orient, qui dure tout au long de l'année 1942 et renaîtra, aggravée, en juillet 1945, après la victoire.

Le conflit américano-gaulliste à propos des îlots de Saint-Pierre-et Miquelon, aux abords du Canada – où, prétextant des incursions de sous-marins allemands, des forces du Commonwealth et des États-Unis avaient fait mine de s'installer, provoquant le déclenchement d'une expédition conduite par l'amiral Muselier –, envenime violemment les relations entre de Gaulle et Roosevelt au moment même où l'attaque japonaise sur Pearl Harbor comblait les vœux de l'homme du 18 juin en précipitant dans la guerre anti-nazie la plus grande puissance mondiale. Intransigeance abusive ? C'est à ce type d'attitude outrecuidante que de Gaulle dut de rester debout jusqu'à[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Charles de Gaulle et son épouse à Londres, 1941

Charles de Gaulle et son épouse à Londres, 1941

Maurice Gamelin, 1939

Maurice Gamelin, 1939

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

Autres références

  • CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

    • Écrit par Pierre BRÉCHON
    • 8 909 mots
    • 15 médias

    Le retour du général de Gaulle au pouvoir s'explique par deux raisons principales. D'une part, le fonctionnement des institutions de la IVe République s'était révélé défaillant et l'Assemblée nationale n'arrivait pas à dégager des majorités de gouvernement durables....

  • AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

    • Écrit par Marc MICHEL
    • 12 424 mots
    • 24 médias
    Le retour du général de Gaulle au pouvoir en mai 1958 ne fut pas suivi immédiatement par un changement fondamental de la conduite de la France. Le général se contenta d'abord de proposer la « paix des braves », que repoussa le F.L.N. transformé en G.P.R.A. en exil au Caire (septembre 1958). Malgré un...
  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    ...public, présidé par le général Massu, est formé. Le gouvernement de Pierre Pflimlin, investi le jour même, se montrera impuissant à résoudre la crise. Le 15 mai, le général de Gaulle, sortant de son silence, se déclare « prêt à assumer les pouvoirs de la République ». Les manifestations de fraternisation...
  • ARMÉE - Doctrines et tactiques

    • Écrit par Jean DELMAS
    • 8 017 mots
    • 3 médias
    Quelques années plus tard, le capitaine de Gaulle, voulant souligner le caractère essentiellement empirique de l'action de guerre, précisera : « Les principes qui régissent l'emploi des moyens : économie des forces, nécessité de procéder par concentration et, en conséquence, par phases ou bonds, surprise...
  • ARMISTICE DE 1940

    • Écrit par Guy ROSSI-LANDI
    • 935 mots
    • 1 média

    L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de...

  • Afficher les 91 références

Voir aussi