GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le renouveau

Trois tâches s'imposent d'emblée : rebâtir l'État, rétablir la monnaie, et trouver une issue à la guerre d'Algérie. Celle-ci le sollicite d'abord. Dès le 4 juin, il est sur le Forum d'Alger – où a jailli la source de son nouveau pouvoir. A-t-il vraiment un projet algérien ? Ce qui est clair, c'est qu'il a d'abord considéré l'affaire algérienne comme un explosif susceptible de faire sauter les barrages qui faisaient obstacle à son retour au pouvoir et à la restauration de l'État. Ensuite, qu'il n'y a guère d'autres perspectives, dans le monde de la fin des années cinquante, que l'émancipation des colonies sous leurs diverses formes. Mais enfin l'Algérie fait légalement partie de la République, et les hommes qui y détiennent le pouvoir, dotés de moyens militaires considérables et appuyés sur une population très déterminée, se refusent à toute autre solution qu'à son « intégration », c'est-à-dire à une confirmation de son caractère français, les indigènes, traités en « Français à part entière », disposant désormais de tous les droits politiques.

La première préoccupation de de Gaulle est de garder les mains libres vis-à-vis de tous, déclarant aux insurgés de mai « Je vous ai compris ! » non sans saluer le « courage » des combattants des djebels. Il ne peut heurter de front les tenants de l'« Algérie française » qui l'ont ramené au pouvoir mais voit bien que l'« intégration », c'est l'algérianisation rapide de la France. D'un voyage en Algérie à l'autre, il met au point sa stratégie : obtenir la victoire militaire (la France ne saurait être vaincue par des guérilleros) pour faire ensuite la paix sur la base de l'« autodétermination » des Algériens – auxquels il offre, le 16 septembre 1959, le choix entre la sécession qui risquerait d'être le chaos, la « francisation » et l'association, c'est-à-dire « le gouvernement des Algériens par les Algériens, appuyé sur l'aide de la France et en union étroite avec elle ». La réalisation de ce plan n'ira pas sans convulsions : car civils et [...]

Manifestation de partisans de l'Algérie française à Alger, 1958

Photographie : Manifestation de partisans de l'Algérie française à Alger, 1958

Photographie

Les Algérois manifestent en foule devant le bâtiment du gouvernement général, à Alger, le 23 mai 1958. Ils brandissent des portraits du général de Gaulle. Cette insurrection des partisans de l'Algérie française a commencé le 13 mai 1958. 

Crédits : Meagher/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Charles de Gaulle et son épouse à Londres, 1941

Charles de Gaulle et son épouse à Londres, 1941
Crédits : Fred Ramage/ Hulton Archive/ Getty Image

photographie

Maurice Gamelin, 1939

Maurice Gamelin, 1939
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Défaite de la France en 1940

Défaite de la France en 1940
Crédits : National Archives

vidéo

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GAULLE CHARLES DE (1890-1970)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 834 mots
  •  • 19 médias

Le retour du général de Gaulle au pouvoir s'explique par deux raisons principales. D'une part, le fonctionnement des institutions de la IVe République s'était révélé défaillant et l'Assemblée nationale n'arrivait pas à dégager des majorités de gouvernement durables. D'autre part, la men […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le 13 mai 1958, naissance de la Ve République »  : […] Le F.L.N. ayant établi ses bases arrière en Tunisie, l'aviation française décide d'y pourchasser les « rebelles » algériens et, le 8 février 1958, bombarde le village tunisien de Sakiet Sidi Youcef. Il y aura de nombreuses victimes civiles. La France se retrouve isolée sur le plan international, souvent condamnée par l'Assemblée générale de l'O.N.U. Le gouvernement français, affaibli, ne peut fair […] Lire la suite

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Moteur et guerre totale »  : […] Le fait que la guerre ait échappé à ceux qui prétendaient la maîtriser n'implique-t-il pas une faille dans la conception volontariste de Clausewitz ? Ayant écrit avant la révolution industrielle, ce dernier n'a-t-il pas sous-estimé le poids du facteur technique ? Celui-ci dicterait-il, de manière autonome et indépendamment des choix politiques rationnels prévus par Clausewitz, les conditions concr […] Lire la suite

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 928 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande . Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. La capitulation d […] Lire la suite

ASTIER DE LA VIGERIE EMMANUEL D' (1900-1969)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 874 mots

Journaliste, fondateur d’un des trois grands mouvements de résistance en zone sud, ministre de l'Intérieur comme deux de ses aïeux maternels au xix e  siècle, Emmanuel d'Astier de la Vigerie, dernier fils du baron Raoul Olivier d'Astier de la Vigerie, partage avec ses deux frères aînés l'honneur d'être compagnon de la Libération et de former la plus nombreuse des neuf fratries dans l'ordre fondé […] Lire la suite

AUPHAN GABRIEL (1894-1982)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 990 mots

Né à Alès (Gard), le 4 novembre 1894, élève à l'École navale, Gabriel Auphan est capitaine de vaisseau en 1936 et commande la Jeanne d'Arc , croiseur-école de la Marine nationale. Sous-chef d'état-major en 1939, après avoir appartenu aux cabinets des ministres de la Marine Georges Leygues et François Pietri en 1928 et 1934, il est nommé directeur du cabinet de l'amiral Darlan, secrétaire d'État à […] Lire la suite

BÉNOUVILLE PIERRE DE (1914-2001)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 760 mots

Journaliste, directeur de Jours de France dès 1954 puis de bien des publications de Marcel Dassault, député pendant trente et un ans, Pierre de Bénouville, général à trente ans, est resté jusqu'à sa mort, survenue à Paris le 5 décembre 2001, une des incarnations les plus célèbres de l'ordre des Compagnons de la Libération. Né à Amsterdam le 8 août 1914, fils d'un agent commercial, il fut critique […] Lire la suite

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 307 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Représenter la société »  : […] Si « la vie locale » des entités infra-étatique peut s'exprimer par le canal de la seconde Chambre, la vie économique et sociale doit également pouvoir le faire. Bref la « société civile » devrait pouvoir être représentée au sein du Parlement. Cette idée a d'abord été développée dans le cadre du corporatisme, exalté dans les années 1930 par les régimes fascistes, ce qui a contribué à la discrédit […] Lire la suite

BIDAULT GEORGES (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 914 mots
  •  • 3 médias

Homme politique français de la iv e République. Formé chez les jésuites. Georges Bidault fait des études à la faculté des lettres de Paris, qui déboucheront sur l'agrégation d'histoire. Il s'engage dans l'Association catholique de la jeunesse française. Proche du « Sillon » de Marc Sangnier, ce jeune enseignant goûte à la politique au Parti démocrate populaire. À partir de 1934, Georges Bida […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Annonce du plan de déconfinement. 2-30 avril 2020

négatif. Le 15, ce sera le tour des nouvelles hospitalisations pour cause de Covid-19. Le 12, le porte-avions Charles-de-Gaulle regagne de manière anticipée la base de Toulon à la suite de la découverte de nombreux cas d’infection au SARS-CoV-2 à son bord. Plus de la moitié […] Lire la suite

France – Allemagne. Signature d’un traité de coopération et d’intégration. 22 janvier 2019

Le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel signent, à Aix-la-Chapelle (Rhénanie-du-Nord–Westphalie), un nouveau traité bilatéral destiné à « compléter » le traité de l’Élysée signé cinquante-six ans plus tôt, jour pour jour, par le président Charles de Gaulle et le chancelier […] Lire la suite

France. Mouvement des « gilets jaunes ». 14-30 novembre 2018

enregistré à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle, affirme sa détermination à poursuivre les réformes tout en reconnaissant ne pas avoir « réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants » et en exprimant sa volonté d’exercer sa fonction « d’une matière différente […] Lire la suite

France. « Hommage populaire » à Johnny Hallyday. 5-9 décembre 2017

, sur l’itinéraire du cortège funéraire du chanteur, entre la place Charles-de-Gaulle et l’église de la Madeleine sur le parvis de laquelle le président Emmanuel Macron prend brièvement la parole. […] Lire la suite

France. Jugement dans l'affaire du crash du Concorde. 6 décembre 2010

Continental Airlines, condamnée à payer 200 000 euros d'amende, et l'un de ses employés, un ouvrier chaudronnier, condamné à quinze mois de prison avec sursis. Un appareil de cette compagnie avait perdu une pièce métallique sur la piste de l'aéroport Charles-de-Gaulle avant le décollage du Concorde […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean LACOUTURE, « GAULLE CHARLES DE - (1890-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-gaulle/